Culture

Trois bonnes raisons d’aller écouter du Jazz à la Villette début septembre

Auteur : Ezéchiel Le Guay
Article publié le 22 août 2020

Wayne Shorter, Herbie Hancock, Brad Mehldau ou encore Christian Sands… Tous ont joué à Jazz à la Villette. Chaque année, le festival parisien réunit à la rentrée les grands noms du jazz, hip-hop ou soul. Pour l’édition 2020 du 4 au 13 septembre, Singulars recommande au moins trois concerts à ne pas manquer : Éric Legnini, Bojan Z, Baptiste Trotignon et Pierre de Bethmann, John Coltrane’s “Africa / Brass” Revisited et Roberto Fonseca Solo & Friends.

Éric Legnini, Bojan Z, Baptiste Trotignon et Pierre de Bethmann (4 septembre – 20 h 30)

Quatre pianistes, quatre Victoires du Jazz, quatre parcours différents.
Tous se retrouvent sur la même scène et jouent ensemble sur deux pianos et deux Fender Rhodes. Ce format très particulier est un véritable défi puisque bien souvent, le pianiste est le leader. Il a l’habitude d’être le maître du monde. Quand il joue en trio (avec contrebasse et batterie) il mène la danse : il expose la mélodie et improvise en premier. Or ici, il est question de quatre pianistes, ce qui n’a absolument rien à voir. Chacun devra essayer de ne pas trop en dire, d’être sur la retenue pour que ce débat d’idées musicales reste équilibré. Ce sera la deuxième fois que ces quatre musiciens se retrouvent à jouer en même temps des standards et des compositions personnelles.

John Coltrane in 1963 Photo @ Hugo-van-Gelderen-Anefo

John Coltrane’s “Africa / Brass” Revisited (11 septembre – 20 h 30)

Le 1er septembre 1961, John Coltrane (1926-1967) sort Africa / Brass, album très spécifique et le  plus important de sa trop brève carrière ; le seul a été enregistré en big band. Le maître du saxophone y associe en effet 20 musiciens pour une magnifique interprétation de trois morceaux : deux compositions (Africa et Blues Minor) et une reprise Greensleeves.
Pour redonner vie à cet album désormais mythique, l’arrangeur Christophe Dal Sasso assure la direction d’une vingtaine de musiciens, dont la présence notable des trois saxophonistes remarquables : Géraldine Laurent, Sophie Alour (nommée aux Victoires du Jazz 2020 dans la catégorie « meilleur album de l’année ») et David El-Malek.

Roberto Fonseca Photo @ Carles Roig

Roberto Fonseca Solo & Friends (12 septembre – 20 h 30)

Le pianiste cubain Roberto Fonseca, né en 1975, est plongé dans la musique dès son plus jeune âge. Son père et ses deux frères jouent de la batterie et et des percussions, sa mère chante. Il commence lui-même la batterie à quatre ans pour ensuite passer au piano à huit ans. Il donne son premier concert à l’âge de quinze ans à un Festival à la Havane. Il remporte le prix du Meilleur Album de Jazz à la cérémonie Cubadisco en 1998, devient en 2001 le pianiste du mythique Buena Vista Social Club, enfin il  est nommé en 2012 pour un Grammy.
Tout au long de cette brillante carrière, si le pianiste cherche à concillier tradition et expérimentation, il veut surtout produire un son personnel. Ce que lui fait revendiquer
dès les années 1990 : « Peu importe où se trouvent les gens, je veux qu’ils puissent entendre ma musique et se dire, « C’est du Roberto Fonseca », en somme une personnalité aussi rayonnante qu’attachante !

En savoir plus sur Jazz à la Villette 2020

Jazz à la Villette du 4 au 13 septembre
221, Avenue Jean Jaurés 75019 Paris

Partager

Articles similaires

Palo Alto, le concert improbable de Thelonious Monk

Voir l'article

Charlie Parker, la révolution du bebop

Voir l'article

Trois géants de la trompette pour aimer le jazz (V) : Miles Davis, Chet Baker et Wynton Marsalis

Voir l'article

L’édition “Autrement” du Festival Radio France Occitanie Montpellier

Voir l'article