Mécaniques

Geneanet révèle les champions (olympiques ou pas) de votre arbre généalogique

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 19 juillet 2021

L’été est propice pour monter à l’arbre. Qui était mon grand-père et d’où vient ma grand-mère ? Suis-je parent avec un général, un sénateur, ou d’un souverain d’une contrée ensoleillée ? Si connaitre votre arbre généalogique vous intéresse, la réponse se trouve (quasi) probablement sur le site Geneanet. A l’heure des Jeux olympiques, vous pouvez même savoir si vous avez un lien avec tous les champions olympiques de l’histoire.

Retrouver sa part d’histoire en remontant son arbre

Christophe Becker dirige Geneanet, le site qui vous permet de remonter dans votre arbre

Pendant longtemps, l’art de l’arbre aux aïeux était réservé à un public plutôt âgé de retraités capables de mobiliser le temps nécessaire pour reconstituer leur ascendance. Et vint Internet, avec en 1996 le site tricolore Geneanet. « Il a fallu le décès de ma grand-mère pour que je comprenne qu’une part de l’histoire de ma famille venait de disparaitre à jamais, au-delà de la seule disparition d’une personne aimée » explique Christophe Becker, directeur du site pour se lancer dans l’aventure de la généalogie. Autrement dit, Comme tant d’autres, par exemple le journaliste de Singulars, il n’avait jamais songé à questionner sa grand-mère ni aucun de ses parents sur ses origines et l’histoire familiale.

Un arbre généalogique de soixante mille noms

Pour les retrouver, Christophe Becker comme des milliers d’autres généalogistes a du déployer des efforts colossaux. La recherche s’est révélée payante à double titre. D’une part, Christophe Becker sait désormais qu’il descend d’artisans et de paysans mosellans installés voici des siècles dans la région dite des Trois Frontières, aux confins de la Belgique et du Luxembourg. Son arbre généalogique compte même soixante mille noms !  Et de l’autre, avec une véritable valeur ajoutée et un modèle économique contributif gratuit avec une offre Premium, l’apprenti généalogiste peut vivre de sa passion, car sans trop faire de bruit, Geneanet compte parmi les vraies réussites de l’économie numérique tricolore.

Cinq millions de visites mensuelles

La page d’Accueil Geneanet propose de nombreuses pistes de recherches pour les curieux.

Ouvert par des passionnés de généalogie, le site prétend au titre de champion européen de la spécialité, et fait partie des cinq premiers de la planète en compagnie de sites américains et israéliens. Cinq millions de personnes visitent le site chaque mois. La moitié à peine sont francophones car le site est traduit et accessible en neuf langues. Il profite d’une croissance conséquente en s’imposant sur de nouveaux territoires comme l’Amérique du Sud. Ajoutons que l’entreprise est basée à Paris et qu’elle emploie une trentaine de personnes, pour moitié des informaticiens et pour l’autre des experts en généalogie.

Plus de sept milliards de patronymes recensés

Ce succès s’explique par le caractère contributif et participatif du site. Les Internautes créent leur arbre directement sur le site. Une solide intelligence artificielle permet de recouper les informations fournies avec une base de plus de sept milliards patronymes recensés, répertoriés par ou sur 1,4 million d’arbres généalogiques. Le résultat n’est pas toujours garanti puisque certains arbres sont bien entendu (bien) plus fournis que d’autres. Celui de Christophe Becket recense 60 000 personnes dont la plus ancienne vivait sous le règne d’Hugues Capet (941 – 996).

Des racines et des branches  sur deux siècles à minima

Commencer mon arbre généalogique (gratuit et illimité) sur Geneanet

Plonger et reconstituer son arbre généalogique ne s’improvise pas. Un minimum d’archives sont nécessaire. « Il faut conserver précieusement tous les documents possibles. conseille Christophe Becker  Les photos de famille doivent être légendés avec le prénom et le nom des personnes présentes. Il faut effectuer ce travail minutieux. »
De cette manière, il est possible de remonter assez facilement, quasiment jusqu’à deux siècles en arrière. Au-delà, l’affaire demande un investissement autrement conséquent, même si nombre d’arbres généalogiques remontent au milieu du 17ème siècle. A noter que de manière générale, les familles d’ascendance aristocratique peuvent remonter beaucoup loin dans le temps.  Au contraire, d’autres familles originaires de pays qui privilégient la culture orale, comme au Maghreb ou en Afrique Noire ne peuvent pas facilement remonter l’échelle du temps.

