Culture

ART CAPITAL en Liberté, le Salon pour et par les artistes (Grand Palais Ephémère)

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 14 février 2024

Jusqu’au 18 février se tient au Grand Palais Éphémère, ART CAPITAL, le plus grand salon d’art contemporain d’Europe. Avec trois originalités bien françaises par rapport aux Foires ; l’association d’artistes réunit 4 Salons historiques sous une même bannière : Le Salon des Artistes français (crée en 1880), Le Salon des Artistes indépendants (1884), Le Salon Dessin Peinture à l’eau (1949) et Le Salon Comparaisons (1954). Son organisation inclusive, financée et gérée par des artistes bénévoles permet à 2 000 artistes, quelle que soit leur technique et leur discipline, de créer un lien direct sans intermédiaire avec les amateurs. Pour le visiteur, la possibilité de s’émerveiller et de partager avec l’artiste. Menacée par les Foires, pour Olivier Olgan, sa réussite est décisive pour sa pérennité.

Le modèle de Salon national est dans son caractère hybride, une spécificité française. D’autant que le Grand Palais des Beaux-Arts a été pensé et construit par les architectes du Salon des Artistes Français. Le fronton de l’aile ouest (palais d’Antin) le rappelle « Monument consacré par la République à la gloire de l’art français.
Jacques Daloze, Président d’ART CAPITAL et du Salon des Indépendants

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère) Photo OOlgan

Pour et par les artistes

Ce qui fait le charme et un peu le vertige d’ART CAPITAL, c’est la densité d’œuvres présentées dans un labyrinthe de panneaux où le visiteur se perd volontiers. Mais n’ayez pas peur du nombre, ici vous êtes à hauteur d’artistes, chacun joue sa liberté de créer.

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère) Photo OOlgan

Votre regard est sans cesse sollicité, et s’il s’arrête pour apprécier, et tenter d’identifier l’artiste par son cartel, un autre regard bienveillant, celui du créateur qui n’est jamais loin, vous permet d’entrer en relation. Quelques mots suffirent, soit vous pouvez continuer votre pérégrination. Soit, au contraire, vous entamez une conversation sur le travail et les motivations, acheter si le cœur vous en dit ou échanger une carte pour une prochaine visite d’atelier. Ce qui compte ici est de partager une passion et curiosité communes.

« C’est avant tout un salon de peintres pour les peintres, […], un salon de manifestation artistique, […] c’est son renouvellement éternel […] qui fait sa raison d’être. Ici, il doit y avoir la place pour les chercheurs et leurs inquiétudes. […] Le salon des indépendants est un salon d’amateurs, […] le salon des Inventeurs. […] Les bourgeois qui viennent rire de ces palpitations ne se douteront jamais que c’est un drame complet qui se joue là, avec toutes ses joies et ses histoires. S’ils en avaient conscience, car au fond ce sont de braves gens, ils entreraient là avec respect, comme dans une église. »
Fernand Léger, sur ce que le Salon des Indépendants représenté

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère) Photo OOlgan

Une vitalité hors marché rafraichissante

Le plongeon dans cette création exubérante, et foisonnante dans la confrontation des styles et des genres, fait oublier les enjeux de marché pour ne se fier qu’à son goût.  A ART CAPITAL, le visiteur est au cœur d’un gigantesque atelier vibrant et à cimaise ouverte. Certes, certains recoins peuvent être désertés, pas facile pour les artistes de rester à proximité de leurs œuvres pendant les cinq jours de salon, certains sont pragmatiques et apportent leur chaise ! D’autres vaquent à d’autres activités comme bénévoles de l’organisation.

Nous sommes en permanence « sur scène » et derrière la scène … L’art au service de l’Art . C’est une continuité en même temps qu’une transmission qui ne doit pas s’arrêter.
Michèle Savoye, artiste et bénévole

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère) Photo OOlgan

Un atelier inclusif à ciel ouvert

Pas d’intermédiaire, ni galeriste, ni marchand. Le plus grand salon d’art contemporain d’Europe est aussi le seul à jouer un rôle d’inclusion des artistes. Il est organisé par les bénévoles des associations d’artistes – certaines mythiques comme creusets de l’art moderne comme Le Salon des Artistes français (crée en 1880) ou Le Salon des Artistes indépendants (1884). Cette occasion vitale pour les artistes est désormais quasi unique en Europe, les Foires aux ambitions et « marques » planétaires ont pris le dessus pour sélectionner les artistes.
Pourtant, le Salon avec ses forces et faiblesses reste essentiel pour les artistes.

