Mécaniques

Avec le eScooter MÓ 125, Seat (Volkswagen) passe aux deux roues électriques

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 9 janvier 2022

Signe de temps, le MÓ 125 de SEAT permet au groupe Volkswagen de débuter dans l’univers de la moto avec un scooter électrique. Sous la marque de sa filiale espagnole, VW, fort de son expérience dans les motorisations électriques des quatre roues se lance dans le marché très concurrentiel du deux roues électriques. Singulars a testé ce qui se révèle intéressant malgré quelques faiblesses dès qu’il est bien maitrisé.

Notre reporter confirme les qualités du MO une fois la prise en main bien assurée Photo Robert Mauss

Un eScooter de la classe des 125 cc.

Autrement dit, le de Seat exige un permis de conduire mais peut rouler sur le périphérique. Il convient aussi d’avoir déjà une vraie expérience de la chose motocycliste pour prendre rapidement ce MÓ en main. Il faut compter trois jours pour maitriser parfaitement son engin. Ce sera le cas avec ce Seat Mo. Car comme nombre de deux-roues électriques (voir tests Singular’s) il justifie d’un sacré couple qui permet de concurrencer nombre de motorisations thermiques au démarrage.

Attention au démarrage !

Selon nos tests, l’engin passe du 0 au 50 km/en seulement 4 secondes. Sans jouer les cacous de la Côte, le journaliste de Singulars a ainsi surpris quelques cadors de la route à certains feux rouges. La vitesse plafonne heureusement à 95 km/h.

S’habituer à la tenue de roue.

Notre reporter a testé le escooter MO Seat 125 en conditions de ville Photo Robert Mauss

Le constructeur a choisi de placer une grosse batterie de 40 kilos (!) sur le flanc droit de l’engin. Au total l’engin pèse tout de même 155 kilos. Moralité, le MO n’a pas la maniabilité d’un T Max par exemple ou l’assurance d’un MP3. Le conducteur ne penche pas comme il le voudrait pour aborder un virage ou un rond-point. Souvent, le journaliste de Singulars a ressenti une impression désagréable de déséquilibre. L’affaire est d’autant plus sensible que le moteur est placé dans la roue arrière.
Ajoutons qu’avec la puissance du MO, il faut se montrer prudent, surtout sous un doux crachin parisien qui transforme la chaussée en piste de luge.

Le cadran du MO permet de choisir trois modes de conduite et une marche arrière Photo DR

Trois modes de conduite 

Le mode sport s’avère franchement brutal, l’éco réduit un peu trop la puissance (parfois un peu de couple est bien nécessaire). Mais le mode city est un bon compromis. L’engin est bien suspendu et avale la chaussée parisienne sans vibrations inutiles.

Un engin intéressant

Par exemple ses deux freins à disque sont puissants et efficaces, sans être brutaux. Nous avons aussi apprécié ses lumières, un phare central assorti d’éclairages latéraux LED qui assurent de voir et d’être vu par l’automobiliste, l’ennemi numéro 1 du motard.
A noter que la marque espagnole a cédé à cette curieuse mode d’assortir son modèle d’une marche arrière. Pourquoi pas, mais pourquoi ? Sauf à se positionner vicieusement en marche arrière dans une pente abrupte, très franchement, nous n’en voyons pas l’intérêt pour un 125 cc.

Une recharge de huit heures pour 130 Km

Malgré son poids, la batterie s’extrait facilement, se transporte comme une valise à roulettes et se recharge sur toute alimentation électrique classique Photo DR

La batterie du MO est certes lourde et exige près de huit heures pour une recharge complète, mais au moins elle permet à un conducteur de poids moyen et respectueux de la réglementation routière de parcourir environ 130 kilomètres, 137 selon Seat. Un vrai plus sur la concurrence. Elle s’extrait simplement par un bouton placé dans le coffre et se transporte aisément grâce à une poignée et des roulettes. Une grosse valise en sorte.

Le design réussi le rend confortable.

Le MO profite d’un design réussi. Par exemple, il dispose d’un coffre suffisant pour ranger un casque intégral, ce qui n’est pas si commun avec les motocyclettes électriques.
Autre bon point les deux prises USB et le support pour smartphone fournis avec l’engin.
Nous aurions apprécié d’autres astuces comme une petite boite à gants toujours bien utile. Ainsi que des rétroviseurs un poil plus larges.

Conclusion : l’incursion de la firme européenne offre une alternative sérieuse à la concurrence souvent asiatique. qui dispose d’un réseau important en cas de souci, d’autant que son lancement est accompagné d’une offre de leasing sur trois ans.

Ou trouver le Seat MÓ 125

Prix Comptant :   6 700€ ou 6 775 €  (avec options) hors subvention fiscale
Offre de lancement valable jusqu’ au 31/03/2022 : à 95 € / mois – LOA sur 37 mois et 15.000 Km
1er loyer majoré de 900€ ramené à 0€ après déduction du bonus écologique de 900€*, suivi de 36 loyers de 95 €.
Entretien et extension de garantie 3 ans inclus – Montant total dû : 7 827,92€

Fiche technique

  •  L x l x h : 2,03 x 0,72 x 1,56 m (avec pare-brise)
  • Hauteur de selle : 0,81 m
  • Coffre sous selle : 39 l
  • Pneus : 120/70-15 AV. 140/70-14 AR
  • Poids : 155 kg, dont 41 pour la batterie amovible
  • Projecteurs Full LED
  • Système de Freinage Régénératif CBS
  •  Deux ports USB
  •  Connectivité (SEAT MO APP)

Options

  • Couleur ‘’Rouge Audacieux’
  • Puissance fiscale2
  • Puissance (kW) 7
  • Couple Maxi  (Nm) 240
  • Capacité de la batterie (kWh) 5.6
  • Autonomie max (WLTP) 133
  • Consommation WLTP (Wh/km) 70

Partager

Articles similaires

2022 sera l’année de la mobilité, une sélection pratique pour s’y préparer

Voir l'article

Vous cherchez un cadeau high tech ? Singulars a fait son shopping festif

Voir l'article

Les montres connectées donnent encore l’heure et font plus encore

Voir l'article

D-Vine fait la révolution qualitative du vin au verre

Voir l'article