Vins et spirits

L’art d’animer sa cave (II) par Frédéric Turpaud du Divellec : Les rouges

Auteur : Frédéric Turpaud, chef sommelier du Divellec, Maître Sommelier de l’Union de la Sommellerie Française
Article publié le 9 décembre 2020

Après ses recommandations de Blancs et de Champagne pour constituer un solide fond de cave,  Frédéric Turpaud de l’Union de la Sommellerie Française vous conseille une jolie sélection de Rouges, associant tous les terroirs de France. Sans oublier quelques suggestions de liquoreux.  

Etre créatif en Bourgogne

La liste des villages mythiques est presque trop grande. Vosne Romanée, Gevrey Chambertin, Chambolle Musigny, Volnay ou encore Pommard doivent trouver leur place dans votre cave. Mais le budget peut être rapidement problématique. Certaines des appellations citées dans notre précédente sélection existent également en rouge.
D’autres méritent également notre attention pour produire des vins rouges raffinés et à prix encore sages : Fixin et Marsannay en Côte de Nuits. Ladoix, Maranges, Pernand Vergelesses en Côte de Beaune.
Et de très belles réussites en Côte Chalonnaise et dans le Maconnais, en général sur un style plus souple.
Budget
 : de 25 à 40 €
Millésimes notables : 2016, 2015 à garder, 2005, 2009, 2012 à boire
Coup de cœur (pour commencer) :  Mercurey 1er Cru Clos des Barraults 2015, Domaine Michel Juilliot. Prix : env. 29€

Le Bordelais avec ses Château historiques.

Si les prix flambent pour certains, on trouve sur les grandes appellations du Médoc ou du Libournais des domaines qui ont su ne pas répondre à l’appel des sirènes, sur Saint Estèphe, Margaux, Pomerol ou Saint Emilion. Côtes de Castillon, Côtes de Franc également.
A noter également que certains vignerons en simple appellation « Bordeaux » s’émancipent et savent faire preuve de créativité.
Les Seconds Vins des Crus Classés sont souvent de très bons rapports qualité prix.
Budget : de 20 à 40€
Millésimes notables à garder : 2009, 2010, 2015, 2016.
Millésimes à boire dès maintenant : 2007, 2008, 2011, 2012.
Coups de cœur (pour commencer) : Duluc de Branaire Ducru 2012, Saint Julien, Second Vin de Château Branaire Ducru Grand Cru Classé, Prix : env. 30€

Savoir jouer des millésimes et des grands noms

Un grand millésime peut parfois coûter trois fois plus cher qu’une année dite moyenne. Une petite astuce pour se faire plaisir dans le bordelais tout en faisant attention à son budget : achetez les grands noms dans les petites années (leur savoir-faire et les moyens employés garantissent toujours une belle réussite), et les petits domaines dans les grandes années (étant moins renommés ils n’augmentent pas trop leur tarif dans les millésimes stars).
Coup de cœur (pour commencer) : Grand Vin de Reignac 2015, Château de Reignac Prix : env. 20€

Le Sud-Ouest est vaste

Difficile en quelques lignes de résumer cette région tant les terroirs et cépages utilisés sont légion.
Cahors issu du cépage Malbec, ou Madiran, cépages Tannat et Cabernet sont néanmoins les appellations qui m’ont apporté le plus d’émotion. Des vins charnus et denses, parfaits compagnons de nos recettes hivernales.
Budget : de 15 à 35€
Millésimes notables à garder : 2015, 2016
Millésimes à boire dès maintenant : 2006,2009, 2010
Coups de cœur (pour commencer) : Vieilles Vignes, Madiran 2006. Château Bouscassé, Prix env. 26€

La Vallée du Rhône toujours fascinante

Dans le nord de la région, Cornas est l’appellation qui monte, mais ne pas oublier pour autant Saint Joseph ou Crozes Hermitage.
Au sud Châteauneuf du Pape reste la référence mais avec des styles hétérogènes et parfois des prix qui s’envolent. Vacqueyras, Sablet, Gigondas, Costières de Nîmes, Côtes du Ventoux regorgent de vignerons créatifs et à prix sages.
Budget : 8 à 30€
Millésimes notables : 2015, 2016
Coup de cœur (pour commencer) Costières de Nîmes 2016. Les Centenaires, Clos des Centenaires, Prix : Env.  9€

