Gastronomie

Le Tsé Yang décline les gastronomies chinoises avec subtilité

Auteur : Patricia de Figueiredo
Article publié le 8 novembre 2021

Les gastronomies chinoises sont à l’honneur au Tse Yang, adresse mythique de l’avenue Pierre 1er de Serbie. Dans un cadre rénové avec finesse, le chef Xie Nai Cai fait rimer élégance et pluralité de saveurs respectueuses des cultures locales.  

La salle principale du Tsé Yang rédécoré Photo Patricia de Figueiredo

Une ambiance feutrée, invitation au voyage à Pékin

 

Depuis 40 ans, deux lions veillent sur l’entrée du restaurant, avenue Pierre 1er de Serbie. Un majestueux couloir avec son lustre contemporain suspendu au-dessus de nos têtes, donne le ton entre tradition et modernité à la fois du confort et de la gastronomie proposée.
Adresse mythique du 16e arrondissement,  Tsé Yang offre un voyage de saveurs au cœur de Pékin, la ville bouillonnante et secrète. La même famille règne depuis sa création sur ce lieu très précieux dont le décor vient d’être refait laissant la place belle aux luminaires modernes. Même si la tonalité profonde du lieu reste sur le noir et or, les murs sont désormais parés d’ornements graphiques aux couleurs orange, bleu. De jolies salles s’enchainent, jouant avec les lourds paravents de bois, plusieurs petits salons permettent de s’isoler de la salle centrale.

Le meilleur des gastronomies chinoises

La pluralité des couleurs culinaires est associée sur le plateau central de la table, typique de l’offre du Tsé Yang. Photo Patricia de Figueiredo

Côte carte, le chef Xie Nai Cai, tout droit venu de Hong-Kong propose le meilleur des gastronomies chinoises, car il faut parler au pluriel de la diversité des cuisines chinoises : la pékinoise, la cantonaise, la sichuanaise et la shanghaïenne. Ne cédant pas à la facilité des mix entre les continents, les plats revendiquent leur tradition. Au client d’associer les saveurs et les cultures gastronomiques.

Les classiques raviolis à la vapeur sont une entrée en matière incontournable, à moins de préférer le fameux potage pékinois, ici remarquablement équilibré.
Côté canard, nous avons le choix entre le canard rôti parfumé au thé au jasmin ou l’inconditionnel canard laqué en deux services. On peut préférer le filet de bœuf Black angus, poivre noir, tendre à souhait ou les crevettes Madagascar Kung Pao ou sauce aigre douce.

Plat signature du Tsé Yang, le dessert Banane et pomme flambées Photo Patricia de Figueiredo

En dessert, il faut opter pour les succulentes bananes et pommes flambées, à la table par un service aussi compétent que discret.

Sans surprise, pour ceux qui sont prêts à jouer les accords thé & mets, le maitre d’hôtel vous recommandera une carte des thés remarquable : thé blanc, thé jaune, plusieurs thés verts, thés Wulong…
Enfin, l’accueil est à la hauteur des surprises permanentes libérées par l’assiette.

Un précieux instant romantique

Si Tsé Yang reste un haut lieu des repas d’affaires discrets et confortables, rendez-vous du midi des avocats dont les cabinets pullulent aux alentours, il s’impose de plus en plus comme un rendez vous romantique et stylé pour des diners romantiques.

Un des petits salons privatifs du Tsé Yang, Pierre 1er de Serbie, récemment redécoré Photo Patricia de Figueiredo

Pour réserver au Tsé Yang,

Tsé Yang, gastronomies chinoises
25, avenue Pierre 1er de Serbie 75116 Paris
Tél : 01 47 20 70 22
Ouverture tous les jours de 12h à 14h15 de 19h à 23h (sauf le samedi midi et le dimanche)

Le menu déjeuner du mois d’octobre (39 euros) :

  • Nems, batavia et menthe
  • Poulet Kung Pao à la sichuanaise
  • Riz blanc nature
    Sorbet

Le menu pékinois en 6 temps (69 euros) :

  • Potage pékinois
    Xiao Long Bao Crevettes Kung Pao
  • Canard laqué comme à Pékin
  • Filet de canard sauté au soja
  • Riz sauté Yangzhou
  • Pommes caramélisées

Partager

Articles similaires

Avec Baca’v, Émille Cotte ouvre une auberge urbaine, avec priorité aux produits du Limousin.

Voir l'article

Perlimpinpin s’impose comme le temple parisien du tartare

Voir l'article

Selva crée un tourbillon de saveurs amazoniennes au cœur de Paris

Voir l'article

Le chef Camille Saint-M’Leux, l’aiguillon gastronomique de la Villa9Trois à Montreuil

Voir l'article