Gastronomie

Le chef étoilé Frédéric Simonin se renouvelle avec un nouvel écrin

Auteur : Patricia de Figueiredo
Article publié le 17 décembre 2021

Dans le décor totalement renouvelé de son restaurant de la rue Bayen, Frédéric Simonin a commencé un nouveau rebond. Les tons marrons et beiges se décline avec élégance et simplicité, cadre subtil pour une gastronomie sans artifice. MOF et étoilé, l’ambassadeur Bleu Blanc Cœur poursuit sa relecture inventive de la haute cuisine française. En toute liberté puisque la carte fixe a disparu.

Une ascension étoilée

Le chef Frédéric Simonin dans le nouveau décor de la rue Bayen

Disciple de Joël Robuchon Frédéric Simonin est venu à la gastronomie un peu par hasard. Fils d’un militaire, il raconte avoir voulu entrer dans la Légion à 17 ans mais il n’avait pas l’âge légal. Pendant son internat à La Roche-Guyon, l’un de ses camarades lui vante les avantages de travailler dans les cuisines, Frédéric s’y essaye et trouve sa voie.

« J’ai toujours aimé travailler de mes mains » explique-t-il dans le livre Frédéric Simonin La cuisine d’un chef engagé, que j’ai eu le plaisir d’écrire avec lui. Il cumule les concours et les titres et travaille aux côtés des grands, Marc Marchand au Meurice ou Philippe Legendre au George V mais surtout Ghislaine Arabian qui a été la première à croire en son talent.

Mais c’est avec Joël Robuchon qu’il monte les étoiles : sa première avec La Table de Joël Robuchon « Ce fut un réel honneur pour moi et un vrai challenge ». Sa deuxième arrive en 2006. Il part à Londres toujours avec Robuchon. Il revient et ouvre son restaurant rue Bayen le 7 avril 2010.

Changement de décor, changement d’approches

Le décor élégant du restaurant Frédéric Simonin est au diapason de sa cuisine

« Après plus de 12 ans, l’envie de changer de décor s’est fait sentir » Des tons plus clairs, plus gais, plus légers, des panneaux aux murs et parquets au sol, l’ensemble donne un sentiment de chaleur et de confort.  Il a surtout exprimé l’élégance qui accompagne merveilleusement sa cuisine sublimée.

Autre nouveauté, plus de cartes fixes désormais. Le chef joue les surprises, au gré de ses sensations, inspirations et surtout des saisons.

La continuité de plats signatures iconiques

L’un des plats signatures de Simonin Ceviche de Saint Jacques Photo Guillaume Savary

Outre la fameuse purée de Robuchon qui accompagne les plats, citons sans exclusive : l’amuse-bouche foie gras en petit pot, réduction de porto Vintage émulsion de parmesan reggiana ; les Saint-Jacques en céviche, bavarois de chou-fleur aux grains de caviar impérial sauce de corail d’oursins ; les morilles farcies et braisées au vin du Jura, royale de foie blond fleur d’ail et petit mouron ; le ris de veau à la fregola au goût d’une carbonara…
Son chef pâtissier Guillaume Levasseur s’aligne avec brio sur l’imagination du chef avec sa tarte au chocolat et caramel noisettes du Piémont caramélisées ou le soufflé au yuzu.

Un restaurant d’exception à redécouvrir sous un nouveau jour.

Réserver chez Frédéric Simonin

Frédéric Simonin, 25 rue Bayen, 75017 Paris,
Tél. : 01 45 74 74 74 – contact@fredericsimonin.com
Parking privatif à disposition

  • Menu midi : 60 euros 3 plats – 48 euros 2 plats – 2 verres 25€
  • 135€ 5 temps – 4 verres, 55 €,
  • 162€ 8 temps – 5 verres, 68 € – 7 verres, 88 €

Menu pour la Saint Sylvestre : 350 euros hors boissons.

  • L’Amuse-Bouche
    • Le radis, tendre gelé, espuma raifort, melba beurre des fanes
    • Royal d’oignon doux crème de laitue caviar vintage
  • La Truffe & le foie gras en fin copeaux, jeune poireaux façon vinaigrette truffe pilée
  • Les Huîtres Plates n°000, servies tièdes au lait battu, sarrasin torréfié et caviar Sturia
  • Les Saint-Jacques en coquille lutée bouillon de châtaigne fumé au bois d’Arang et truffes noires, Gelée des bardes au vin jaune
  • La Royale, lactée de canard parfumée au bouillon de poule truffé
  • Le Croustillant de Bar, biscuit moelleux de bar au caviar et cresson des bassins
  • Le Bœuf maturé, cuit au feu de bois (technique culinaire japonaise) bouillon de peau de céleri, Salsifis au jus parfumé de yuzu extrait et  feuille de capucine
  • L’Orange Glacée, parfumé au safran, croustillant de pâte Linzer
  • Le Palet Mendiant, compotée de pruneaux et abricots moelleux, rafraîchi à l’eau de vie de poire

 

Partager

Articles similaires

Aux Halles, Damigiana hausse le niveau de la bistronomie italienne

Voir l'article

Les Grandes marches incarnent la Bastille par ses traditions

Voir l'article

Avec Baca’v, Émille Cotte ouvre une auberge urbaine, avec priorité aux produits du Limousin.

Voir l'article

Perlimpinpin s’impose comme le temple parisien du tartare

Voir l'article