Gastronomie

Les Grandes marches incarnent la Bastille par ses traditions

Auteur : Patricia de Figueiredo
Article publié le 3 décembre 2021

Malgré les changements de circulation de la Place de la Bastille, Les Grandes Marches reste autant que le Colonne la vigie des traditions et le point de ralliement des gourmets. Pour un déjeuner d’affaires, pour boire un verre ou pour un dîner plus romantique après le spectacle lyrique. De 8h à minuit, dans un havre cosi, la vue plonge dans la vie parisienne en constante effervescence tandis que la cuisine très brasserie porte haut les couleurs culinaires françaises.

De l’importance du décor pour réunir les artistes

La salle du premier étage donne sur l’effervescence de place de la Bastille Photo Patricia de Figueiredo

Des baies vitrées qui laissent passer la lumière, un escalier qui monte à l’étage sur une salle qui domine la place de la Bastille, des photos noir et blanc représentant les artistes de l’Opéra, le décor des grandes marches respire le bien-être et le beau. Sans parler de la terrasse qui attire touristes et parisiens.

Le lieu a une (longue) histoire.

Des photos de spectacles ornent les murs du rdc Photo Patricia de Figueiredo

À cet emplacement, le restaurant s’est appelé longtemps La Tour d’argent. Aucun rapport avec la célèbre maison du Quai de la Tournelle, avec qui une procédure avait été engagée, c’était juste un rappel historique.
En effet, avant la Révolution,  cet angle de la Rue Saint Antoine était un octroie où était collecté les impôts et taxes. Une tour y était construite à l’ombre de la forteresse.
Puis ce fut un négoce de vins.
Depuis 1989, aux cotés du nouvel Opéra National, le restaurant désormais dans le giron du groupe Joulie, groupe d’établissements renommés comme Sébillon ou L’Européen dont Singular’s a venté l’esprit, fait la synthèse entre les mélomanes avant ou après le spectacle, la décoration les choie, les artistes dont les ateliers pullulent du coté de la Roquette, et les amateurs de mobilier de la rue Saint Antoine.

Archétype de la belle brasserie

Le Grat-Oignon reste l’incontournable d’une brasserie, servie à toute heure Photo Francis Hammond

Sans surprise, la carte propose les classiques :  Foie gras de canard français au naturel, chutney de fruits secs, toasts ; Gros escargots de Bourgogne servis en coquille par 6 ou Cuisse de canard confite du Sud-Ouest, pommes sarladaises persillées, …
Mais n’oublie pas quelques signatures, comme un céviche de dorade au citron vert et aux aromates et des Noix de Saint-Jacques à la plancha linguine aux feuilles d’épinards.
En dessert, la brioche façon pain perdu crème glacée au caramel beurre salé le dispute à la gourmandise à la verrine d’ananas, coulis passion et mascarpone.

La gourmandise à la verrine d’ananas, coulis passion et mascarpone, un onctueux dessert festif des Grandes Marches Photo Patricia de Figueiredo

Franck Paci, le directeur de l’établissement, en grand professionnel, vous accueille avec gentillesse et saura vous guider dans vos choix.
Quoiqu’il en soit le menu à 38 €, boissons comprises, est une aubaine, au vue de la qualité des plats.

Tout sur Les Grandes Marches

Les Grandes Marches,
6, place de la Bastille, 75012 Paris
Ouvert 7/7 j – de 9h30 à minuit
Tél. : 01 43 42 90 32

Le restaurant dispose de salons privés.

  • Menu affaire 38 €, vin et apéritif compris.
  • Formule Express 24€

Partager

Articles similaires

Aux Halles, Damigiana hausse le niveau de la bistronomie italienne

Voir l'article

Avec Baca’v, Émille Cotte ouvre une auberge urbaine, avec priorité aux produits du Limousin.

Voir l'article

Perlimpinpin s’impose comme le temple parisien du tartare

Voir l'article

Le Tsé Yang décline les gastronomies chinoises avec subtilité

Voir l'article