Déguster

Ao Yun, le vin rouge tibétain déjà mythique

A la force du poignet, la Chine se revendique comme le septième producteur de vin mondial (autant que l’on puisse avec certitude valider ce chiffre). Son vignoble se classe aujourd’hui au deuxième rang mondial. Loin du mythe persistant d’une piètre qualité, les progrès réalisés sont spectaculaires. Des vins exceptionnels s’imposent comme le Ao Yun produit sur les sommets tibétains.

Auteur / François Collombet

Le tourteau, crabe marcheur plus fin qu’il n’y paraît

Ce crabe s’appelle tourteau parce qu’il est gros et massif et qu’un naturaliste peu doué pour la poésie l’a baptisé ainsi au motif qu’avec sa carapace lisse brun rougeâtre et ses pattes disposées en étoile, il ressemblait… à une tourte de pain (torta panis) ! Sous sa carapace épaisse, ce lourdaud a pourtant une chair fine et délicate dont les qualités gustatives en font un mets de choix, même s’il faut de la patience pour le décortiquer.

Auteur / Blandine Vié

Les rouges éclatants de Marcel Richaud

Les nez les plus fins ont découvert ses vins au début des années 1990. Depuis les côtes-du-rhône villages et les cairannes de Marchel Richaud ont conquis le monde. Loin de prendre sa retraite, le vigneron installé au pied des Dentelles de Montmirail sur les coteaux du village de Cairanne, un bourg situé entre Carpentras et Vaison-la-Romaine sur fond du Mont Ventoux, peaufine encore son art. Et communique sereinement avec ses enfants Claire et Thomas.

Auteur / Isabelle Bachelard

La grande famille des fromages de chèvre

On dit qu’en France, il y a 365 fromages, un pour chaque jour de l’année. En vérité, il en existe bien plus et les fromages au lait de chèvre constituent à eux seuls une grande et belle famille qui compte des cousins dans toutes les régions de France, révélant aussi bien que les vins la richesse et les parfums de nos terroirs. C’est aussi la raison pour laquelle fromages et vins peuvent former de si beaux couples.

Auteur / Blandine Vié

Le veau de printemps dit de la Pentecôte

Il y a tout juste vingt ans, la « Filière Veau » a eu l’idée de mettre la viande de veau en exergue au moment de la Pentecôte, pour faire le pendant à l’agneau de Pâques. Toutefois, si cette initiative ne repose pas sur une tradition religieuse, elle procède d’une réflexion pleine de bon sens. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle a été rapidement adoptée.

Auteur / Blandine Vié