Mécaniques

Harley Davidson convertit brillamment au vélo électrique avec le Mosh

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 28 octobre 2021

La sortie d’un vélocipède électrique dans le réseau Harley Davidson constitue une révolution. Même si la marque iconique américaine, celle d’Easy Rider ou de L’Equipée Sauvage pense électrique depuis un moment, on ne s’attendait pas à la diffusion d’un tel engin si rapidement. Singular’s a testé par une journée pluvieuse le modèle Mosh de la marque Serial 1. Verdict

Résistance ?

Les fans (de provocation?) de la marque à la flamme peuvent toujours acquérir la magnifique LiveWire (34 000 euros tout de même) dont le feulement est aussi éloigné de la musique d’une Electra Glide que le rap d’une symphonie de Mozart. Mais est-ce (encore) un progrès face aux enjeux de la mobilité urbaine ?

En avance sur ses concurrents

Le mosh dans son look ténébreux cache mal sa puissance de séduction ! Photo DR

Les 57 concessions tricolores du réseau Harley peuvent si elles le souhaitent désormais commercialiser les vélos électriques de la marque Serial 1. Les ingénieurs de cette nouvelle société sont des anciens d’Harley Davidson. En hommage, Serial 1 est le nom de la toute première moto siglée Harley Davidson en 1903…. Les liens sont donc assez forts pour confier la commercialisation de leurs produits au réseau européen de la marque. Aux Etats-Unis, Serial 1 a opté pour la vente à distance sur Internet.

Des lignes droites comme il faut

Singular’s a testé le Mosh de serial 1 vélo électrique d’Harley Davidson Photo Robert Mauss

Nous avons donc testé par une journée pluvieuse le modèle Mosh (provocation ou arrogance du marketing ?). L’engin est juste magnifique. Les designers ont réussi un vélo épatant. Ses lignes futuristes profitent d’un crayon épuré à souhait. Les câbles sont ainsi intégrés dans le cadre et l’éclairage délicatement fixé au guidon et sous la selle pour le feu arrière.

Premier constat, même sans le vrombissement signature Harley, on ne passe pas inaperçu dans la rue avec un tel engin. Le journaliste cherche encore les défauts de cette bicyclette. Peut-être un petit manque d’équipement comme un porte-gourde, ou un porte-bagage arrière. Pas de garde-boue non plus, ce qui peut provoquer des éclaboussures sous la pluie.

Exactement comme pour une moto, Serial 1 a opté pour une courroie d’entrainement en carbone. Donc pas de changement de vitesses. Pas de graisse salissante non plus.

Une vraie petite fusée !

Le cadre du Mosh porte la marque de serial 1, spin off d’anciens d’ Harley Davidson

A peine a-t-on appuyé sur une pédale que notre Mosh s’envole. Le constructeur donne 25 km/h comme vitesse maximum, mais il nous a semblé avoir dépassé cette vitesse plus d’une fois et facilement au cours de notre promenade parisienne.
Le cycliste ne traine pas quand un feu passe au vert, ce qui se révèle parfois dangereux. Les pentes sont avalées sans peine, y compris celles de Montmartre. Et surtout, le système d’entrainement dispense de pédaler sur des dizaines de mètres.

A la limite d’une mobylette.

Chaque détail a été ciselé pour faire du Mosh un digne rejeton de la famille Harley Davidson Photo Robert Mauss

Les freins à piston sont efficaces soutenus par deux disques avant et arrière. Et les deux grosses roues du cycle procurent à la fois un sentiment de sécurité et un confort véritable en absorbant les chocs et les vibrations.  Le constructeur affirme que l’autonomie de la batterie s’élève à 168 kilomètres. S’il s’agit bien sûr d’un chiffre théorique en fonction des trajets et du poids du cycliste, à aucun moment de toute notre journée d’essai nous n’avons éprouvé le besoin de la recharger. Pour une fois, un vélo électrique peut vraiment servir à de longues randonnées.

En résumé, le cycliste en a pour ses 3 550 euros (hors aides)

Informations pratiques sur le vélo électrique Harley Davidson

Le site de Serial 1
Points de vente : concessions Harley Davidson

Le Mosh : Prix 3 550 euros
4 modes de conduites

  • 250 W puissance
  • Jusqu’à 168 km d’autonomie
  • Batterie lithium ion 529 W amovible
  • Frein à disque Av/Ar 2 pistons
  • Transmission par courroie
  • Phare à led haute visibilité
  • Poids : 21,9 kg

Pour ceux qui désirent un autre niveau d’équipement, Serial 1 lance deux autres modèles électriques

  • le Rush/CTY : 4 700 euros,
  • le Rush/CTY STEP-THRU : 4 600 euros.

Cerise sur la fourche : Ils pourront profiter d’une selle Harley traditionnelle, de pneus blancs, de poignées en cuir et de porte-bagages avant et arrière.

Partager

Articles similaires

Le scooter Motron Cubertino va d’un point à un autre sans faire d’étincelles

Voir l'article

Avec la casque Tilde Pro, conversez sans problème au bureau et profitez de la musique ailleurs

Voir l'article

Le scooter électrique Yadea a tout pour surprendre et mettre la gomme

Voir l'article

Cabasse monte le son très haut avec la Pearl Pelegrina, quintessence du co-axial

Voir l'article