Gastronomie

Le pain et le cœur d’or de Massimo Bottura

Auteur : Sébastien Ripari de Septième Goût
Article publié le 26 avril 2018 à 23 h 58 min – Mis à jour le 22 mai 2018 à 10 h 25 min

Le tout premier souvenir d’une émotion culinaire de Massimo Bottura, chef italien triplement étoilé reste cette « soupe au lait » familiale où le pain rassis de la veille se transformait en délice râpé dans du lait et du sucre, Celui qui fut élu « Meilleur chef du monde » en 2016 retourne aux racines de son enfance en remettant le pain à sa place d’honneur. Celle du cœur.

Celui qui a porté son excellence gastronomique au sommet des 3 étoiles du célèbre guide Michelin, a révolutionné le monde des grands chefs en leur proposant de cuisiner pour des gens qui ne savent pas qui ils sont ! Créateur du concept « Refettorio Ambrosiano » en mai 2015 à l’Exposition Universelle de Milan, Massimo Bottura a bousculé les codes culinaires en ouvrant un restaurant éphémère prônant les valeurs de la lutte contre le gaspillage alimentaire et offrant des repas de grands chefs aux plus démunis.

Des ingrédients ordinaires pour des repas extraordinaires

Cuisiner avec ce qui semble ne pas avoir de valeur et lui redonner toute la richesse qu’il a à offrir… une ode à l’imperfection comme il aime à le proclamer, là où d’habitude la recherche de la perfection est constante, historique et mise en exergue par les scrutateurs professionnels de haute gastronomie. Massimo Bottura fait de la haute gastronomie une autre gastronomie, celle de la bienveillance, de l’intelligence, du partage et de la solidarité.

« Le pain est d’Or »
« Le pain est d’Or ». Photo @courtesy Massimo Bottura/Phaidon

50 des meilleurs chefs au monde pour émerveiller de pain rassis

A travers l’association « Food for Soul » qu’il a créée avec son épouse, il entend défendre l’idée que la cuisine étant un acte d’amour, il est possible d’agir face au constat avéré qu’« un tiers des aliments produits mondialement chaque année est gaspillé, pendant qu’un milliard de personnes souffrent de malnutrition. » Une implication humaine, responsable et concrète que le chef a choisi de partager avec 50 des meilleurs chefs du monde en les invitant à y participer.

Le Pain est d’or, édité chez Phaidon, rassemble les recettes inventées et sublimées par ces 50 personnalités gastronomiques à base d’ingrédients simples, accessibles à tous voire ordinaires, se transformant en plats extraordinaires sous la motivation et l’énergie créative de tous ces chefs à l’âme solidaire qui ont dit un oui à cet élan de bon sens et d’humanité culinaire.

Il raconte aussi avec de « vivantes » photos qui donnent envie, les rencontres, les histoires et les anecdotes liées à cette aventure unique au monde.

Pour changer votre regard et ne plus gaspiller

Plus de 400 pages magnifiques, d’une utilité inventive, changeant le regard de chacun sur l’utilisation des produits en cuisine et la notion désormais universelle que tout ce qui est consommable ne se gaspille plus. Désormais, un bout de pain est le début de la magnifique chaîne d’or de la survie planétaire…

Quand la nourriture du corps devient aussi nourriture de l’âme, c’est le combat énergique et sincère de Massimo Bottura et de son association « Food for Soul »qui vient d’installer en plein Paris en partenariat avec le foyer de la Madeleine, le premier Refettorio parisien ouvert depuis le 15 mars 2018.

Un livre beau, qui fait du bien, à se procurer sans tarder.

Pour découvrir Massimo Bottura

Le Pain est d’or, Massimo Bottura & Friends
Editions Phaidon
424 pages / 200 illustrations : 39.95€

Un livre, pour métamorphoser des ingrédients ordinaires en plats extraordinaires.
Massimo Bottura, qui fut élu « Meilleur…

Le Pain est d’or, Massimo Bottura & Friends
Editions Phaidon
424 pages / 200 illustrations : 39.95€

Un livre, pour métamorphoser des ingrédients ordinaires en plats extraordinaires.
Massimo Bottura, qui fut élu « Meilleur chef du monde » en 2016, a associé 50 grands maîtres de la gastronomie pour offrir des menus exceptionnels à partir d’ingrédients simples, presque passés, près d’être oubliés…

Dans ce même registre des abandonnés, mais incarnés, le chef italien va plus loin et s’approche de l’humain. Il vient d’ouvrir sous l’église de la Madeleine une cantine pour les personnes démunies, Refettorio Paris. (Pierre d’Ornano)

Son vaisseau amiral :
Osteria Francescana
Via Stella, 22 · 41121 Modène – Italie

Soutenir l’association Food for Soul

Partager

Articles similaires

Du Japon à St Malo, pour Bertrand Larcher, c’est du sarrasin breton sinon rien

Voir l'article

Le chef Mathieu Pacaud et le maître sommelier Frédéric Turpaud réinventent Divellec

Voir l'article

Josselin Marie, le chef engagé et éco-responsable de la Table de Colette

Voir l'article

Les soufflés d’exposition du chef Excoffier dans le 7e arrondissement.

Voir l'article