Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Amples, confortables, faciles à porter mais en même temps élégants et harmonieux, les vêtements de Jin-hee Lee font écho au hanbok, le costume traditionnel coréen. Sous la marque Hamu, ses créations perpétuent la tradition coréenne tout en la réinventant pour lui donner une nouvelle jeunesse.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Jin-hee Lee, créatrice de la marque Hamu « Danse de l’eau ». Photo © Thierry Joly

Nouveau visage de la mode coréenne, à laquelle elle apporte un vent de fraîcheur avec des collections qui marient avec bonheur tradition et modernité, Jin-hee Lee a dévoilé sa première ligne de vêtements à l’automne 2018. Avec pour marque Hamu, nom pouvant se traduire par « Danse de l’eau » qu’elle a choisi tant par son amour de la mer, au bord de laquelle elle a grandit, que pour exprimer son désir d’être, comme les vagues, totalement libre et ainsi de pouvoir créer à sa guise.
« Il y a six ans j’en ai eu assez de ne trouver dans le commerce que des vêtements inspirés de la mode occidentale et trop serrés à mon goût alors que j’aspirais à des modèles qui soient plus amples, plus confortables mais en même temps stylés et élégants. J’ai donc alors commencé à réaliser moi-même mes habits. Les voyant, de plus en plus d’amis m’ont demandé d’en créer pour eux. J’ai alors décidé de sauter le pas, ce que j’envisageais depuis quelque temps », raconte-t-elle.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Collection hiver Hamu 2018 / 2019, un style décontracté, dans l’air du temps. Photo © Hamu 2018

De la scénographie aux films historiques, à la mode

Agée de 40 ans, elle n’est pas novice dans le milieu. Passionnée par l’art de la marionnette – qu’elle serait venue étudier à Charleville-Mézières sans un grave accident -, diplômée en scénographie mais de longue date intéressée par la mode, elle réalise des costumes pour spectacles et pièces de théâtre depuis 1999. Au cours des douze dernières années elle a également acquis une notoriété en créant les costumes de plusieurs séries télévisées et de films historiques à succès. « Dans le cadre de ce travail, j’ai du faire des recherches approfondies sur l’habillement des Coréens dans le passé. Je suis remontée jusqu’à l’époque des Trois Royaumes, du Ier au VIIe siècles après J.-C. Si les sources ne manquent pas durant la dynastie Joseon (1392-1910), elles sont beaucoup plus rares au delà et les fresques ne montrent que les habits des nobles, pas ceux du peuple. J’ai donc aussi échangé avec des spécialistes en vêtements anciens nord-coréens et chinois car la mode voyageait alors déjà d’un pays à l’autre au gré des échanges commerciaux et protocolaires », précise-t-elle en passionnée érudite.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Jin-hee Lee, dans son atelier à Séoul (Corée du sud). Photo © Thierry Joly

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Coréens en costumes traditionnels. Photo © Thierry Joly

Qu’est ce que le hanbok ?

Ces collaborations multiples ont fait d’elle une spécialiste et une amoureuse du hanbok, la tenue traditionnelle coréenne, qui est devenue sa source première d’inspiration. Toujours revêtu par  à l’occasion de grands événements comme les mariages, le Nouvel An Chinois ou Chuseok, la fête des moissons, le hanbok se compose, pour les femmes, d’une grande pièce de tissu attaché au niveau de la poitrine, formant ainsi une longue jupe, et d’une veste – chemisier ; les hommes portent, eux, une veste courte ou une tunique et un pantalon ample, resserré aux chevilles. En hiver, femmes et hommes revêtent, pardessus, un manteau long. Des tenues qui furent strictement codifiées sous la dynastie Joseon, société régie par le confucianisme. Soie, toile de ramie (proche du lin), tissus légers, couleurs prononcées et motifs imprimés étaient réservés aux nobles. Le peuple devait se contenter de chanvre décoloré, de coton et de couleurs discrètes comme le blanc, le rose clair, le vert clair et le gris.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Costume traditionnel coréen. Photo © Thierry Joly

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Collection hiver Humu 2018 / 2019. La créatrice Jin-hee Lee produit des modèles unique, majoritairement unisexe. Photo © Hamu 2018

Élégance sobre et discrète

«Peut-être à cause de l’ouverture tardive du pays, l’aspect général du hanbok n’a que peu évolué au fil des siècles. Il s’est toujours caractérisé par un style épuré, des lignes simples, une coupe large pour pouvoir s’asseoir confortablement sur le sol, un éventail limité de couleurs et un raffinement apporté par l’harmonie de l’ensemble», affirme Jin-hee Lee qui souhaite transmettre cet esthétisme traditionnel coréen à travers ses créations. « Je préfère perpétuer ce qui fait notre identité, créer des vêtements porteurs d’une philosophie, plutôt que d’imiter des modes éphémères venant d’ailleurs», précise-t-elle. De fait, la parenté de ses créations avec le hanbok est visuellement indéniable quoi que parfois subtile, et se combine harmonieusement avec les touches de modernité apportées par la coupe des vêtements, les couleurs et les motifs imprimés des étoffes employées, toile matelassée, ramie, chanvre, coton, soie…

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

La collection été. Photo © Hamu 2018

Sans jamais tomber dans l’exagération ou l’exubérance, elle privilégie les formes simples, une élégance sobre et discrète. « Si un vêtement est trop sophistiqué, il masque la personnalité de celui ou de celle qui le porte », affirme-t-elle.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Collection hiver Hamu 2018 / 2019. La tradition revisitée chic avec une touche d’espièglerie. Photo © Hamu 2018

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Collection été Hamu 2018 / 2019. Photo © Hamu 2018

Des créations uniques

Tous les matériaux sont naturels et de préférence coréens, comme la soie qui provient de la ville de Jinju dans le Sud du pays, jadis grand centre séricicole. Pour la plupart unisexes et produites en petites séries, voire à l’unité, ses créations sont à taille unique. « Si besoin est, je les ajuste à la taille de l’acheteur », précise Jin-hee Lee. Une particularité qui facilite l’achat à distance, les mensurations pouvant se transmettre par internet. « Instagram nous permet de nous faire connaitre et aussi de vendre en dehors du pays », déclare Jin-hee Lee qui rêve d’exposer en France. Mais pour l’heure ses clients sont pour la plupart coréens. Cependant, sa boutique étant installée dans le coeur historique de Séoul, dans le très touristique quartier de Bukcheon, près des anciens palais royaux, elle a aussi attiré l’attention d’étrangers résidant dans le pays ou de passage. Et si vous voulez voir un autre aperçu de son talent, regardez les cérémonies d’ouverture et de clôture des championnats du monde de natation qui vont ce tenir en juillet dans la ville de Gwangju, elle en a réalisé les costumes.

Avec la marque Hamu, la créatrice de mode Jin-hee Lee donne un coup de jeune à la tradition coréenne

Collection hiver Hamu 2018 / 2019, de l’élégance douillette. Photo © Hamu