Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !

Niché au cœur du chemin de Saint Jacques de Compostelle, le domaine Rols produit des vins natures surprenants, biodynamiques et sans sulfites, aussi bien blancs que rouges. À découvrir sans plus tarder.

Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !

Joël et Patrick Rols sont à la tête de 6 hectares de vigne dans l’Aveyron, sur la commune de Conques. Ils y produisent des vins biodynamiques et sans sulfites. Photo © J. Scholzen

Si Conques est célèbre pour son abbatiale romane, son majestueux tympan, ses vitraux Soulages et ses maisons médiévales, elle n’en cache pas moins de nombreux autres bijoux. Et notamment de divins nectars, ce qui, somme toute, n’est guère étonnant pour un ancien fief catholique !

Au détour d’un virage, les magnifiques terrasses des frères Rols apparaissent, défiant les lois de la gravité. Implantées au début des années 2000 sur les coteaux du Dourdou, ces vignes croissent sur des sols exigeants, à base de schistes et de silex, qui confèrent aux vins de belles fraîcheur et minéralité. Merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc, syrah, chenin, et chardonnay peuplent les différents rangs, à des densités allant de 4 000 pieds/hectare en terrasse, à 5 500 en plaine.

Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !

Les raisins sont égrappés à l’étage supérieur, puis encuvés par gravité dans ces cuves en inox grâce aux petites trappes carrées situées dans le plafond. Photo © C. de Nadaillac

Traitements biodynamiques et travail du sol

Joël et Patrick Rols cultivent leurs six hectares en biodynamie, avec ardeur et passion. Les vignes sont taillées en cordon et protégées des maladies cryptogamiques par l’application de cuivre, de soufre et de tisanes (prêle, consoude). Quant au sol, il est fertilisé avec du fumier de bovin composté, puis laissé naturel dans l’interrang (enherbement naturel), et travaillé mécaniquement sur le cavaillon. De quoi permettre aux ceps de s’enraciner profondément et d’aller puiser la quintessence du terroir, pour des rendements de l’ordre de 30 hectolitres/hectare en rouge, et 20 à 25 en blanc.

Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !

Certaines cuvées sont élevées sous bois. C’est notamment le cas des Anciens, assemblage de merlot, cabernet sauvignon et cabernet franc. Photo © C. de Nadaillac

Une vinification sans intrants

Après des vendanges manuelles, la vinification est la plus naturelle possible. Les vignerons n’ajoutent aucun intrant et travaillent par gravité, même pour la mise en bouteille. Les fermentations (alcoolique et malo-lactique) se lancent et se déroulent seules, souvent de manière simultanée, même sur les blancs. Le pressurage s’effectue sur un vertical à cage, et les blancs sont débourbés à froid. Les vins ne sont ni collés, ni filtrés, ni sulfités, pour des dives bouteilles digestes !

Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !
Le domaine des frères produit deux rouges, deux blancs ainsi qu’un rosé et conditionne certaines cuvées en magnum.
Photo © C. de Nadaillac

Cuvées Les Anciens, La Coquille, L’Amusette des rouges et des blancs, à partir de 8 euros

Plusieurs cuvées IGP vins de l’Aveyron sont normalement au catalogue. Du côté des rouges, notre préférence va à la cuvée Les Anciens, assemblage de merlot (40 %), de cabernet franc et sauvignon, élevé en foudre de chêne. Et plus particulièrement aux millésimes 2011 et 2015, malheureusement aujourd’hui en rupture de stock. Cette cuvée se caractérise par une belle explosion de fruits et d’épices en bouche. C’est un vin à la fois léger et puissant, qui met les papilles en émoi. Seconde cuvée rouge, La Coquille est issue d’une macération carbonique de trois semaines des quatre cépages rouges, et d’un élevage en cuve inox. Le vin est plus léger ; fruité et souple.

En blanc, les frères Rols proposent L’Amusette, un 100 % chardonnay, à la robe jaune pâle, et aux arômes de fruits blancs et exotiques, tirant sur le miel. Et la Coccinelle, un chenin sur la minéralité et le fruit, qui n’est pas sans évoquer les vins ligériens. Le domaine produit également un rosé, La Vinzelle, mais que nous n’avons pas pu déguster faute de volumes disponibles. Il faut dire que les deux derniers millésimes ont été particulièrement rudes pour les vignerons. Gel en 2017, mildiou et grêle estivale en 2018 grèvent fortement les stocks, qui s’amenuisent à vue d’œil… Alors, pour ceux qui seraient intéressés, n’attendez plus ! La bouteille vaut entre 8 et 12 euros départ caveau ; les magnums 20 et 22 euros. Les vins sont également distribués chez les cavistes spécialisés en vin nature.

Les vins de chez Rols, des cuvées qui roulent !

Joël Rols : pose des étiquettes manuellement. Photo © C. de Nadaillac