Artisanat d'art

Vent nouveau sur le Yugi, vaisselle traditionnelle coréenne

Auteur : Thierry Joly
Article publié le 29 août 2018 à 16 h 45 min – Mis à jour le 1 septembre 2018 à 11 h 14 min

Coloration partielle, ajout d’anneaux de laque et de nacre, nouvelles formes,… L’atelier Geochang Yugi revisite la vaisselle coréenne traditionnelle en bronze.

Yugi traditionnel
Yugi traditionnel. Photo © Thierry Joly

Pendant des siècles, la vaisselle en bronze appelée Yugi a illuminé de ses reflets dorés la table des nobles coréens qui appréciaient son esthétique et sa faculté de conserver les plats chauds plus longtemps lors des rudes hivers du pays. Depuis toujours également utilisée pour les rituels dédiés aux ancêtres, pendant un temps cadeau traditionnel pour les jeunes mariés, elle se caractérise par son alliage au taux particulièrement élevé d’étain, 22%. Tout autant traditionnelle aujourd’hui, elle se fait cependant plus variée, se pare de couleurs et prend de nouvelles formes pour séduire une clientèle plus large. A l’image des pièces produites par Geochang Yugi, atelier de six artisans situé dans la ville éponyme de Geochang, au sud du pays, où tout est fait à la main, de la réalisation des moules jusqu’au polissage. Comme au jour de son ouverture en 1924.

Modèles de Vaisselles Yugi dans l’atelier Geochang Yugi

Modèles de Vaisselles Yugi dans l’atelier Geochang Yugi. Photo © Geochang Yugi

Le plus ancien atelier du pays à être en activité [fait de résistance]

Selon Hyuck Yi, l’arrière-petit-fils de son fondateur, Geochang Yugi est l’atelier le plus ancien du pays à être en activité, grâce à un acte de résistance de son grand-père… « Dans les années 40 beaucoup d’artisans cessèrent leur activité poussés par les occupants Japonais qui souhaitaient réserver les métaux à l’effort de guerre et éradiquer nos traditions [NDLR: l’occupation japonaise débuta en 1905 et prit fin en août 1945, avec la capitulation de l’Empire Nippon]. Mais mon aïeul n’obtempéra pas, ce qui lui valut un séjour dans les geôles nippones ».

Hyuck Yi, directeur de l’atelier coréen Geochang Yugi
Hyuck Yi, directeur de l’atelier coréen Geochang Yugi où sont produites des pièces uniques de vaisselle Yugi. Photo © Thierry Joly

Ayant rejoint l’atelier familial en 2015 après avoir débuté sa vie professionnelle dans l’industrie automobile, Hyuck Yi oeuvre depuis lors à donner une orientation plus design et plus artistique au Yugi. «Si nous voulons que notre artisanat perdure, nous devons nous démarquer de la production industrielle qui tire les prix vers le bas et élargir ses débouchés car, du fait de son poids, la vaisselle en bronze n’est plus utilisée au quotidien ».

Modèles contemporains d’assiettes de l’atelier Geochang Yugi
Modèles contemporains d’assiettes de l’atelier Geochang Yugi. La peinture est légèrement poncée afin de l’écailler pour faire réapparaître le bronze. Photo © Thierry Joly

Lorsque la nacre et la laque se marient au cuivre

Sont ainsi apparus dans la gamme de l’atelier des assiettes et des bols partiellement peints en vert, en bleu de diverses tonalités, en jaune ocre ou en rouge. Appliqué au pinceau sur l’ensemble ou une section des objets, la peinture est ensuite légèrement poncée afin de l’écailler un peu pour faire réapparaître le bronze ici et là. Ce qui confère aux pièces un petit côté précieux et vintage du plus bel effet. Autre innovation, de fines bandelettes de laque noire dans lesquelles sont incorporés des petits éclats de nacre provenant d’Australie et du Pacifique sont incrustées sur le col de carafes ou le pourtour de petits bols. Parfois en association avec une application de peinture là encore écaillée. Quoi que discret, cet ajout apporte une indéniable touche de luxe aux objets.

Bol style ramie, atelier Geochang Yugi
Bol style ramie, atelier Geochang Yugi. Photo © Thierry Joly

Vaisselle haut de gamme

Des pièces dont l’esthétisme et le raffinement font qu’elles décorent avec bonheur tout intérieur. « Mais elles peuvent aussi servir de vaisselle pour de grandes occasions ainsi que sur les tables d’hôtels de luxe ou de restaurants gastronomiques », souligne Hyuck Yi qui entend se positionner sur le créneau haut de gamme des arts de la table. A cet effet, Goechang Yugi a également lancé une ligne de produits plus sobre, un peu moins artistique mais tout aussi novatrice par son design. Elle comprend notamment des bols élégants et stylés dont le couvercle et l’extérieur sont laqués de noir et dont la surface reproduit l’apparence d’un tissu en ramie, plante textile d’Asie qui par sa texture ressemble au chanvre. Prochaine étape envisagée, la réalisation de vaisselle personnalisée pour des restaurants étoilés.

Carafe, atelier Geochang Yugi

Carafe, atelier Geochang Yugi. Photo © Thierry Joly

Comment acquérir et où voir les créations de l’atelier

Atelier Geochang Yugi

Représentant : Ki Hong Lee
Tél.: 055-943-4949 / Fax: 055-943-4940
Séoul: 02-430-7039, 010-2751-7039
50121 Gyeongsangnam-do Geochang namhamyeon gajo 308

L’atelier sera présent sur le stand de la Korea Craft…

Atelier Geochang Yugi

Représentant : Ki Hong Lee
Tél.: 055-943-4949 / Fax: 055-943-4940
Séoul: 02-430-7039, 010-2751-7039
50121 Gyeongsangnam-do Geochang namhamyeon gajo 308

L’atelier sera présent sur le stand de la Korea Craft & Design Foundation au Salon Maison & Objetdu 7 au 11 septembre au Parc des Expositions de Paris Nord Villepinte.

Prix :
-75 à 230 € par assiette
-110 à 200 € pour les bols style ramie
-600 € la carafe.

Partager

Articles similaires

De la sculpture au kit à monter, Pierre Thibault fait feu créatif de tous papiers

Voir l'article

Duvelleroy réinvente le langage de l’éventail

Voir l'article

Maroquinerie Lebeau-Courally : du fait main à l’état pur

Voir l'article

Le cigare, une question de temps

Voir l'article