Vins & spirits

Vins de Savoie : découvrir les rouges de mondeuse

Auteur : Isabelle Bachelard
Article publié le 9 février 2018 à 19 h 34 min – Mis à jour le 3 janvier 2019 à 12 h 58 min

Loin de se résumer à quelques blancs de soif, la viticulture de Savoie produit aujourd’hui des vins de gastronomie. Les blancs sont désormais reconnus grâce à des crus comme Chignin ou Marestel. Il est temps de découvrir aussi les rouges de Mondeuse, des Domaine Louis MagninDomaine Grisard, Domaine Jean-Claude Girard-Madoux et Jean-François Quénard.

Vignes de la Combe de Savoie

Découvrir la mondeuse de Savoie

Tout petit par la taille, mais bien complexe par ses crus et ses styles de vins, le vignoble de Savoie est un original. Avec 2 100 hectares, il possède moins de vignes que Sancerre, mais on y compte quatre appellations, vingt dénominations et autant de cépages. Et les parcelles sont extrêmement dispersées.

Si vous partez faire du ski en Savoie, il y a peu de chances que vous aperceviez des vignes plus de quelques minutes sur votre trajet – sauf si le train ralentit ou que les embouteillages persistent. Mais c’est certain, il y a trois zones où vous apprécierez d’impressionnants paysages de vignes : au nord de la Haute-Savoie, sur la rive sud du lac Léman et dans la vallée de l’Arve, en Savoie près d’Aix-les-Bains au-dessus du lac du Bourget ou entre Chambéry et Fréterive, sur la route des pistes qui se termine à Bourg-Saint-Maurice.

Le grain de la mondeuse

Grâce au cépage mondeuse, la Savoie est en train de se tailler une vraie réputation en matière de vins rouges, portée par la détermination de quelques vignerons qui la remettent à l’honneur. Il s’accommode de tous les terrains bien exposés, éboulis calcaires ou mieux, terrains schisteux. Jusqu’à la crise phylloxérique, il figurait d’ailleurs parmi les premiers cépages plantés dans la région. Juste retour.

Des parfums de violette et poivre en tête

Ce cépage noir donne des vins qui évoquent par leurs parfums ceux de la syrah du Rhône septentrional, violette et poivre en tête. Il se distingue en bouche par sa finesse aromatique, sa puissance modérée et surtout son grain soyeux. La plupart des mondeuses gagnent en complexité et en finesse avec le vieillissement et méritent d’être attendus cinq ou dix ans. C’est le cas du domaine Magnin, également au top avec son Chignin Bergeron (blanc). Mais quelques vignerons, tels Grisard en 2014, parviennent à dompter la mondeuse pour qu’elle séduise dans sa jeunesse.

Notre sélection de producteurs de mondeuse

Partager

Articles similaires

Les hérauts de la renaissance du viognier de la vallée du Rhône

Voir l'article

L’exigence de Christophe Pichon père & fils produit de belles appellations

Voir l'article

Cahors, Madiran et Marmandais réinventent, eux aussi, le Sud-Ouest

Voir l'article

Pour la galette des rois, choisir un vin blanc moelleux ou liquoreux, sauternes ou alsace ?

Voir l'article