Culture

Entre suavité et swing affirmés, retour sur la discographie de Carla Bruni

Auteur : Olivier Lauriot dit Prévost
Article publié le 17 avril 2021

[La fabrique des icônes] Beaucoup de vies successives enrichissent la trajectoire musicale de Carla Bruni. L’ancienne mannequin a réussi sa conversion en quelques textes et trois albums. Grâce à sa capacité à bien s’entourer, l’auteur-interprète impose un ton, un style et une voix en toute légitimité. Singulars propose de refaire les différentes étapes de cette ascension populaire.

2000 – Première fleur de Julien Clerc

La première trace de la conversion de la belle turinoise ex-mannequin en musicienne se trouve dans l’album Si j’étais elle de Julien Clerc, qui reprend 5 de ses textes sur les 11 titres de l’album. Ils révèlent une plume talentueuse, description amusée des relations amoureuses.

2002 – Quelqu’un qui m’a dit

A ses paroles vaporeuses et fruitées qui deviennent vite sa marque de fabrique, Carla Bruni offre aussi des mélodies bien balancées qu’elle imagine avec Louis Bertignac (cofondateur de Téléphone) et qu’elle habille suavement avec sa guitare classique. Son album a tout d’une révélation, prix des victoires qui sera pourtant remis en 2003 à Vincent Delerm qui chantait, lui, son amour pour Fanny Ardant. De cette cérémonie on retiendra surtout la performance de Renaud et d’Axelle Red sur Manhattan-Kaboul, seulement deux ans après la chute des tours jumelles aux Etats-Unis

2004 – Développement chez Naïve

Patrick Zelnik ne s’y trompe pas, et fait le pari de signer cette artiste aux sonorités mêlant folk et chanson française dans son label Naïve. Un mot d’ordre chez lui : pas de mot d’ordre. Faire la part-belle à la création musicale, et tourner le dos aux superproductions marketing américaines qu’il connaît si bien, puisqu’il présidait la puissante filiale française du groupe Virgin jusque 1997.

2005 – En live

L’orchestration du disque est un travail tout en douceur, pour sublimer le talent inné de Carla Bruni pour le songwriting. La première écoute donne l’impression rafraîchissante d’écouter un album de maquettes, ces ébauches de chansons qui préfigurent d’un album plus fourni. En live, l’artiste berce le public de sa voix douce. Elle cultive également un sens de la provocation mutin, comme à la 23e minute de ce live au Trianon où elle reprend Brassens « Quand je pense à Fernande… »

Mais le génie de la chanteuse réside aussi dans sa capacité à s’entourer des plus fines mouches du genre. Pour danser avec cette voix pastel, le souffle des percussions de Régis Cecarelli (Chambre avec vue, Henri Salvador) et la rondeur caractéristique de Laurent Vernerey, célèbre requin de studio, qui parmi tant d’autres apparitions, s’est réservé la crème de la crème en la personne de Claude Nougaro dans son live Hombre et Lumière. Manier les mots, baignés de notes subtiles, le destin et sa reconnaissance populaire se confirme avec la Victoire de l’artiste féminine aux Victoires de la Musique en 2004.

2008 – Eternelle amoureuse ? – Comme si de rien n’était

L’italienne fatale virevolte entre les amants, se jouant des règles, et défiant toute prédiction. L’amour, toujours, « Tu es l’envie et moi le geste / Toi le citron et moi le zeste ». Surprise générale quand elle devient la première dame de France en 2008. C’est pourtant toujours elle, L’amoureuse, qui compose la musique de ce petit chef d’œuvre, avec l’aide discrète de son camarade de label, Benjamin Biolay. Aérien, le single a tôt fait de convaincre les français et d’emmener le disque vers le double platine.

2008 – L’amoureuse

Une fois n’étant pas coutume, Carla Bruni tisse une merveille avec le bassiste Laurent Vernerey, Denis Benarrosh aux percussions (Ma chère et tendre, Henri Salvador) et le producteur Dominique Blanc-Francard au studio Labomatic dans le 8e arrondissement de Paris. Quelques accords seulement se marient avec la poésie variée de l’artiste : tantôt touchant – dans son adieu à son frère Virginio dans Salut marin – tantôt dansant – dans Tu es ma came – tantôt mélancolique, l’album surprend par sa richesse musicale et ses formules entre le français, l’italien et l’anglais. C’est sa sortie la plus complète et la plus réussie.

Ouverture à l’international – French touch, 2017, Little French Songs, 2013

Carla Bruni est une personnalité française, mais connaît aussi un succès certain à l’étranger. En particulier sur ses albums en anglais, qui ouvrent le champ des possibles et projettent l’artiste à l’étranger. On la retrouve en tournée aux Etats-Unis, ou en studio où elle développe ses mélodies au gré de reprises, comme ici à New York sur un texte des Stones.

Et aujourd’hui ? – Carla Bruni, 2020

L’album éponyme sorti malgré la COVID renoue avec ses premiers titres chez Naïve, bien que la chanteuse s’en soit affranchie avant que la maison de disque ne passe sous l’égide du distributeur français Believe en 2015.

Au menu, le retour des chansons fortes et efficaces, qui montrent sa plume aiguisée. La clé de l’album réside aussi dans son producteur, bassiste et pianiste par intermittence. Il est surprenant que ces deux artistes ne se soient pas rencontrés plus tôt, tant la douceur d’Albin de la Simone correspond au swing mesuré de Carla Bruni. On peut l’apercevoir à la basse dans les sessions live de promotion de l’album, où au clavier « una corda », un piano droit désossé, dont il ne reste que la structure et un son satiné.

La ligne directrice de la première dame reste son élégance en live.

Souvent mi assise, mi debout, elle ondule avec sa guitare classique et les ensembles acoustiques divers qui l’accompagnent. Elle se découvre selon les producteurs qui la révèlent et mettent en lumière ce talent d’écriture de chansons. Une épopée finalement pas si Naïve, depuis que l’artiste a signé chez Barclay. Une poignée d’accords, un entourage musical exceptionnel et des paroles lumineuses, l’alchimie peut opérer.

En somme rien de très compliqué, Rien que l’extase.

Pour suivre Carla Bruni

Son site officiel

Discographie :

  • Si j’étais elle, Julien Clerc, Parlophone 2000
  • Quelqu’un m’a dit, Carla Bruni, Naïve, 2002
  • No promises, Carla Bruni, Naïve, 2007
  • Comme si de rien n’était, Carla Bruni, Naïve, 2008
  • Little French songs, Carla Bruni, Barclay-Teorema, 2013
  • French Touch, Barclay-Teorema, 2017
  • Carla Bruni, Carla Bruni, Verve, 2020

Partager

Articles similaires

Sélection Variétés de mai 21 : French 79, Kings of convenience, Polo & Pan, Sébastien Tellier

Voir l'article

Laissez-vous guider par Radio Nova, Fip, Tiny Desk NPR et Colors Studio

Voir l'article

À la découverte des nuances de la Brazilian Bass et de la Slap House

Voir l'article

A la découverte de l’électrochill d’Inside Records : Plüm, Mr Tout Le Monde, Øctav, Pas Sages

Voir l'article