Savourer

Le homard : on en pince pour lui sur les grandes tables

Le homard est considéré comme l’un des crustacés les plus prestigieux et les restaurants étoilés s’enorgueillissent presque tous d’en avoir à leur carte en saison. Ce n’est d’ailleurs pas nouveau puisque dès la seconde moitié du XVIIe siècle, il s’est invité sur les tables seigneuriales et royales, et même républicaines, traité comme il se doit en majesté.

Auteur / Blandine Vié

Petits pois, mets de roi

Louis XIV raffolait tellement des petits pois primeurs (introduits à la Cour sous son règne, en provenance d’Italie) que c’est à lui que l’on doit le développement rapide de leur culture, d’abord dans les jardins royaux de Versailles, puis en Île-de-France. Auparavant, ils étaient seulement connus en version pois secs. D’Asie Centrale aux tables couronnées et étoilées, découvrez l’histoire de ce mets singulier.

Auteur / Blandine Vié

La vérité sur les bons « morceaux du boucher »

Les « morceaux du boucher » est une expression qui fait saliver car on présume qu’il s’agit d’un secret jalousement gardé seulement connu des initiés. Extrêmement goûteux, ils sont supposés représenter ce qu’il y a de meilleur en matière de viande de bœuf. On raconte que les bouchers les ont longtemps réservés à leur consommation personnelle… d’où leur nom. Mais ce n’est pas tout à fait la vérité. Inventaire loin des légendes.

Auteur / Blandine Vié

Le haddock se décline en deux couleurs grâce à Pierre Gagnaire

Très prisé chez les Anglo-Saxons dès le petit déjeuner, voire au « high tea » de 17 h des Écossais, ce poisson, homonyme du célèbre capitaine dans la série des Tintin, ne s’appelle ainsi qu’une fois pêché, saumuré et fumé, ce qui lui donnait jusqu’à présent une belle couleur jaune orangé clair. Grâce à Pierre Gagnaire, il a pris une belle robe blanche, plus proche de la nature.

Auteur / Blandine Vié

Le canard laqué à la pékinoise, gastronomie impériale et icône universelle

Le canard laqué à la pékinoise est sans aucun doute le plat le plus emblématique de la cuisine chinoise septentrionale. Cette recette traditionnelle prestigieuse – idéale pour honorer ses convives – se trouve sur la carte des restaurants chinois d’un certain standing, de Paris à New York et de Londres à Hong Kong. Elle a pourtant été pendant plusieurs siècles réservée aux seuls empereurs de Chine de la Cité Interdite. Retour sur un plat omniprésent en Chine et désormais universel.

Auteur / Blandine Vié

Pour la marque bretonne Bord-à-Bord, les algues sont l’avenir de l’homme.

Au Japon, la culture des algues et leurs intégrations dans la gastronomie ou les produits de beauté est ancrée dans une longue tradition, la France et l’Europe n’en sont qu’aux prémices. En Bretagne, deux producteurs visionnaires, Henri Courtois et Hugo Morel, co-fondateurs de la marque Bord à Bord revendiquent que les algues sont une ressource naturelle riche en potentialités gustatives, qu’il faut valoriser. Leur gamme de produits l’atteste.

Auteur / Patricia de Figueiredo

Boulangerie Sain : le goût enfin retrouvé du bon pain

Refusant le déclin du pain, alors qu’il a été au coeur de notre alimentation pendant des siècles, quelques boulangers se sont fait un devoir de remettre son bon goût à l’honneur avec des blés anciens bien élevés, des farines non raffinées, un vrai travail de fermentation et, ce qui n’est pas antinomique, beaucoup de créativité. Anthony Courteille est de ceux-là. Il a ouvert, cela fait 6 mois, la boulangerie Sain près du canal Saint-Martin. Allons à sa rencontre.

Auteur / Blandine Vié