Des vins du Médoc abordables, prêts à boire

Quand fleurissent les premières jonquilles, les professionnels du vin s’activent à déguster les échantillons « primeurs » de la dernière récolte. A Bordeaux, la plupart des vins ne seront prêts à boire qu’après plusieurs mois ou années. Raison de plus pour découvrir les Médocs plus jeunes avec un œil fixé sur leurs aînés, des vins bien terminés et prêts à servir que nous vous conseillons….

« Des vins qui affirment leur singularité au sein de leur appellation » : c’est ainsi que l’œnologue Stéphane Courrèges définit le fruit de son travail. Cette noble ambition de l’homme de l’art, qui conseille une vingtaine de domaines du Bordelais, s’était vérifiée au cours de deux dégustations à l’automne 2017, sur les millésimes 2010, 2012, 2014. Notre sélection de Médocs, prêts à boire et abordables, était établie et nous aurions pu la livrer telle quelle. Mais puisque l’occasion nous a été donnée de goûter les 2017, en cours d’élevage, nous nous sommes fixés une ambition supplémentaire dans la sélection… à savoir confirmer notre choix au vu de la capacité des domaines à réussir aussi leur 2017, ce dans un même esprit de « singularité ».

Des vins du Médoc abordables, prêts à boire

L’œnologue Stéphane Courrèges © Isabelle Bachelard

Quelques Médocs prêts à boire

Si le Médoc couvre géographiquement tout le nord-ouest du Bordelais, entre la côte atlantique et la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, l’appellation Médoc n’occupe que le tiers nord de la zone, au nord de l’appellation dénommée, en toute logique, Haut-Médoc. Cette sélection fait la part belle aux Médocs conformes à une tradition de vins faits pour être bus à table, donc structurés en bouche, mais sans les tanins verts qui ont détourné les consommateurs, à juste titre. Sobres au nez, modérément marqués par le chêne neuf, ils plaisent par leurs parfums de bois ciré, de fleurs séchées ou de boîte à cigare plutôt que de fruit frais ou de confiserie.

Des vins du Médoc abordables, prêts à boire

Le Malbec de Labadie Médoc 2016 © Isabelle Bachelard

Château Croix de Mai 2010, Médoc cru bourgeois

Un tout petit vignoble de moins de 3 ha, travaillé en viticulture raisonnée par une vigneronne ambitieuse. Une dominante de merlot produit ce vin très séduisant, nuancé, au fruit mûr. Parfaitement épanoui, souple il a atteint son apogée. (12 €)

Château Pontet Barrail 2012 Médoc cru bourgeois

Modérément aromatique, ce vin s’exprime totalement en bouche, avec du fruit et de la plénitude, et toute la finesse du cabernet sauvignon. Un bon soutien tannique. (11 €).

Château Laujac 2014, Médoc cru bourgeois

Un Médoc classique, coloré, modérément boisé aux parfums purs. Belle attaque, texture suave, finale pleine, longue et agréablement tannique. (19€)

Château La Cardonne 2012, Médoc cru bourgeois

Un vaste domaine à la réputation ancienne. Ce vin, un rien austère, plaît aux amateurs de Médoc traditionnel, bien structuré par des tanins fermes, équilibré par une belle ampleur et des parfums de sous-bois qui évoquent Pauillac. (24 €)

Château Lousteauneuf 2014, Médoc cru bourgeois

Un vin concentré, dominé par le cabernet sauvignon, avec du cabernet franc et du petit verdot : parfums très complexes, bois ciré et sous-bois, bouche pleine et parfumée, bien construit et très long. (12€).

Malbec de Labadie 2016, Médoc

Un vin très original puisqu’élaboré uniquement avec du malbec, le cépage qu’on connait mieux à Cahors et en Argentine. Il donne un fruité éclatant, une bouche suave et une finale souple et parfumée. Peu médocain mais si séduisant ! (14,50 €). Le Château Labadie 2014 est un Médoc classique de style fruité, mais également assez épicé (12 €).

Des vins du Médoc abordables, prêts à boire

Vignes du Château La Cardonne

Singularité dans l’appellation

Stéphane Courrèges cherche à comprendre le raisin dans son environnement et dans son millésime et l’explique : « Je passe beaucoup de temps dans le vignoble et le chai à discuter avec le viticulteur : ma volonté dans mon métier d’œnologue est d’affirmer la typicité de chaque vin, sa singularité dans son appellation, sur son terroir, tout en lui donnant la couleur, le charnu, l’explosion des arômes en bouche. Je cherche à mettre en bouteille l’identité de la propriété, à travers ses terroirs, ses cépages, son histoire et la personnalité du propriétaire : en faire une création unique ».

Le point sur les crus bourgeois

Si le terme « cru des Bourgeois » apparait dès le 15è siècle, c’est au début du 19è que les Crus Bourgeois se positionnent véritablement et regroupent environ 300 vins. Ces crus de qualité se placent au-dessus des Crus Artisans et Paysans, mais n’ont pas accédé à la hiérarchie historique des crus classés de 1855. Actuellement, le palmarès des Crus Bourgeois est publié chaque année en septembre. Après de nombreuses modifications dans leur organisation et leur hiérarchie, les Crus Bourgeois bénéficieront à nouveau d’un classement en 3 catégories, Cru Bourgeois, Cru Bourgeois Supérieur et Cru Bourgeois Exceptionnel à partir du millésime 2018.

Des vins du Médoc abordables, prêts à boire

Carte des châteaux adhérents aux Crus Bourgeois du Médoc