Savennières, les vins secrets angevins

Mouchoir de poche étiré sur la rive nord de la Loire en aval d’Angers, le vignoble de Savennières produit de très grands vins blancs. Aujourd’hui plus prisés à New York qu’à Paris. Pour combien de temps ?

Dans la vallée de la Loire autour de la ville d’Angers, il y a des vignobles qui s’étendent, qu’on découvre sans même le vouloir. Au bord des routes, ils construisent le paysage de leurs rangs alignés. C’est le cas sur la rive sud de la Loire des Coteaux-du-Layon qui plongent vers le sud et d’une partie du Saumurois, qui surplombe la Loire en amont d’Angers. Savennières, c’est tout l’opposé, le village est petit, le vignoble aussi. Les pieds de vigne se cachent, à moins qu’on ne les guette depuis l’île de Béhuard, au milieu de l’eau. Accroché sur les coteaux de la rive nord de la Loire, en aval d’Angers, le vignoble couvre officiellement 300 ha, mais moins de la moitié produit du vin blanc de Savennières. Il prend appui sur le fleuve et offre trois coteaux séparés par des petites vallées perpendiculaires, idéalement exposées au soleil.

Savennières, les vins secrets angevins

P.Caharel, Savennieres, Vignes Anjou Tourisme

Une allure en bouche caractéristique

Parmi tous les vins blancs, il y a quelque chose de spécial à Savennières. Une finesse, une légèreté, une élégance ? Oui mais aussi une grande variété, on trouve des parfums de chèvrefeuille ou de tilleul, mais aussi des nez plus explosifs, plus épicés ou au contraire plus tendres avec du miel. Mais ce qui les caractérise le plus est leur allure en bouche ; droits, fermes, structurés par une acidité qui leur fournit un bon squelette, ils sont dotés d’un véritable caractère minéral, parfois doublé d’une pointe salée. Nuancés et discrets, ils demandent qu’on leur prête attention. La subtilité se mérite.

A l’épreuve du temps

Les vins de Savennières, reconnus en appellation contrôlée depuis 1952 (seulement !) sont aujourd’hui presque toujours secs, mais ce n’était pas le cas jusque dans les années 70 ou 80. Rien d’étonnant à cela, ils sont issus du cépage chenin blanc (ou pineau de la Loire), un raisin qui se prête naturellement à la sur-maturité aussi bien qu’à la pourriture noble, sans perdre de sa tenue, grâce à une acidité élevée et un sol de schistes caractéristique. Quant à l’âge idéal pour savourer Savennières, c’est facile car il se déguste très bien dès sa mise en bouteille, à un an de la récolte. Cette période dure environ deux ans, puis il se « referme » quelques années avant d’exploser de nouveau, avec des notes plus nuancées, à partir de quatre ou cinq ans.

Savennières, les vins secrets angevins

Savennières, exclusivement issu du cépage chenin blanc

Des grands blancs abordables

Question prix, Savennières reste un des grands blancs abordables. Il faut en profiter, tant que les amateurs malins des Etats-Unis n’ont pas fait trop d’émules. Avec les rendements qui tournent autour de 30 hl/ha et les coteaux qui ne sont pas extensibles, cela ne devrait pas durer éternellement. Toutefois ces prix varient énormément selon que les domaines sont plus ou moins connus, de 12 à 85 € pour un millésime récent. Ceci d’autant plus que deux sous-appellations, Savennières Coulée de Serrant et Savennières Roche aux Moines, reconnues depuis 2011, viennent accentuer la différence, par leur style ou par leur rareté.

Savennières, les vins secrets angevins

Environ 160 ha sont plantés et revendiqués à travers les trois appellations de Savennières.