Les multiples ressources de la Vallée de la Loire

Mosaïque de sols et de cépages. Le Pinot Noir, le Cabernet Franc et le Gamay sont les principaux cépages rouges du Val de Loire. Plusieurs vins souples et fruités méritent l’attention ; tels le Touraine, le Sancerre ou le Saint Nicolas de Bourgeuil, à boire sur la jeunesse du fruit. Et des vins plus charnus et complexes comme les Chinons, Saumur Champigny, et Bourgeuil qu’il ne faut pas hésiter à oublier en cave pour un plaisir décuplé.
Budget : de 10 à 30 €
Millésimes notables : 2015, 2016, 2018
Coup de cœur (pour commencer) : Première Vendange Touraine 2018. Domaine La Charmoise
Prix
: env. 10€

Le Languedoc Roussillon est sans conteste la région à suivre

Loin des stéréotypes d’antan, ses vins rouges variés, généreux et abordables ont le vent en poupe Pic Saint Loup, Terrasses du Larzac dans l’Hérault, Minervois et Corbières dans l’Aude. Côtes du Roussillon Villages.

Mais c’est également une région où être Vin de Pays (ou IGP) n’est pas un gros mot. Nombre de domaines parmi les plus réputés ne sont pas AOC (ou AOP). Le plus souvent parce qu’ils utilisent un ou des cépages non autorisés dans l’appellation, ou par choix d’indépendance du vigneron qui ne veut pas rentre dans une « case ». Les meilleurs d’entre eux se trouvent en général chez les cavistes. La grande diversité de cette région mérite un conseil avisé, au risque de se perdre dans l’immensité Occitane.
Budget : 15 à 50 €
Millésimes notables : 2015, 2016, 2018.
Coup de cœur (pour commencer) : Les Romarins, Languedoc Grès de Montpellier 2016, Château Ellul Ferrières. Prix : env. 15€

La Provence et la Corse, pas seulement des terres à rosés

La Provence propose de beaux vins rouges en particulier en Coteaux d’Aix, Bandol, ou en IGP Bouches du Rhône. Des vins complexes et structurés, et pour la plupart très abordables.
La Corse, elle, se rajeunit et diversifie ses styles. De plus en plus élégants, les vins de l’Ile de Beauté s’affirment et s’affinent.
Budget : 10 à 30€
Millésimes notables :  2011, 2015, 2017
Coup de cœur (pour commencer) Castellu Di Baricci, Sartène, Corse 2017

De l’Europe aux Nouveaux Mondes

La Sicile est à explorer, Priorat en Espagne, le Burgenland en Autriche produit des vins savoureux. Mais je reste toujours admiratif des grands vins du Piémont ou du Douro. Incontournables !

Le Liban, un des berceaux du vin, est en plein essor depuis une quinzaine d’années.
Coup de Cœur : Château Marsyas, Vallée de la Békaa Liban, 2013. Environ 27€

Hors de la vieille Europe, les vignobles dits du Nouveau Monde se sont idéalement répartis les cépages rouges (pour la plupart issus de France). Mis à part quelques exceptions, le plus intéressant est de se cantonner dans les spécialités locales.

Le Cabernet-Sauvignon de Californie, le Pinot Noir de l’Oregon ou de Nouvelle Zélande, Le Merlot du Chili, le Malbec d’Argentine, la Syrah (ou Shiraz) d’Australie.

Les Vins Moelleux, Liquoreux et autres douceurs

Sauternes reste LA référence absolue en matière de vin doux.
Mais on trouve de grands moelleux en France et ailleurs, et parfois à des prix défiants toute concurrence : Coteaux du Layon, Vouvray Moelleux, Pacherenc du Vic Bilh, les Vendanges Tardives d’Alsace, Cérons, Rivesaltes Ambré, Tokaj de Hongrie, Muscat du Cap Corse.
Un grand Porto, Tawny ou Ruby, s’appréciera tant sur un fromage qu’en digestif soft.

