Culture

De Lil Halima à Alicia Keys, retour sur une année remarquable pour la planète soul

Auteur : Sara Mokrane
Article publié le 5 janvier 2021

La multiplication des courants alternatifs, des croisements et des acculturations invite à transgresser les genres et les catégories pour saisir les influences.  Cette première sélection s’appuie sur celles et ceux qui ont marqué 2020 par leur inventivité ou leur saisissante inspiration rétro : Alina Baraz, Alicia Keys, Lil Halima, Kimberose, DRAMA, Ben L’oncle Soul, Dragonfruit, AYLO.

La voix séraphique d’Alina Baraz, It was divine (Mom + Pop Music)

Ouvrons le bal sur du R&B (inspiré de la soul et du hip hop). Ce courant, qui a séduit plus d’une diva de la pop (de Lauryn Hill à Rihanna) ne cesse de se métamorphoser. Et ce n’est pas Alina Baraz qui nous fera mentir. Sa voix angélique trouve de magnifiques inspirations depuis sa collaboration amorcée en 2015 avec le producteur de musique électronique Galimatias. Elle fait merveille dans son dernier album It was divine qui s’épanouit tout le long des 16 titres avec des samples (extrait sonore) envoûtants et hi-hat trappy (son de cymbales propre au courant musical Trap) pour composer son caractère unique et sensuel. Mention spéciale pour les featurings (collaborations) de qualité grâce à la présence de Nas, 6lack, Smino et Khalid.
Le titre Say You Know a retenu notre attention, il est épuré seules une guitare et un violon portent la voix de la chanteuse, sublimée par des tierces discrètes pour un résultat céleste, clin d’œil au titre de l’album.

Alicia Keys avec A.L.I.C.I.A (RCA Records) retourne aux sources de la soul

Il est inutile de revenir sur l’immense carrière de l’auteure-compositrice-interprète, Alicia Keys, primée de plusieurs Grammy Awards notamment pour son premier album, Songs in A Minor (juin 2001).
Si nous lui offrons le sceptre et la couronne de reine de la Soul courant musical qu’elle a su si bien renouvelé, elle reste aussi une artiste engagée. La récente réédition de son opus A.L.I.C.I.A.. s’inscrit dans la continuité de son album Here (2016). Elle y insuffle ses expériences de vie et sa vision bien consciente du monde. La force de ses textes touchent notamment sur les thèmes variés et très actuels tels que les violences policières, l’introspection et l’apaisement de l’esprit. L’artiste se livre totalement sur les mythiques Empire State of Mind en version acoustique, ou Girl on Fire.
Le titre pop Underdog dans lequel la patte artistique du chanteur Ed Sheeran se retrouve dans le style rappé – folklo des couplets où, sans surprise, le roi de la pop figure parmi les auteurs.

Lil Halima, Glue (Def Jam Norway), la combinaison parfaite entre R&B et voix soul

A tout juste 22 ans, ce talent encore peu connu en France (et qui mérite de le devenir), revient en 2020 avec son single Glue, un an après son premier album Brown Girl Diary. Bercée par l’immensité sauvage et féérique de l’Europe septentrionale, la jeune multi-instrumentiste norvégienne ne se donne aucune limite en termes de source d’inspiration et dit apprécier l’écoute de genres variées : de l’attendu RnB, de la modeste folk, jusqu’au déluré punk dont elle se nourrit.
Glue s’appuie sur une basse minimale mais efficace, avec des influences électros, et un ton intimiste, dans lequel elle raconte, armée de sa voix suave, son exaspération face au comportement trop intrusive de certaines de ses relations (amoureuses).

Kimberose, Back on my feet (Six et Sept)

C’est un fait, les français trépignent d’impatience, mais Kimberose les laisse patienter encore quelques temps avant la sortie annoncée de son album OUT, deux années après Chapter One, qui propulsa le groupe sur le devant de la scène. Sans oublier le succès de leur premier Long Play (75 000 albums vendus) et d’une tournée en date de plus de 120 dates sur le territoire francophone uniquement.

