Le Clos de Tart-Monopole mûrit dans la Collection Pinault

Le sommet atteint par le tableau de Léonard de Vinci à 450 M€ a occulté les 250 M€ investis pour le Clos de Tart-Monopole, Grand Cru de la Côte de Nuits à Morey-Saint-Denis. Le vignoble devient ainsi le plus cher du monde grâce à son statut à part de plus vaste Monopole classé en Grand Cru de Bourgogne, et à ses Millésimes exceptionnels. Sa cote le rapproche désormais d’un actif artistique hors de toute considération de rentabilité.

Clos de Tart acquis comme œuvre d’art

Nul doute, Clos de Tart-Monopole (7,5 ha d’un seul tenant), Grand Cru de la Côte de Nuits à Morey-Saint-Denis est le vignoble le plus cher du monde. Il a été acheté fin 2017 à la famille Mommessin (qui le possédait depuis 1932) pour 250 millions € par l’homme d’affaires français François Pinault par le biais de sa société d’investissement familial Artémis ; un Clos au statut à part qui n’a jamais été morcelé et qui est à ce jour le plus vaste Monopole classé en Grand Cru de Bourgogne. Il produit aujourd’hui, Clos de Tart Grand Cru-Monopole et La Forge de Tart Premier Cru, une production confidentielle de 25 000 bouteilles par an* diffusées au compte-goutte à l’instar de ses proches voisins (Musigny, Romanée ou Richebourg).

*Avec des millésimes éblouissants comme 2001, 2002, 2009 et surtout l’incomparable 2005 qu’on rapproche des deux millésimes légendaires, 1928 et 1945.

Le Clos de Tart-Monopole mûrit dans la Collection Pinault

François Pinault, grand collectionneur d’art contemporain et de vignobles classés

26 Millions€ l’hectare

Avec cet achat hors norme, équivalent à celui du marché de l’art, François Pinault* s’offre pour 26 millions d’€ l’hectare, l’un des plus grands vins rouges du monde, parmi ces vins légendaires de Morey que le docteur Ramain célèbre gastronome décrivait en 1880 comme étant de puissants nectars, pleins de sève et violemment bouquetés, avec une saveur un peu particulière et très parfumée de fraises ou de violettes. On a coutume de dire en Bourgogne que les vins du Clos de Tart associent la puissance d’un Chambertin à l’élégance d’un Musigny. Joli coup donc pour le nouveau propriétaire avec ce premier millésime (2017) qui fait partie de la série des millésimes précoces que la Bourgogne connaît depuis 2003. Il se dessine comme étant très parfumé, élégant, riche et tendre à la fois, en un mot, extrêmement séducteur… promesse donc d’un très grand millésime à venir.

*Déjà propriétaire depuis 2006 en Bourgogne du Domaine d’Eugénie (anciennement domaine Engel) à Vosne-Romanée puis en 2012 par l’acquisition de quelques rangs de vignes de Montrachet (une ouvrée, soit 4,28 ares) et de Bâtard-Montrachet (deux ouvrées).

Le Clos de Tart-Monopole mûrit dans la Collection Pinault

Le Clos de tart Monopole (photo-artemis-domaines)

Un des 4 clos mythiques de Morey-Saint-Denis

Clos de Tart est l’un des joyaux de cet incroyable alignement de clos dans cette partie de la Côte de Nuits qui est la plus propice à produire de grands crus. Par la route des Grands Crus, en laissant Latricière-Chambertin, on pénètre sur la commune de Morey-Saint-Denis par le Clos de la Roche (16,84 ha) puis, le Clos Saint-Denis (6,07 ha). Vient ensuite le Clos des Lambrays (8,22 ha) qui monte au nord plus haut sur la pente. C’est lui qui fut acheté par Bernard Arnault (LVMH) pour 100 millions d’€ en 2014. Enfin, mitoyen du Clos des Lambrays (un simple muret de pierre les sépare), le Clos de Tart (7,51 ha) bordé en contrebas par ses bâtiments d’exploitation, face de l’autre côté de la route à l’église du village. Tout s’achève plus au sud par Bonnes-Mares mais on est déjà sur la commune de Chambolle-Musigny.

Le Clos de Tart est une parcelle rectangulaire de 300 m de long par 250 m de large située au milieu du coteau à une altitude variant de 269 m à 302 m. Elle est uniformément exposée à l’est-sud-est et ceinte d’un mur de 1,2 km en pierre (qui a été restauré), d’où le nom de Clos.

Le Clos de Tart-Monopole mûrit dans la Collection Pinault

Carte du vignoble bourguignon de Morey-Saint-Denis, dont la désormais légendaire parcelle Clos de Tart

Ici, la rentabilité n’est plus une perspective

Clos de Tart est un investissement qu’aucune vente de ses vins, même à 500 € la bouteille (comptez 310 € pour un Clos de Tart 2012) ne pourra rentabiliser. Ici, la rentabilité économique n’existe pas, François Pinault s’est offert un morceau, sans doute l’un des plus prestigieux, du patrimoine mondial viticole. Pour rappel, les grands crus ne représentent en Bourgogne que 1,3 % du vignoble. Ces vingt dernières années, précise Albéric Bichot, directeur général de la Maison Albert Bichot, personne n’a perdu en investissant en Bourgogne. Mais ce sont des investissements patrimoniaux qui ne cherchent pas une rentabilité.

Le Clos de Tart-Monopole mûrit dans la Collection Pinault