Vins et spirits

Derrière L’Orbe, Shéhrazade Schneider, intrapreneuse de Pernod Ricard

Auteur : Régine Glass
Article publié le 8 décembre 2020

Quand le sultan de Shéhrazade Schneider se nomme Pernod Ricard, le conte de fée de L’Orbe conjugue goût de l’innovation et aventure d’entreprise. Le groupe donne carte blanche à la jeune intrapreneuse pour créer sa vodka infusé au caviar fraîche, subtile et sophistiquée. A son image. 

De Simone Lemon à L’Orbe

Shéhrazade Schneider a crée L’Orbe, vodka au caviard Photo sur Facebook

Co-fondatrice à 24 ans de Simone Lemon, restaurant se revendiquant zéro gaspillage, Shéhrazade Schneider et son associée Elodie Le Boucher forgent en 2015 le concept d’une gastronomie anti-gaspi. Récupérant les fruits et légumes jugés « moches » invendus auprès de producteurs d’Ile de France ou les viandes boudées en restauration, la chef trouve les recettes qui permettent de faire découvrir leurs goûts et d’oublier leurs formes ou leur tares.

En adéquation avec l’air du temps

Le laboratoire gastronomique locavore touche après cinq ans aux limites de ses innovations et développements. Avec 18 employés avant COVID, le restaurant sert plus de 100 couverts le midi, propose des brunchs, un service traiteur, des événements culinaires pour de grandes marques… Shéhrazade ne voit pas que proposer de plus.  Et vous l’aurez compris, la réussite qui institutionnalise son concept de combat, et la croissance soutenue du bénéfice ne suffisent plus à nourrir au sens propre et figuré cette créative passionnée du goût, qui a besoin de se relancer à nouveau.

Du tablier d’entrepreneur à celui d’intrapreneuse 

Le nouveau rebond viendra d’une main tendue par le groupe Pernod Ricard. Shéhrazade y devient intrapreneuse, qu’elle définit comme « le parfait compromis entre entrepreneuriat et salariat. » La carte blanche que lui offre le grand groupe de spiritueux à la Française » lui permet de créer la marque L’Orbe et se l’approprier.

Dans ces conditions où elle retrouve l’exaltation de la création d’un produit, la jeune femme s’est sentie prête à redevenir salariée comme elle l’a confié à Singular’s : « J’ai adoré apprendre et développer une nouvelle recette de vodka aux cotés de chefs et des experts du laboratoire de recherche.  J’ai gardé et enrichi ma boite à outils d’entrepreneur en restant débrouillarde et agile, et je pense avoir bousculé beaucoup de mes fournisseurs en créant et lançant une nouvelle marque de spiritueux en un an.

Aujourd’hui je suis fière de ce que l’équipe fait, la marque se développe à l’international, mais j’aimerais bien sûr aller beaucoup plus vite, toujours plus vite, parce que je suis une créatrice de valeur éternellement insatisfaite ». La réussite de cette première réalisation annonce la promesse de nouveaux défis, l’intrapreneuse compte bien valoriser ce statut à promouvoir.

L’Orbe, l’univers subtil d’une vodka au caviar 

Pour son projet, l’intrapreneuse a peaufinée chaque détail : de l’alliage subtile de saveurs en bouche, au flacon très sophistiqué qui laisse entrevoir le procédé d’infusion. La vodka polonaise est élaborée à partir de grain de seigle, le grain Dankowski Diamond aux notes de noisettes et à la texture crémeuse. Le caviar Royal Baeri avec son goût aux accents de beurre et de noisettes s’infuse dans la vodka grâce à de fines ouvertures dans le cylindre de verre à l’intérieur de la  bouteille. Plus il se conserve longtemps, plus le goût du caviar s’intensifie en se mélangeant à celui de la vodka.

Conseil de dégustation de l’Orbe

Elle se sert glacée, comme toutes les vodkas. Porter le verre au nez pour respirer la fraîcheur, prendre une première gorgée pour rincer le palais, le goût de vodka s’impose. Dés la seconde gorgée, les notes de caviar se dévoilent, la complexité aromatique et l’accord subtil envahissent le palais. L’Orbe évoque une fraîcheur tonique, de la mer Baltique dans toute sa dimension iodée, sauvage et avec un gout de noisettes très léger. Elle se marie parfaitement avec une huître fraîche pour un vrai voyage gustatif.

Comment se procurer L’Orbe ?

Voir la page dédiée du site

Les distributeurs en France

Partager

Articles similaires

Les saveurs de la Riviera, grâce à la cuisine colorée au feu de bois de Julien Gasperi

Voir l'article

Le Beaufort d’été, une subtile symphonie des Alpages, alliée à l’exigence de l’AOP

Voir l'article

La fraicheur des Petites Mains, table couture du Palais Galliera n’a rien d’éphémère

Voir l'article

L’Européen, la brasserie de la gare de Lyon magnifie les classiques de la mer

Voir l'article