Anthologie : La vie après la mort, Pierre A. Riffard (Bouquins)

Avec Elisabeth Andrès et Gilbert Pons, Collection Bouquins 1184 p. 32€

Nulle provocation en pleine pandémie et à la veille de Pâques, Singulars rend compte de cette surprenante anthologie dédiée aux cultures et expériences du sacré, dans ce qu’elle porte d’explications, d’expressions, et de dépassement du mystère de la  « La vie après la mort ». Entre les énigmes de l’Au-delà face aux savoirs scientifiques et aux intuitions des spiritualités qui transcendent l’existence, Pierre A. Riffard tente de cerner par scénarios successifs des invariants de cette ultime « terra incognita ».

Des cultures du sacré aux manifestations du spirituel

Peut-on dans un seul livre, fut-il de plus de 1000 pages, concentrer ce que signifie l’ «  après-vie » ou la réalité de la mort ? C’est la gageure que relève ces auteurs. Non sans un certain vertige compte tenu des enjeux embrassés !
Pour certains, cette anthologie de ce qui compte comme textes clés confortera plutôt leurs convictions ; car ils disposent déjà des réponses et de « relations structurantes » avec le monde et le sacré, le visible et l’invisible. Que ce soit par la prière, l’art ou la méditation.
Les autres curieux de ces cultures plurielles du sacré ou fascinés par l’après mort dit d’une civilisation – seront happés par la diversité des expériences anthropologiques. Ils salueront ou discuteront la tentative de dégager des « invariants » cristallisant le mystère, par la peur, l’audace ou la sérénité par-delà les époques ! Le maître d’œuvre avec ses complices Élisabeth Andrès et Gilbert Pons est déjà auteur chez Bouquins, des volumes sur L’Esotérisme (1990) et L’Esotérisme d’ailleurs (1997), franchit une étape supplémentaire.

50 sens de la vie (et de la mort)

Plus surprenant au regard des expériences vécues par l’humanité, le chiffre de 50 apparaît dés l’introduction de cette magnifique quête, tissant les liens entre savoirs et croyances. C’est pour Pierre A. Riffard  “le nombre d’ événements possibles de l’après-vie” qu’il dit avoir recensé. Entre rupture et prolongation, des notions les plus usuelles traversent l’histoire du mystère post-mortem : la survie (entre deux états), la réintégration (le retour) ou l’errance (ombre, fantôme,…), le jugement (du haut ou du bas), la résurrection des corps des âmes, la (trans)mutation…etc Les combinaisons sont bien sûr innombrables; chacune avec sa logique, et son flot de formulations (y compris quelques schémas) qui singularise chaque civilisation.

Des « scénarios » pour mettre un peu d’ordre

Des esprits aux fantômes, des doctrines aux traditions populaires, des témoignages édifiants de la vie post mortem, des rites funéraires aux faits paranormaux … il s’agit d’exposer et de comprendre (toutes ?) les réponses qui  relient l’humanité à ce qui la dépasse ; la condition humaine y prend tout son relief, avec ses besoins les plus évidents.  Sur les traces d’Edgar Morin, de Philippe Ariés, les auteurs assument la nécessité d’une décantation d’ « invariants » – rupture ou prolongation, souvenirs ou mystique – en rattachant ce foisonnement culturel à trois « scénarios », éclairants pour l’Au-delà avec six dénouements

  • Le scénario dit « antique » (bassin Méditerranéen (Mésopotamie, Grecs, Juifs) et Chine) promet aux défunts une zone d’ombre sans relief, avec le potentiel d’une ‘seconde mort’,
  • Le scénario de « pieux » appuyé le tri binaire des âmes vers l’enfer ou le Paradis par les monothéismes une fois pesé la portée de chaque existence, avec son potentiel d’errances et d’entre deux,
  • le scénario qualifié « exotique » est celui d’un “retour” décrit par les chamans hindouistes et bouddhistes, soit sous forme de métempsychose (objet ou animal) ou de réincarnation (humaine), soit dans une fusion mystique aux multiples avatars : intronisation, réintégration, Absolu, ou …Vide.

Ces scénarios aboutissent à six dénouements majeurs : vie végétative d’Ombre souterraine, annihilation de l’âme après la mort du corps, Enfer, Paradis, Transmigration, Union avec l’Absolu.
Voici pour quelques clés.

En avant pour l’aventure ‘post-mortem’

Les principaux chapitres suivent les questionnements religieux, scientifique, parapsychologique, philosophique, ésotérique, enfin littéraire. Sans oublier des « scénarios eschatologiques », un « vocabulaire » de Accès à l’au-delà à Zombie. Dans les appendices, se cache quelques perles, un « sottisier », un chapitre « humour » plutôt potache que noir et  surtout une très stimulante « chronologie » : de 780 000 ans avant JC- cannibalisme ; Atapuerca » à 2018 « tsunami cérébral » enregistré dix secondes après la mort cardiaque »… avec des étapes qui apparaissent comme des “avancées” de la science sur le Mystère…

En multipliant les entrées, les auteurs nous mettent en cordée pour cette ascension vertigineuse. Malgré de magnifiques citations par des grands chamans, de Platon à Pierre Macherey, laissons à Pierre A. Riffard revendiquer son rôle de passeur, entre deux rives : « Penser, imaginer, expérimenter l’après-vie et l’Au-delà, c’est une façon, en vie, de s’affirmer plus fort que la vie et la mort, aussi fort que l’amour. rappelle l’auteur Pierre A. Riffard de ce véritable dossier d’instruction d’un mystère millénaire.  Être, c’est peu, disparaître aussi, c’est peu. L’important, ce sont les transformations, les anticiper, les vouloir. On peut, on doit changer. »

On peut gager que cette somme monumentale qu’il faut savoir domestiquer en appellera d’autres, plus illustrées !