Littérature : Auster, Ferrante, Dicker

La rentrée littéraire de janvier s’est avérée riche en nouveautés étrangères. Notre sélection retient le dernier ouvrage de l’américain Paul Auster, 4321, l’ultime tome de la saga L’Amie Prodigieuse de l’italienne Elena Ferrante, ou encore le roman policier, La Disparition de Stephanie Mailer, du suisse Joël Dicker.

Littérature : Auster, Ferrante, Dicker

Paul Auster, 4321, Éditions Actes Sud

1 000 pages, un personnage, quatre destins. La dernière œuvre du romancier américain est un véritable hommage à l’écriture, à l’imagination et à la création : elle renferme pas moins de quatre romans en un ! Paul Auster, le célèbre auteur de Léviathan, brosse les quatre vies distinctes que Ferguson, petit garçon né comme lui en 1947 à Newark, dans le New Jersey (Etats-Unis), pourrait avoir vécues, au grès des évènements.
Si les quatre existences s’entremêlent au départ, elles prennent ensuite des trajectoires diamétralement opposées. Une œuvre impressionnante, qui interpelle sur l’impact de chaque événement sur la marche de nos vies.

Littérature : Auster, Ferrante, Dicker

Joël Dicker, La Disparition de Stephanie Mailer, Éditions de Fallois

Orphea, juin 2014. Le policier Jesse Rosenberg est sur le point de quitter la police pour se consacrer à un projet personnel qui lui tient à cœur, lorsqu’une journaliste lui indique qu’il s’est trompé de coupable 20 ans plus tôt. Quelques jours plus tard, Stéphanie Mailer, la reporter en question, disparaît mystérieusement.
Il n’en faut pas plus pour relancer Jesse Rosenberg, et son ex-coéquipier Derek Scott, sur la piste des anciens meurtres ayant secoué la petite cité balnéaire des Hamptons, en 1994. Le jeune écrivain suisse romand, Joël Dicker, lauréat du Prix Goncourt des lycéens pour La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, livre ici un roman policier fin et rondement mené.

Littérature : Auster, Ferrante, Dicker

Elena Ferrante, L’enfant perdue (L’amie prodigieuse IV), Éditions Gallimard.

Elena Ferrante, L’enfant perdue (L’amie prodigieuse IV), Éditions Gallimard

Ce dernier tome tant attendu de L’amie prodigieuse d’Elena Ferrante -écrivain italien dont on ne connaît toujours pas la réelle identité- s’ouvre sur l’histoire d’amour, somme toute banale, entre Lena et Nino. Mais une fois ce passage achevé, on retrouve avec délice le lien si particulier qui unit la protagoniste, Lena, à Lina.
Cette amitié qui oscille entre fascination et jalousie, entre densité et mesquinerie. Expériences semi-métaphysiques et réflexions sur la vacuité des mots et nos vains efforts pour laisser une trace ici bas entrecoupent l’ouvrage, qui clôt en beauté la saga napolitaine.