En attendant, les coveristes (chanteur de reprise) des célèbres I Say A Little Prayer, I’m Sorry, ou encore Strong Woman ouvrent les festivités avec un single livré le 25 septembre dernier : Back on my feet. Un titre pétillant et plein d’énergie dans lequel le groupe français nous transmet son sentiment de renaissance. Nous devinons alors, un possible combat face à des moments sombres et tourmentés laissant place à un empowrement éclatant, dans cet hymne à la confiance en soi.
Nous partageons ses bonnes vibes juste ici :

DRAMA, Forever And A Day (Secretly Distribution) : quand la Soul s’enivre sur de l’électro 

Le duo DRAMA c’est l’alliance entre la voix résonnante de Via Rosa et les talents du producteur Na’el Shehade, que nous retrouvons collaborant sur les œuvres des pépites de la scène urbaine américaine : Chance the Rapper, Kanye West, ou encore Jean Deaux. Une véritable alchimie artistique réside entre les deux artistes de Chicago, qui nous immergent d’une onde romantique équilibrée et ancrée entre amour soucieux et sentiment d’espoir dont Forever And A Day traduit parfaitement l’esprit.
Des accords 7ème, une production d’inspiration garage, un chant soul et des samples réverbérés très appréciés, font de leur musique un acolyte parfait des très prisés défilés de la Fashion week ou du dernier club underground à la mode. A découvrir ici :

Ben l’oncle Soul, All my life (Decca Records France)

Un détour par la France pour retrouver une icône masculine de la soul. C’est en 2019 que nous retrouvons Ben L’oncle Soul à la sortie des métros parisiens pour un live inédit, Addicted to you titre éponyme de l’album qu’il sortira quelques mois plus tard.
Comme à son habitude, sa performance est à couper le souffle, puisque l’artiste s’octroie des libertés d’interprétation : des Riffs et Runs dont l’aisance et le naturel se laisse apprécier volontiers.

Ce n’est pas tout ! Coup de cœur pour le titre All my life, réelle machine à remonter le temps, avec cette collaboration Urban-soul mettant en lumière le groupe iconique du rap français IAM. (On se souvient d’Akhenaton et Shurik’n et leur groovy « Je danse le MIA ») Ce titre est l’alliance parfaite entre la Motown à son âge d’or et le rap francophone des années 90. Les quatre années de silence de l’oncle BEN valaient bien l’attente, on vous laisse écouter ce chef d’œuvre

Les trouvailles 2020 qui ont retenu notre attention.

Dragonfruit, Wasted (Super Sonic Jazz Records) 

Découvert par hasard dans les entrailles infinies d’internet, ce groupe hollandais mérite amplement un clic supplémentaire à leur vidéo Wasted. Une animation minimaliste en guise de support, une chanteuse passionnée, des back-up effet « monstre », un surprenant couplet de rap en qualité d’outro qui nous rappelle le groupe français Deluxe à leur début, en bref, une pépite à découvrir.

Mention spéciale pour AYLO et son très récent EP Clairsentience (Soulection)

A écouter au coin du feu pour une ambiance chaude et réconfortante. D’origine nigérienne, cet artiste complet (il produit ses propres instrumentaux) tire ses inspirations de légendes soul telles que Whitney Houston, Fela Kuti, Herbie Hancock, ou encore J. Cole. Performance en live de Closure (1ertitre de son EP):

Références discographiques

  • Alina Baraz, It was divine, Say you know (Mom + Pop Music)
  • Alicia Keys, Here (RCA Records)
  • Lil Halima, Glue (Def Jam Norway)
  • Kimberose, OUT, Chapter One, (Six et Sept)
  • DRAMA (Via Rosa X Na’el Shehade) Forever, And A Day (Secretly Distribution)
  • Ben L’oncle SoulAddicted to you, All my life (Decca Records France)
  • Dragonfruit, Wasted, (Super Sonic Jazz Records)
  • AYLO, Clairsentience (Soulection)

Partager

Articles similaires

Sélection Jazz novembre 21 : John Coltrane, Oscar Peterson, MLB Trio

Voir l'article

Cinéma : Hommage Dean Stockwell, second rôle captivant (1936-2021)

Voir l'article

Jazz : Lisa Simone et Anthony Jambon (Athénée Théâtre Louis Jouvet)

Voir l'article

Carnet de lecture d’Ellen Giacone, soprano, Body & Soul Consort

Voir l'article