Les belles cartes des vins de New York

A New York, on aime le vin. Dans les vrais restaurants comme dans les bars des musées, cuisine française ou exotique, il y a un vrai choix… Et la plupart des cartes réservent de belles découvertes.

Le grand choix au Nice Matin

Le Nice Matin est un restaurant accueillant où l’on va comme dans une brasserie parisienne, pour un vrai repas comme pour un en-cas en dehors des heures habituelles.  Meghan McDonnell, la sommelière, n’est pas seulement armée d’un titre de Certified Sommelier. Elle connait les 2 500 lignes de sa carte sur le bout des lèvres. « Tous les jours, je réimprime une ou deux pages pour intégrer les nouveautés et mettre à jour » déclare-t-elle en avouant une de ses fiertés, les 31 cuvées de Bandol, ces rouges de Provence, qui allient parfums méditerranéens et structure à la bordelaise. Elle ne nous surprend pas en les conseillant avec les plats provençaux. En revanche son accord favori étonne : un champagne signé Agrapart (la cuvée 7 crus) avec une assiette de frites rehaussées d’une pointe de sel marin et d’herbes de Provence. Une expérience à tenter !

Les belles cartes des vins de New York

© Isabelle Bachelard

Au Whitney Museum

Lorsqu’il a quitté l’ « upper east side » et son austère bâtiment de Marcel Breuer, le Whitney Museum a changé d’échelle en intégrant la construction signée Renzo Piano qui trône au sud de Manhatten, entre l’East River et l’ancien quartier d’entrepôts, le « meatpacking disctrict » qui a des faux airs des anciennes Halles de Paris. Résultat pour l’amateur d’art américain – l’exclusivité de ce musée – il y a deux endroits pour boire avec plaisir, sous la houlette du restaurateur à succès Danny Meyer.  Le restaurant du rez-de-chaussée offre une vue idéale sur le départ de la « High line «  la coulée verte new-yorkaise installée en hauteur sur d’anciennes lignes de chemin de fer. Si l’on préfère se régaler de la géométrie des gratte-ciel, on choisira la terrasse, quitte à se contenter d’un choix plus limité à table. Avec une salade César version XXIe siècle – chou kale obligatoire – ou un toast de poulet, salade, pomme et noix de pécan, une douzaine de vins au verre et autant en demi-bouteilles vous attendent : un blanc grüner veltliner 2014 de Hirsch (Autriche) ou un rouge de l’historique domaine Cristom en 2015 d’Oregon, l’autre pays du pinot noir.

Les belles cartes des vins de New York

La Terrasse du Whitney, New-York © Isabelle Bachelard

Rieslings allemands au Noreetuh

Il faut aller au cœur de l’East Village pour le plaisir d’un dîner qui ne ressemblera à aucun autre, découvrir une cuisine hawaïenne sophistiquée avec un choix de rieslings allemands qu’on n’imaginerait pas hors de son terroir d’origine. Le patron est un fou de vin, il aide à choisir, fait goûter chaque bouteille pour s’assurer que le cru suggéré plaît au dîneur. On goûte obligatoirement à la préparation emblématique de l’île, le « poke » de saumon ou de thon et on garde de l’appétit pour les desserts à l’ananas, qui mettent idéalement en valeur les vins blancs qui ont à la fois de la fraîcheur acidulée et de la sucrosité. La longue carte des vins est disponible en ligne, on peut donc choisir son vin à l’avance. Et pourquoi pas demander qu’on décante un des dix millésimes de Château Musar, l’étoile de la vallée de la Bekaa au Liban ?

Les belles cartes des vins de New York

Au coin de Broadway, le métro Fulton St. est un des accès à Ground Zero © Isabelle Bachelard