Le Vino Formosa, vin taïwanais d’exception

Elaboré à la manière des meilleurs Madère avec des cépages propres à l’île, le Vino Formosa donne à la production viticole taiwanaise ses lettres de noblesse et a inspiré à Glenfiddich un whisky avec un nouveau finish.

Si vous voulez épater vos amis avec votre connaissance des vins étrangers, faites-leur découvrir le Vino Formosa, un vin doux taiwanais élaboré à partir de cépages locaux à la manière traditionnelle du Madère, par mutage puis vieillissement à la chaleur naturelle. Taïwan n’étant jusqu’alors pas connu pour l’excellence de ses crus, ce conseil vous parait peut-être étrange et farfelu, mais sachez que le Vino Formosa a remporté une médaille d’or aux Vinalies 2014 et a été primé dans d’autres concours.

Le Vino Formosa, vin taïwanais d’exception

Vino Formosa © Thierry Joly

Parfois 2 à 3 ans d’attente pour s’en régaler

Rançon de ces distinctions, les Taïwanais s’arrachent les bouteilles malgré un prix supérieur à 80 €, et en acheter une ou trouver un lieu où le déguster n’est pas chose facile. Il faut dire que la production est réduite. En 2017, pas plus de 3 000 bouteilles sont sorties de la cave, vendues à des particuliers ou des restaurants qui pour certains patientaient depuis 2 ou 3 ans. En France, seul le restaurant de Michel Bras dispose de quelques bouteilles. « Ne m’attendant pas à un tel succès, les premières années je n’ai fait que quelques fûts et je ne peux accroître rapidement la production car le Vino Formosa requiert cinq ans de vieillissement pour atteindre sa plénitude et exprimer toute sa complexité », explique son créateur Chien-hao Chen.

Le Vino Formosa, vin taïwanais d’exception

Chien-hao Chen dans son chai © DR

Un vieillissement en fûts de Bourgogne

Oenoloque et sommelier de formation, il utilise des fûts de Bourgogne ayant contenu des vins rouges ou blancs. « De plus, pendant cet élevage 8% à 10% du vin disparaît chaque année avec la part des anges », ajoute-t-il, réalisant ensuite un savant et subtil assemblage entre les fûts pour donner naissance à deux cuvées : un rouge et un blanc, longs en bouche, d’une grande finesse, au boisé très discret et parfaitement équilibrés avec une pointe d’acidité leur conférant une belle fraîcheur malgré leur sucrosité. Développant des saveurs de fruits exotiques, de noisettes et de miel, le blanc a notre préférence.

Le Vino Formosa, vin taïwanais d’exception

Eclats et évolution du Vino Formosa au cours de ses 5 années de vieillissement © Thierry Joly

Glenfiddich s’en inspire pour un whisky unique

Autre reconnaissance pour Chien-Hao Chen, et non des moindres, Glenfiddich a décidé de sortir un whisky pur malt de 25 ans d’âge avec finish de deux ans dans un fût ayant contenu du Vino Formosa. Le premier whisky de l’histoire de la marque avec une étiquette comportant des termes en caractères chinois, la distillerie écossaise prévoyant d’écouler la totalité des 300 bouteilles à Taïwan en mars ou avril en surfant sur la renommée de ce vin doux. Deux motifs d’intérêts pour les collectionneurs et les passionnés de whisky qui devraient pouvoir trouver quelques bouteilles en vente sur internet. A un prix conséquent car il sera commercialisé autour de 1 000 €.

Le Vino Formosa, vin taïwanais d’exception

Whisky de Glenfiddich avec finish en fût de Vino Formosa © Thierry Joly