BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

BDK, drôle de nom pour une Maison de parfum. Mais le jeune David Benedek, son créateur, trempé dans l’univers familial de l’olfactif, se veut volontairement atypique, singulier dans le microcosme de la parfumerie où le seul nom évoque déjà le jus.

Une histoire de famille

Le parfum chez les Benedek est avant tout une histoire de famille, celle de ses grands-parents qui ont fui la Transylvanie pour gagner Paris. Sa grand-mère découvre « Je reviens » de Worth via sa clientèle d’hongroises et d’américaines fortunées, elle-même ayant embrassé la carrière d’esthéticienne. Elle demande à son époux de lui acheter ce parfum. A partir de là, le grand-père a l’idée de démarcher les grandes maisons de parfums pour aller les distribuer dans les bases américaines encore présentes au Havre, car nombreux étaient les soldats qui envoyaient des cadeaux à leur famille. Ne pouvant plus exercer son ex métier d’avocat, le grand-père devient ainsi distributeur de Worth, Patou et Dior. Une première parfumerie est établie au début des années 50 ; puis un « concept-store » rue de Rivoli en 1979, Benlux, qui propose soins, parfums, maroquinerie et accessoires de luxe pour hommes et femmes.

BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

David Benedek portrait d’un jeune parfumeur audacieux avec sa marque BDK. Photo © Romain Guittet

Autant dire que David Benedek est né entre les flacons de parfum, les gants parfumés et les minaudières italiennes.  Respectueux d’une certaine tradition familiale il ne pouvait que créer une marque de parfumerie, la sienne ! Il choisira « BDK »  petit surnom par lequel ses amis l’appelaient quand il était petit. Et plutôt que de chercher un nom poétique, pourquoi ne pas susciter la curiosité du client par 3 lettres qui, de son propre aveu, appellent la nécessité d’explications, l’envie d’en savoir plus.

BDK : un jeune influencé par ses souvenirs olfactifs

D’un côté une grand-mère qui portait « Je reviens » et « Rive Gauche » d’Yves Saint Laurent, de l’autre le paprika de sa Hongrie paternelle mélangé aux épices marocaines maternelles et surtout les odeurs de ses récents voyages : David Benedek emplit ses narines de tous ces souvenirs. De ses études à l’université de Pékin lui restent en mémoire les odeurs de pollution, de métal, de goudron des rues encombrées de voitures lesquelles contrastent avec les senteurs végétales et mouillées du lac entourant le Palais d’Eté. De son séjour à New York, c’est la senteur boisée de Central Park qui s’imprime en lui.

BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

Oud-Abramad BDK. Photo © DR

Du « made in France »

Reconnaissance envers la patrie qui a accueilli les siens, engagement personnel et responsable ? Toujours est-il que créer en France ses parfums compte pour David Benedek et celui-ci de faire fabriquer ses jus à Grasse, son flacon en Normandie avec un hommage particulier à la ville lumière dans le capot qui n’est rien d’autre que le dôme du Grand Palais.

BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

Bouquet de Hongrie BDK. Photo © DR

Une petite collection de 7 jus

Sortis en 2016, à la création de la marque, les jus peut-être les plus connus sont « Bouquet de Hongrie », un floral lumineux en hommage à sa grand-mère et « Pas ce soir », un chypre boisé sensuel. Aux côtés de ces senteurs presque parisiennes, 3 jus plus orientaux avec la recherche comme toujours de belles matières et cette fois-ci l’inspiration de contes imaginaires : « Wood Jasmin » en un mélange de bois et de la reine des fleurs, « Tubéreuse Impériale » autour de la fleur charnelle et nocturne, « Oud Abramad » qui concrétise la magie de ce bois oriental aux multiples facettes.

BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

Rouge Smoking BDK. Photo © DR

Deux nouveautés : « Rouge Smoking » et « Crème de Cuir »

Le premier est un jus ultra sensuel inspiré des filles de Pigalle que David Benedek a croisées : des filles mutines, espiègles, passionnées, énigmatiques aux allures bohème avec le choix affirmé d’un jus de couleur rouge comme l’emblématique Moulin Rouge du Boulevard de Clichy. Cet ambré fruité s’arrondit autour de la bergamote, d’un accord baies roses-cerise, de vanille et d’héliotrope, de cashmeran, de fève tonka, de muscs blancs.

Entrée dans le registre de la collection ‘matières’ tout comme le bois de oud, la tubéreuse ; la seconde fragrance, « Crème de Cuir », contraste par un côté goudron-tabac-bois-fumée du cuir et par son autre aspect blanc, pur, laiteux, solaire pour une odeur au final tout en rondeur et sensualité

BDK : une marque de parfum trempée dans le giron familial

Crème de Cuir BDK. Phot © DR