Pic Saint Loup, un sommet du Languedoc viticole

Le vignoble du Pic Saint Loup est le plus septentrional des appellations du Languedoc. Depuis les faubourgs de Montpellier il s’étend au nord vers les contreforts des Cévennes. Ses vins rouges et rosés jouissent d’une appellation propre depuis 2017. Découverte et 1ère sélection de vins appréciés par Singular’s…

« Je suis né dans ce pays. Jusque dans les années 80, j’ai vu des moutons, des bergers des bucherons et des charbonniers » explique l’oncle à son neveu dans un petit film réalisé au Château de Lancyre, au coeur de l’appellation Pic Saint Loup, avant de poursuivre « Nous avons pensé que dans ce terroir, on pouvait faire autre chose que des vins courants. A ce moment nous avons planté grenache, syrah et mourvèdre ». Avec ce trio de cépages méridionaux, on peut faire en effet faire de bons vins en climat chaud. Encore faut-il choisir les meilleures endroits. Et c’est là que Pic Saint Loup se distingue.

Pic Saint Loup, un sommet du Languedoc viticole

Le Pic Saint Loup couvre 17 communes, adossées aux premiers contreforts cévenols. Photo © DR

De l’AOC Languedoc à l’AOP Pic Saint Loup

Dans les années 60 ou même 70, pas une ligne n’était consacrée aux vins du Languedoc sur la carte des vins des restaurants. C’est tout juste si la zone qui va de l’ouest de Marseille à l’Espagne en bord de Méditerranée était colorée sur une carte des vignobles de France. Le territoire du Pic Saint Loup fait partie du Languedoc et c’est sous ce nom générique qu’il est entré dans la catégorie VDQS (vin délimité de qualité supérieure) avant d’atteindre l’AOC (appellation d’origine contrôlée) en 1985. Très vite les vins Pic Saint Loup se sont inscrits dans la hiérarchie des crus du Languedoc, en rouge et en rosé, aboutissant à une dénomination propre Languedoc – Pic Saint Loup reconnue en 1994, avec des critères de production particuliers. Il a fallu beaucoup de travail et de ténacité aux vignerons pour faire reconnaître l’ensemble de leurs spécificités sous le nom actuel de Pic Saint Loup, officiel depuis le 31 janvier 2017.


Les films de Régis Domergue permettent de comprendre le territoire du Pic Saint Loup en quelques images. Ce n’est pas le cas de l’énigmatique film de Jacques Rivette « 36 vues du Pic Saint Loup »  où il n’apparaît qu’en rare fond d’écran derrière une histoire de cirque itinérant, avec Jane Birkin (2009). 

–> Bande annonce du film de Jacques Rivette « 36 vues du Pic Saint Loup »

Un vignoble morcelé

Lorsque l’on quitte Montpellier et qu’on se dirige vers le nord, il ne faut pas s’attendre à des étendues de vignes comme à la sortie de Libourne ou d’Epernay. Apercevoir les pointes calcaires du Pic Saint Loup qui se dressent dans le ciel (souvent) bleu ne suffit pas. Les parcelles qui peuvent prétendre à l’appellation Pic Saint Loup ont été choisies en fonction de leur sol et se cachent souvent derrière de vastes étendues de garrigue. L’aire de production comporte 17 communes, mais seulement 1 200 ha (en production). Elle est le résultat d’un plissement de roches vers le nord à l’ère secondaire, d’où une variété de sols, éboulis calcaires, affleurements marno-calcaires ou alluvions qui produisent des vins au caractère différent.

Pic Saint Loup, un sommet du Languedoc viticole

Saint Martin de Tréviers : Les vignes sont parfois au bord la route mais pas toujours. Photo © Isabelle Bachelard

Une singularité climatique

Autour du Pic Sain Loup, on parle de « singularité climatique qui subsiste quel que soit le millésime ». Descendue des contreforts cévenols au nord, l’influence du climat continental se mêle à celle du climat méditerranéen porté par la proximité du littoral au sud. Les été chauds et secs, précédés de printemps frais alternent avec des automnes et des hivers froids et pluvieux, de sorte que les réserves hydriques des sols sont assurées. La moyenne annuelle de 1 000 mm de précipitations est de loin la plus élevée du Languedoc. L’autre caractéristique climatique qui contribue à la finesse des vins est l’amplitude thermique forte entre le jour et la nuit. Comme l’humain, la vigne apprécie le soleil et la chaleur de la journée, mais gagne à pouvoir « se reposer » dans la fraîcheur à la nuit venue. Cette amplitude est particulièrement favorable au cépage syrah qui est à la base de l’appellation (minimum 50%), complétée par le grenache et le mourvèdre.

Pic Saint Loup, un sommet du Languedoc viticole

Vieilles vignes de syrah sur la parcelle Pégaline – qui «pègue» (colle) en patois -, exploitée par Philippe Martin et de Nathalie Héricourt (Mas Pégaline), située sous l’éperon rocheux de Claret-le-Vieux, une langue d’argile qui descend du causse. Le coteau, en pente douce, conserve, grâce à son sous sol, de la fraîcheur pendant la période estivale, l’eau y étant en abondance. Les vins qui en sont issus sont profonds et élégants. Photo © Pierre d’Ornano

D’abord appréciés par les experts anglo-saxons, les vins du Pic Saint Loup sont maintenant reconnus en France. La région parisienne en est friande puisque sept cavistes sur dix les présentent sur leurs rayons. Plus de cinq millions de bouteilles sont vendues chaque année. Il est vrai que les vins rouges se distinguent par la finesse de leurs parfums, leur velouté et une certaine fraîcheur en bouche, qualité appréciable dans un vin méditerranéen obligatoirement généreux en alcool.