Lifestyle

Mimi Prober conçoit une mode haute couture éthique et responsable

Auteur : Régine Glass
Article publié le 17 novembre 2020

Les matières anciennes, en fibres naturelles associées à des teintures botaniques font des créations haut-de-couture de Mimi Prober les plus recherchées du moment. Convaincue que les histoires tissées dans la couture sont trop précieuses pour être jetées, la jeune styliste new-yorkaise coche toutes les cases d’une mode éthique, sourcée et responsable pour permettre un avenir durable.

Mimi Probe Printemps 2021 © Patrick Anderson Mimi Prober

Conserver, réutiliser, transformer

« Je sens que les gens recherchent plus de sens, quelque chose qui leur parle, quelque chose qui a un raisonnement derrière, une vraie histoire » : Mimi Prober est désormais l’un des principaux hérauts d’une mode haute couture qui se revendique éthique et responsable.  Sa philosophie et sa créativité holistiques sont au cœur de sa success-story dont les magazines de mode américains raffolent. « Il ne s’agit pas de vivre dans le passé, mais d’apprécier davantage un mode de vie plus lente. Pour moi, il s’agit de ne pas d’oublier les techniques ancestrales, de ne pas perdre l’histoire des gens qui ont fabriqué ces choses. »

Une philosophie holistique de son métier

Avec ses convictions chevillées au corps et remarquablement appliquées dans ses collections signature, Mimi Prober est passée pratiquement des bancs du mythique FIT, Fashion Institute of Technology de New York à l’un des ateliers de mode les plus remarqués. La puissance de sa philosophie très holistique – de la production du matériau à l’éthique de la confection – y est pour beaucoup. La styliste basée à New York revendique la cohérence de quatre dynamiques : la conservation de fragments de tissu anciens, leur intégration dans des créations contemporaines, l’utilisation de fibres bio et locales qu’elle associe à des techniques de teinture biologiques et traditionnelles.

Au départ, il y a les savoirs faire manuels et artisanaux

Au cœur de sa démarche, il y a la valorisation le travail à la main, un ode à l’acte de création d’hier et d’aujourd’hui.  Son travail revendique la préservation et la transmission de savoir-faire textiles ancestraux qui selon elle ne doivent pas tomber dans l’oubli. Qu’il s’agisse d’une dentelle de Calais, ou de Battenberg du 18e siècle, voire d’une toile de coton ou de lin datant du 19e siècle (Guerre de Sécession). Ces morceaux de pièces, récupérés sont le témoignage d’un patrimoine artistique.

Ses créations uniques intègrent avec beaucoup de minutie et de temps ces fragments du passé, pour les régénérer. Le plus de matière possible, en fonction de l’état du tissu, est récupérée. Souvent, il faut réparer en retrouvant les techniques ancestrales puis elle réintègre avec une maestria de précision et d’élégance. En témoignent le rendu sublime de cette « spain wedding » robe de mariée qui a exigée plus de 300 heures de travail à la main entre application, réintégration, toile, rebrodage à la main et essayages.

Mimi Prober Robe et cape Photo © Musée FIT 2020

Tous les matériaux sont sourcés

Si la préservation et la réutilisation de tissus historiques constituent l’une de ses marques de fabrique, les matériaux contemporains sont tous précisément sourcés. Mimi Prober ne fonctionne qu’avec des fibres naturelles et produites bio, comme le coton, le lin, mais aussi le cashmere ou le Mérinos. Elles sont issues de fermes locales aux alentours de New York et fonctionnent à l’énergie éolienne et solaire. Sa philosophie entre-mêle l’ethnique à l’éthique. En élargissant son offre de haute couture au prêt-à-porter, qu’elle considère comme une extension de son travail d’atelier, la styliste s’associe à des entreprises appartenant à des femmes lorsque cela est possible : «En enseignant aux jeunes générations de femmes, qui apprécient la beauté lente de l’artisanat, nous gardons une partie de l’histoire vivante.»

L’obsession de la protection de la nature  

Mimi Prober Robe bleue indigo avec la petite fille Printemps 2021 © Patrick Anderson Mimi Prober

Des créations teintes avec des process naturels et bio sur des fibres naturelles et locales et dans le respect protection de la nature et de ses clientes., c’est le pilier équitable et locale de son engagement, le « Farm to fiber. »

Et les possibilités de la nature sont ici sans limite. De l’indigo américain, mais également des teintures à partir de fleurs comme l’hibiscus, ou d’avocats bio qui donnent des roses poudrés, ou un jaune doux entre paille et soleil levant que l’on obtient avec de l’avocat et de la grenade. Ces camaïeux s’invitent dans sa prochaine collection

Le recours à des techniques traditionnelles comme l’utilisation du Shibori, technique de teinture ancestrale japonaise, une autre une façon de faire du Tie and Dye, appelée aussi « technique du nouer », à l’origine se réalise avec de l’indigo. Son avantage est d’assurer une grande tenue des motifs réalisés et une belle qualité de teinture.

La prairie comme thématique de la collection Printemps 2021

Dans ces temps de confinement, la styliste s’est tournée vers la famille pour mettre en avant les liens inter générationnels des enfants aux côtés de leur mère dans une ambiance bucolique, « La Prairie » flirte d’une fibre romantique qui renoue avec une Amérique pastorale mythique en y même associant les citoyens sur le même plan d’égalité. Les mannequins portent leur vrai nom, les photos ne sont pas retouchées. La collection tient lieu de manifeste pour une mode respectueuse du temps long et de la qualité du détail.

Sortir du rythme saisonnier

Sans surprise, Mimi a conscience du gaspillage provoqué par la course aux vêtements de saisons. Si elle propose deux collections de prêt à porter par an, c’est plus pour aiguillonner sa créativité que de pousser à l’obsolescence. Ses créations échappent « à la mode »; pour elle un vêtement se porte longtemps, la notion de saison n’y a plus forcément sa place…

Mimi Prober insère une carte d’identité manuscrite pour chacun de ses vêtements © Mimi Prober

Et c’est dans ce sens qu’il faut comprendre la feuille griffonnée à la main qui accompagne chacun de ses vêtements, elle y écrit les premiers éléments d’une histoire qui reste à vivre par l’(heureuse) cliente.

Pour commander les collections Mimi Prober

sur son site

Ses créations prêtes à porter sont aussi chez Matches Fashion, Browns, IF Boutique, Pop-Up Home
L’onglet Atelier est réservé aux commandes haute couture

Le Musée du F.I.T (Fashion Institute of Technology de New York) conserve ses premiers travaux moins de 4 ans après son diplôme.

Partager

Articles similaires

La fabrication du cristal, une simple question de composition ?

Voir l'article

Du coloriage au Cahier animé, Les Editions Animées réinventent le livre vivant

Voir l'article

Daniel Mar sculpte ses rêves dans l’épaisseur de la feuille

Voir l'article

L’éco-designer Céline Wright sculpte l’air avec la magie du washi japonais

Voir l'article