Ultime conseil : Constituer sa cave c’est (se) faire plaisir.

Chaque flacon qui sommeille est le reflet d’une (meilleure) part de vous-même. Parfois emprunt du souvenir de la rencontre d’un vigneron talentueux, d’un caviste passionné ou d’une table festive. Elle se transmet aussi : certains de vos trésors seront dégustés par vos enfants ou petits-enfants.
Alors composez avec votre cœur, votre cave n’en sera que plus belle.

Les coups de cœur de Frédéric Turpaud

Mercurey 1er Cru Clos des Barraults, 2015 Domaine Michel Juillot
100% Pinot Noir
Garde : 15 à 20 ans
Ce domaine presque centenaire, fort de 31 hectares, fût un des précurseurs de très beaux vins rouges en Côte Chalonnaise. Cette parcelle orientée sud-sud ouest produit des vins racés et denses. Le Pinot Noir exprime des notes de Cerise kirschée, un peu sauvage et fumé. La bouche est onctueuse et les tanins présents restent toutefois élégants.
Duo d’Accord : Magret de canard aux figues sur la jeunesse, à partir de 10 ans une poêlée de cèpes
Prix : env. 29€

Duluc de Branaire Ducru 2012, Saint Julien, Second Vin de Château Branaire Ducru Grand Cru Classé
Classé en 1855, ce château a particulièrement évolué depuis l’arrivée de la famille Maroteaux aux commandes depuis 1988. Refonte du vignoble, modernisation des chais. Des vins désormais plus élégants et plus réguliers. A l’image du domaine, ce second vin est rond, frais et gouleyant, un boisé sans excès. Malgré la renommée croissante de ses vins, la famille Maroteaux tient à ce que ses vins restent abordables.
Accord Girondin : privilégiez une Côte de Bœuf maturée.
Prix : entre 40 et 60€ pour le grand vin selon le millésime, environ 30€ pour le second vin.

Château de Reignac, Grand Vin de Reignac, Bordeaux Supérieur 2015
Sur la commune de Saint Loubès, à 20 kilomètres au nord-est de Bordeaux. Au confluent de l’Entre-Deux-Mers présente une particularité rare, celle de réunir les meilleurs terroirs des rives droites et gauches sur une même propriété. Ajouter la volonté infaillible de Stéphanie et Yves Vatelot de hisser leur vin au niveau des meilleurs. Des arômes de fruits mûrs et frais (cerises et cassis) nuancés de notes toastées et moka. La bouche est très veloutée, bien en chair et fruitée. La finale d’une très bonne allonge. Ce Château de Reignac est sans conteste capable de rivaliser avec bon nombre de Crus Classés !
Accord de l’Intrépide : Hachi parmentier au confit de canard, régressif à souhait !
Prix : env. 20€

Château Bouscassé « Vieilles Vignes », Madiran 2006.
J’ai toujours été fasciné par le travail d’Alain Brumont, qui dès les années 80 a redonné à Madiran ses lettres de noblesse. Visionnaire, créatif, audacieux, iconique, tellement d’adjectifs possibles pour ce vigneron qui produit des vins hors normes, domestiquant le puissant cépage Tannat. La cuvée Vieilles Vignes es issue de parcelles âgées de 50 à 100 ans.
Puissant et sans concession, il sait s’assagir avec le temps. Ce 2006 arrive à une belle maturité qui continuera sa plénitude encore au moins 10 années. Un nez fauve et fruits noirs, moka et épices douces en finale.
Accord Pyrénéen : un gigot de sept heures, c’est le minimum !
Prix : env. 26€

