Vins & spirits

L'artisan vigneron Jean-Louis Denois hisse ses vins très hauts en Languedoc-Roussillon

Auteur : Patricia de Figueiredo 
Article publié le 14 avril 2022

Jean-Louis Denois se revendique artisan vigneron engagé bio depuis longtemps. Cet originaire de Champagne a choisi le plus haut du Languedoc-Roussillon pour implanter au pied de Roquetaille ses vignes bichonnées aux méthodes naturelles. S’il produit peu, sa production est de très haute qualité. Pour Pâques, Singular’s retient son Saint-Louis, une pure syrah dont les notes feront merveilles avec l’agneau pascal.

Assumer jeune un côté rebelle.

Après deux premières aventures dans les bulles, Jean-Louis Denois a construit soigneusement son domaine de 30 hectares à Roquetaillade. Photo DR

Originaire de la Marne du côté d’Épernay – ses parents et grands-parents étaient vignerons champenois – il fait ses études à Beaune. Pour différentes raisons, Jean-Louis Denois ne reprend pas le domaine familial et s’oppose à la doctrine productiviste de l’époque en Champagne.
Avec sa marque, Charles de fer, il se lance dans les vins mousseux en dehors de la Champagne, « ce qui m’a value quelques ennuis avec l’CIVC » confie-t-il. Elle est revendu à Boisset dans les années 90.

Les bulles ne le lâchent pas.

En 1990, il reprend le domaine de l’Aigle, à Limoux pour le Chardonnay qui existait et installe des mousseaux de qualité, et continue sur de beaux blancs. « C’était avant les AOC Limoux. J’ai aussi été le premier aussi à implanter du pinot noir en greffage puis par plantation. Mon pinot est devenu célèbre en 1992-93. Le domaine de l’Aigle s’est spécialisé en pinot et chardonnay. Je l’ai revendu en 2000 à un bourguignon, Antonin Rodet qui depuis l’a revendu à Gérard Bertrand. »

L’appel du Sud

« Quand j’ai vendu L’Aigle, j’étais trop jeune pour arrêter … donc j’ai recommencé. reconnait il J’ai trouvé alors plus confortable de prendre plus de cépages, dans différents coins ». Le voici désormais à la tête de 30 hectares à Roquetaillade, Magrie et Fa en Haute Vallée de l’Aude au sud de Limoux et aussi à Caudiès et Saint Paul de Fenouillet.

Avec des conditions climatiques particulières à Roquetaillade qui est l’endroit le plus haut et le plus frais du Languedoc-Roussillon où la syrah s’épanouit, « et j’ai replanté du grenache gris et du grenache blanc pour lesquelles ces températures plus froides sont un atout. »

Le domaine de Jean-Louis Denois bénéficié de conditions climatiques particulières à Roquetaillade, l’endroit le plus haut et le plus frais du Languedoc-Roussillon. Photo DR

Cultiver en bio et afficher le SO2 une évidence

« Je me retrouve à faire ce que faisais mon grand-père, sans avoir à l’époque qu’il cultivait en bio. » objecte-t-il.
Alors le vigneron pousse la transparence d’un cran, ce qui ne manque pas de faire grincer la profession.  Depuis plusieurs années, en effet, Jean Louis Denois affiche sur ses contre-étiquettes le taux de sulfites total « qui constitue une véritable carte d’identité d’un vin et précise l’esprit dans lequel il a été réellement vinifié, à l’encontre de la plupart des vignerons français qui se battent pour échapper à l’affichage obligatoire des additifs dans les produits alimentaires. »

Une large palette de vins

Des cépages bordelais, des pinots noirs et chardonnay, parmi les bulles, du vin mousseaux de qualité aux bruts natures sans sulfites.
Mais arrêtons nous sur une jolie dégustation, celle de Saint-Louis. le 100% syrah, de JL Denois.

Le Saint-Louis, un 100 % syrah particulier

Vendangé à la main le plus tard possible dans les vieilles vignes du Val d’Agly en Haut Roussillon, le Saint-Louis garde une fraîcheur indéniable. Élevée sur des sols argileux, il part sur les épices « Il peut sentir le clou de girofle » mais aussi des arômes de cassis et de poivre. « J’ai gardé les réflexes de l’école bourguignonne donc je ne cuve pas trop, je n’ai pas une approche tanique. » conclue le vigneron.

Le Saint Louis bénéficie d’un vieillissement 2/3 en fût et 1/3 en cuve, pour que ce soit toujours le fruit qui domine. Cette syrah est un vin de garde. Il fera merveille avec l’agneau pascal. 16€ la bouteille.

En savoir plus sur JL Denois

  • Jean-Louis Denois, Domaine Bordé Longue, 11300 Roquetaillade-et-Conilhac – Tél. : 04 68 31 39 12 – jldenois@orange.fr
  • Vente au Public : Vina et Terra, 7 avenue du Lauragais- 11300 Limoux Tél. : 04 68 31 83 64

Partager

Articles similaires

Des rouges légers, pour chatoyer votre été

Voir l'article

Les caves blanches contribuent à l’amélioration des Champagnes, des Alsaces et des Chablis

Voir l'article

Les caves rouges du Sud boostent les vins du Rhône, du Gers et de Buzet

Voir l'article

Le Domaine Mérieau, le Château de Chamilly et le Château Ricardelle font étinceler leurs cépages traditionnels

Voir l'article