Gaming : du hardware de luxe à l’ordinateur virtuel

Dans son sport de compétition, le Gaming, Yukie est une vraie star qui attire des foules d’amateurs. L’e.Sport passionne des dizaines de millions de fans grâce aux chaines spécialisées. Vous pouvez aussi partager des sensations fortes avec le matériel de compétition adéquat. Sélection de vraies bêtes de jeux…

Yukie, 26 ans, Alain Huber à l’état civil a remporté un grand nombre de tournois dont le célèbre Games Köln. Cette victoire fait de lui une sorte de demi-dieu pour des milliers de kids complètement accrocs à ce qui nous semblait être avant tout une distraction, nécessaire pour occuper les têtes blondes, mais peut aussi devenir un calvaire en cas d’addiction. Yukie lui est un professionnel. Il appartient à l’équipe des Millenium sponsorisée par le groupe d’édition Webedia. En plus d’un salaire mensuel, notre crack de la manette empoche les primes des compétitions. Bon, nous ne sommes pas en Corée où parfois certains e.sportifs empochent des millions, mais Yukie arrive à vivre de sa passion.

Gaming : du hardware de luxe à l’ordinateur virtuel

ROG GR8 II

e.Sportifs de haut niveau

Et comme tout sportif professionnel, notre super gamer s’entraîne dur. Avant une compétition, les Millenium se réunissent pendant une semaine et bossent jusqu’à douze heures par jour ! La moitié de la journée face à un écran à tirer sur tout ce qui bouge sans se faire exploser. Yukie et ses potes sont spécialisés sur ‘’Player Unknown’s Battlegrounds’’, un jeu qui a rapporté l’an dernier 600 millions de dollars à son éditeur Bluehole. En compétition, une centaine de joueurs représentés à l’écran par des surhommes s’affrontent. Le « survivant » empochera la prime. A Cologne, Alain a raflé 15 000 euros. Pour espérer gagner, il faut être malin et rapide, connaitre le jeu sur le bout des doigts et disposer d’un matériel infaillible.

Gaming : du hardware de luxe à l’ordinateur virtuel

PC GAMER HP OMEN 880-147NF

Le prix de la victoire

Car, dans la quête de victoires, l’informatique tient un rôle crucial. Yukie et ses collègues investissent des sommes conséquentes. Les ordinateurs dédiés aux gamers coûtent beaucoup plus chers que les PC normaux. Trois constructeurs se disputent le marché : Dell (et sa marque Alienware), HP (Omen)et Asus (Republic of Gamer). Mais les vrais joueurs préfèrent faire assembler leurs ordinateurs par un spécialiste. Ils savent parfaitement ce qu’ils veulent, et ils sont certains de disposer des composants les plus performants. Alain trimballe ainsi de compétition en compétition un bijou technologique hors de prix. Avec le boîtier et le montage, l’unité centrale vaut 2 000 euros contre 500 pour un honnête ordinateur de bureau. Mais à ce prix*, elle contient le nec plus ultra de la technologie :

Un processeur Intel Core i7-7700K : 350 euros
Une mémoire vive (RAM) 16Go G.Skill DDR4 3000 MHz : 200 euros
Une carte mère ASUS ROG STRIX Z270E GAMING : 220 euros
Une carte graphique EVGA GeForce GTX 1080 Ti : 800 euros
Un disque dur SSD Samsung SSD 960 EVO M2 : 240 euros
*Prix moyen constaté sur plusieurs sites spécialisés

Et ça n’est pas tout ! Un vrai gamer aime mieux « mourir » plutôt que d’employer des accessoires bas de gamme. Notre ami des Millenium s’est fait plaisir et s’est offert pour 500 euros un magnifique écran BenQ Zowie 24,5’’ Full HD, doté d’une fréquence de rafraîchissement ahurissante de 240 Mhz. Ses mains parcourent simultanément un clavier Logitech G410 (130 euros), une souris Razer Deathadder Elite (70 euros). La partie audio est assurée par un casque Roccat Kave XTD 5.1 Digital (230 euros) et un micro Blue Yeti (150 euros).  Au total Super Yukie a dépensé 3 000 euros. Il change régulièrement tel ou tel composant, avant d’acquérir une nouvelle configuration tous les trois ans. Avec douze heures d’entrainement par jour, le matériel doit souffrir.

Gaming : du hardware de luxe à l’ordinateur virtuel

Dell New Alienware Aurora

Internet a réponse à tout

Est-on obligé d’investir autant pour profiter d’un matériel performant de gamer ?  Non, nous affirme notre confrère Frédéric Luu de Jeuxvideo.com qui anime ‘’Le Journal du Hardware’’ diffusé chaque lundi soir sur ES1.  Mais il va quand même falloir dépenser un peu de sous, entre 800 et 1000 euros selon le processeur et la carte graphique, les deux composants essentiels. Inutile selon Frédéric de frimer avec un boîtier transparent ou un clavier illuminé par une rangée de LED. Un écran de 22’’ à moins de 150 euros fait également très bien l’affaire.

Dernière question : où acquérir la configuration de ses rêves d’as du gaming ? Tout le monde n’habite pas près de la rue Montgallet à Paris avec son armée de revendeurs d’électronique. Heureusement, Internet a réponse à tout ! De nombreux sites proposent aux amateurs des configurateurs de PC et disposent d’ateliers très compétents.  Attention, tous les assembleurs ne sont pas achalandés de la même manière et les prix peuvent varier sensiblement d’un site à l’autre. Parmi les plus sérieux citons, les Lyonnais de LDLC.fr qui profitent d’une excellente réputation. Matériel.net, Topachat.com et Rueducomerce.fr sont également plébiscités par les gamers.

Gaming : du hardware de luxe à l’ordinateur virtuel

Frederic Koberl Unsplash

L’ordinateur virtuel

Une autre solution a également le vent en poupe : l’ordinateur virtuel. « Plutôt que d’investir mille euros dans une unité centrale, il vaut mieux acquitter un abonnement de 30 euros à une plateforme comme Shadow.tech, explique Frédéric Luu. Le joueur est certain de disposer d’un PC hyper puissant, en fait un serveur installé dans un data center. Il aura aussi accès à une foultitude de jeux. » Bien entendu, il faudra tout de même posséder un écran, un clavier, une souris et un terminal connecté à Internet.

Les assembleurs

Il existe trois possibilités pour obtenir une configuration sur mesure. Le gamer commande ses composants et les assemble lui-même. Surtout, ne croyez pas les tutoriels exposés sur YouTube : l’affaire n’est pas si simple et exige de véritables compétences. Et surtout, elle n’offre aucune garantie.
Deuxième option, le client recourt à un assembleur professionnel. Mais tout le monde ne connait pas de spécialiste. Enfin, passer une commande sur un site spécialisé. Avantage, les pièces sont testées et garanties. Les PC assemblés sont également testés avant d’être expédiés. Inconvénient, l’assemblage est facturé 50 euros et il faut patienter une dizaine de jours pour recevoir son ordinateur. Il existe pléthore d’assembleurs sur Internet. Mais attention ! Tous ne disposent de stocks de composants suffisants, et recrutent parfois leur main d’œuvre au petit bonheur la chance.