Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

C’est sans doute l’endroit le plus reculé, le plus impressionnant mais aussi le plus mystérieux du Mexique : un pic volcanique qui se dresse à plus de 4000 m au-dessus du Pacifique, à 3 heures à peine des plages et des mangroves. C’est le Tacana, Coloso de fuego de l’Amérique centrale. Son ascension est un hommage à la culture Maya. C’est aussi la possibilité de croiser des quetzals, des tapirs, des toucans, des paons. Découverte d’une ascension réalisée fin février 2018.
Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

L’Argovia Finca resort dispose de 13 chambres avec piscine sur les contreforts de la Sierra Madre de Chiapas, face au Tacana. © Tacana Finca Argovia

De la selva aux alpages

Point de départ de l’ascension du Tacana (comptez 3 jours à partir de là) Unión Juárez*, appelée aussi la Suisse du Chiapas, au sein de la fameuse Réserve de biosphère classée en 2003 par l’Unesco. Un lieu préservé ou vivent 325 espèces d’oiseaux, dont beaucoup sont endémiques. La Selva, forêt tropicale (jungle) humide et très dense qui règne sur les pentes verdoyantes du Tacana est devenue l’un des derniers refuges au Mexique du somptueux et mythique quetzal (oiseau emblème du Guatemala qui a donné son nom à la monnaie, le quetzal).

*En venant de la ville de Tapachula (400 pesos en taxi, en négociant), au sud du Mexique, près de la frontière du Guatemala.

Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

Le départ de l’ascension du Tacana se fait de Union Juarez, au pied du volcan. Photo © FC

Sur le parcours, la première halte est le village Guatémaltèque de Tonala (affecté par un très fort tremblement de terre en septembre 2017) où l’on passe une première nuit ; la seule occasion avant le sommet de s’offrir quelques Gallos bien fraîches, à 10 quetzals la bouteille. La population d’origine maya parle encore le Mam et en Mam, Tacana vient de Tacnahuyú ou Tacnajuyú soit Colline de la Maison de feu.

Bivouac au Plan de los Ardillas

La deuxième journée est sportive. La montée de Talquián au Plan de los Ardillas (les écureuils) est un parcours de 2000 m de dénivelé (de 1667 à 3672 m) avec des pentes de 30 à 60 % (comptez 5 heures) d’autant plus éprouvant qu’il pleut. Le paysage s’étale en végétation de feuillus, de conifères et de surprenants alpages. Arrivé au bivouac, la pluie redouble, Roméo, le jeune guide nous rassure : « à minuit vous verrez l’un des plus beaux ciels étoilés du monde et demain, tout sera blanc. » Les mules sont aussi arrivées au bivouac avec tentes et cuisine.

Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

De la selva, chaude et humide, on s’élève vers une végétation de feuillus et de conifères. Photo © FC

Sur les sentiers du Tacana (Chiapas)

Ça y est, on y est ! On est sur les pentes du Tacana, le toit de l’Amérique centrale, la montagne vénérée des mayas. Atteindre son sommet, à plus de 4000 mètres, est selon la cosmogonie maya comme sortir des enfers. C’est la raison pour laquelle, ce colosse (le Phare du sud pour les marins mexicains qui le voient à des milles nautiques de la côte du Soconusco) est aussi appelé Casa del fuego. Le Tacana est en effet l’un des volcans les plus actifs de la Sierra Madre du Chiapas* dont la dernière éruption date de 1986. Plus bas, sur le flanc ouest du volcan, à environ 2000 m d’altitude, au cœur de la salva, le village d’Agua Caliente est connu pour ses sources thermales, ses cascades d’eau à 40° et ses ruisseaux aux eaux couleur orange vif (à cause de l’hydroxyde de fer).

* Son point culminant est le Tajumulco, au Guatemala, qui s’élève à 4 220 m d’altitude

Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

Deux jeunes guatémaltèques arrivés les premiers en haut du Tacana après 100 km et 48 heures de marche. Photo © FC

Comptez 3 heures de marche pour le sommet

Dernière tranche du périple une ascension de 3 heures jusqu’à la pointe de ferraille qui symbolise le sommet du volcan. Départ à 4 heures du matin (il fait -4°). Les 500 derniers mètres sont faits de montées à pic, de sentiers tortueux qu’éclairent à peine les lampes frontales dont il faut s’équiper. Le paysage est fantasmagorique… forêt de pins engluée dans la brume, tout est blanc, glissant, un silence impressionnant jusqu’au dernier cratère, une vaste étendue plate où les premières lueurs du soleil vous accueilleront. Est-ce le Guatemala, le Mexique ? Un alignement de bornes blanches sert à démarquer les 2 pays (la linea).

Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

Cratère à quelques rochers du sommet du Tacana. Photo © FC

Un incroyable panorama

Du sommet, le panorama est époustouflant. Par temps clair on aperçoit la chaine des volcans de la Sierra Madre du Chiapas qui domine la plaine côtière du Pacifique : le Santa Maria (3772 m), l’Acatenango (3976 m) et plus loin encore, l’eau et le feu, le Fuego (3763 m) et ses fumerolles (il était en éruption début février) situé aux environs de l’ancienne capitale Antigua du Guatemala et enfin, l’Agua (3760 m). Au sud-ouest apparaît aussi la ville de Tapachula, capitale de la province du Soconusco jusqu’aux plages et aux magnifiques mangroves du Pacifique.

Balade sur les flancs du Tacana, le toit verdoyant du Mexique

Du haut du Tacana à 4100 m, panorama sur toute la chaîne des volcans actifs du Guatemala (DR)

Pour aller plus loin cliquez sur le lien https://amazed.blog/