La contribution appréciable de Gallica et des pierres tombales

L’essentiel des informations recensées par les Internautes proviennent des états civils, mais d’autres sources s’avèrent également productives. Par exemple Geneanet a conclu un accord avec Gallica, la base de données de la Bibliothèque Nationale pour exploiter les articles de la presse dite ‘’ancienne’’*. Si vous saisissez le nom de quelqu’un, Geneanet peut le retrouver dans un article ou une annonce parue dans n’importe quelle revue indexée par la Bibliothèque Nationale depuis des lustres au titre du dépôt légal.  Le journaliste de Singulars avoue d’ailleurs sa déception après l’échec cuisant de ses propres recherches.

Restent d’autres sources comme les pierres tombales qui permettent d’approfondir les racines et d’élargir les branches de l’arbre. D’ailleurs, pour conclure sur une note personnelle, c’est en procédant ainsi qu’un cousin du père de l’auteur de ces lignes est remonté jusqu’au Xième siècle de notre ère. Un exploit pour de parfaits roturiers ! A vous de trouver votre arbre.

Le portail Geneastar permet de découvrir la généalogie de célébrites

Opération de curiosité et de com

A l’heure olympique, Geneanet propose à tout un chacun de voir si un cousinage plus ou moins proche les unit à l’un des 485 champions olympiques français répertoriés depuis Pierre de Coubertin et les premiers jeux de l’ère moderne (Athènes en 1896). Une condition : être répertorié par l’un ou l’autre du 1,4 million  d’arbres par le site. Christophe Becker ne compte pas de champions olympiques dans sa famille. Par contre, l’un de ses ascendants directs, un dénommé Antoine Mollet natif de Lhomme en Loraine au milieu du 18ème siècle est aussi un aïeul de Ségolène Royal, l’ex-candidate à tout. Et à défaut d’un médaillé d’or, Christophe Becket peut exciper d’un lien (lointain) avec la mère du tennisman Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur de la Coupe Davis. Formidable !

* Le dépôt légal est créé par François 1er par l’ordonnance de Montpellier du 28 décembre 1537.
Lors de cette création, deux buts sont poursuivis : la constitution du patrimoine d’une part, la surveillance de l’édition d’autre part.

Informations pratiques 

Le site www.geneanet.org, site contributif gratuit avec une offre Premium
Les informations mises en ligne par ses membres sont consultables gratuitement par toute personne intéressée.

Le site genestar, le site de généalogie des personnalités.

Chiffres clés :

  •  7 milliards de patronymes, soit plus d’un milliard de personnes.
  • 1,7 million de tombes,
  • 2 millions d’images, disponibles sur les registres en ligne

Abonnement : 50 euros par an ou 200 euros pour cinq ans

Les informations de l’offre Premium :

  • Recherche par individus
  • Recherche avancée, plus précise et plus rapide.
  • Alertes automatiques sur ses ancêtres et obtenez de nouvelles informations.
  • Comparaison par individu avec tous les arbres du site
  • Relevés d’état civil et paroissiaux
  • Accès à des centaines de millions de relevés (naissance, mariage, décès, etc.).
  • Accès intégral à la bibliothèque numérique
  • Accès à tous les ouvrages numérisés de la Bibliothèque Généalogique.
  • Inscription gratuite à la newsletter sur le site

Partager

Articles similaires

Avec la roue électrique Tee Bike, recyclons nos vieux vélos

Voir l'article

L’application Tipikk plonge dans la France des Terroirs et des spécialités locales

Voir l'article

Sur le circuit de Mornay, de mythiques bolides donnent encore des sensations fortes !

Voir l'article

La Réalité Augmentée fait tourner les manèges du Jardin d’Acclimatation

Voir l'article