Clos des Centenaires, Les Centenaires, Costières de Nîmes 2016.
La plus à l’ouest des appellations rhodaniennes. Stéphanie et Luc Baudet sont installés sur 7 hectares, un encépagement varié, une grande précision dans la vigne et dans les chais. Un terroir et microclimat d’exception de galets roulés. Des vendanges manuelles partiellement égrappées (un de ses secrets pour des vins frais et raffiné).
Un quator de cépages, Syrah, Grenache, Mourvèdre et Carignan composent cette cuvée. Des fruits rouges, légèrement épicé, une bouche suave et délicate.
Plusieurs cuvées du domaine, volontairement classées en IGP, détonnent par leur créativité.
Accord des Arènes : filet mignon de porc à la tapenade noire, on est dans le sud tout de même !
Prix : env. 9€

Domaine La Charmoise, Première Vendange, Touraine 2018.
Dans les années 70 Henry Marionnet a imposé sa marque et son style. Une culture bio, préservation de vignes pré-phylloxériques, introduction de cépages oubliés, cuvées sans soufre ajouté. Une terre argileuse et des silex où le Gamay est roi. Cette cuvée est sans sulfite et sans aucun produit œnologique, exercice hautement périlleux mais parfaitement maîtrisé. D’une pureté rare, un fruité croquant et généreux, et une profondeur rafraîchissante. Un Gamay d’anthologie !
Accord Gourmand : des cailles farcies au pruneaux, pommes rates sautées, miam !
Prix : env. 14€

Château Ellul Ferrières, Les Romarins, Languedoc Grès de Montpellier 2016.
A 20 kilomètres au Nord-Est de Montpellier, dans le village de Castries, Sylvie et Gilles Ellul exploitent seulement 5 hectares de vignes depuis 1997. Le Grenache est majoritaire dans leur vignoble, dont certains pieds ont plus de 150 ans. Des rendements très faibles et un travail méticuleux, pour des vins authentiques et qui ont du style. La cuvée Les Romarins, assemblage de 70% de Grenache et 30% de Syrah. Fruits rouges bien mûrs et épicés se mariant harmonieusement à des notes de garrigue. L’attaque en bouche est charnue et soyeuse. Les tanins sont structurés et bien fondus. Finale légèrement réglissée.
Accord Terre-Mer : Thon grillé aux herbes
Prix : env. 15€

Castellu Di Baricci, Sartène, Corse 2017
Elisabeth Quilichini est à la tête de ces 15 hectares sur la rive droite de l’Ortolo cultivés en bio. Cépages Niellucciu et Sciacarellu.
Nez de fruits rouges (fraise et framboise) et notes épicées. Son attaque franche s’ouvre sur une bouche très ample et grasse avec beaucoup de retour aromatique épicé et des tanins très soyeux. A la puissance maîtrisée, il demandera des plats typés, voire épicés.
Accord Insulaire : Figatellu aux lentilles
Prix : env. 23€

Château Marsyas, Vallée de la Békaa, Liban 2013
Premier millésime en 2007, les frères Saadé ont su en quelques années imposer Château Marsyas comme un des meilleurs vins du Moyen Orient. Un terroir unique perché à plus de 900 mètres d’altitude. Un assemblage moderne de Cabernet, Merlot et Syrah. Des rendements faibles et des élevages de haute volée. Un vin concentré mais sans lourdeur, arômes de fraises des bois épicées, une bouche ample et savoureuse aux tanins très fins, et une fraîcheur étonnante.
Accord Oriental : Kebbé Naye, variante libanaise du tartare
Prix : env. 27€

Partager

Articles similaires

Les choix de Frédéric Turpaud du Divellec : Daniel Etienne Defaix, l’irréductible vigneron de Chablis

Voir l'article

L’art d’animer sa cave (I) par Frédéric Turpaud du Divellec : Les Champagnes et les Blancs

Voir l'article

Les choix de Frédéric Turpaud du Divellec : Le Domaine de Ravanès, visionnaire méconnu

Voir l'article

Les choix de Frédéric Turpaud du Divellec : Domaines Pieropan, Seclantas Adentro et Bodega Menade

Voir l'article