« C’est un engagement avec d’autres artistes pour les artistes. Après avoir supervisé le montage des cimaises, éclairage… Et aidé à l’accrochage des œuvres, J’ai en charge depuis deux ans la salle Jaune ou sont présentés les petits formats. C’est un lieu d’accueil pour le public mais aussi pour les artistes. Gérer les équipes de bénévoles impliqués dans le montage de l’exposition, l’accrochage, la présentation au public et l’accompagnement de celui-ci pour les achats qui sont nombreux chaque année. »
Frédéric Ariet, bénévole, Artiste plasticien mosaïste

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère)Photo OOlgan

Un panorama de la création plastique contemporaine

Catherine Rey, Prix spécial du Salon des Artistes français 2023 Paris Capital 2024 Photo OOlgan

Des couleurs distinguent au mur et au sol le périmètre des quatre grands salons d’artistes qui le composent, mais les frontières sont virtuelles. Dans le dédale, où toutes les formes d’art – dans toutes les tailles sont présentes – de la peintre à la photographie, de la sculpture à la gravure – en passant par quelques installations, le visiteur taille librement son parcours, fait ses découvertes.

Il peut mesurer à quel point ces quatre salons d’artistes par leur diversité, leur spécificité (avec ou sans Prix) font parties de notre patrimoine culturel. Ils restent les témoins vivants de l’effervescence des pratiques artistiques actuelles et de l’engagement des artistes. Certains visiteurs feront parfois la fine bouche sur certaines œuvres pas assez « innovantes » à leur goût, mais qu’importe, le regard est déjà happé par un nouveau désir…  C’est aussi toute leur richesse de cette diversité permettant à chaque artiste de valoriser son travail, et de le proposer au public, certains pour la première fois. C’est aussi la possibilité de recevoir des Prix décernés par leurs pairs et des institutions.

Être sélectionné dans ce salon est une reconnaissance très motivante. De plus les quatre salons composant Art Capital avec chacune leur identité particulière, est un véritable signe d’authenticité, d’indépendance et de liberté !
Frédéric Ariet, Artiste plasticien mosaïste.

Vue de Paris Capital 2024 sculpture de Rémy Teulier au 1er plan Photo OOlgan

Pérenniser la tradition du Salon d’artistes

Les Salons d’Art fondés sur l’associatif sont plus libres et peuvent ainsi permettre à de jeunes créateurs émergeants d’exposer leur travail, loin des circuits officiels. Dans ce même souci de présenter toute la diversité artistique, ces Salons d’Art vont également avoir un rôle de mémoire pour les « anciens » artistes et que les jeunes seront ravis de découvrir. L’existence de ces grands Salons d’art sont indispensables pour le dynamisme, la vitalité et l’émulation dans la création qui ne peut se faire qu’au sein d’une belle diversité.
Jacques Daloze, Président d’ART CAPITAL et du Salon des Indépendants

Pour cette dernière année, ART CAPITAL se tient au Grand Palais Éphémère avant de rejoindre en 2025, le Grand Palais rénové creuset mythique de son histoire. La subvention du ministère de la Culture correspondait comme chaque année au coût de location du lieu.
Las ! La pérennisation d’ART CAPITAL est incertaine pour l’année prochaine puisqu’il y un écart létal entre la subvention fixée à 50 000€ et de nouveaux frais estimés à 500 000€. L’ensemble des associations d’artistes appellent à la mobilisation pour que l’unique Salon d’art français continue à écrire l’histoire de l’Art entre les murs du Grand Palais qui lu est pourtant dédié !
Courbet, Signac, Léger, et tous les « refusés », réveillez-vous, ils sont devenus fous !

Vue de Paris Capital 2024 (Grand Palais Ephémère) Photo OOlgan

 

Olivier Olgan

Pour aller plus loin avec ART CAPITAL

ART CAPITAL, le plus grand salon d’art contemporain d’Europe

  • Le Salon des Artistes français, Successeur de l’Académie, créée par Louis XIV, institution marquante des Beaux Arts, les Artistes sont sélectionnés par un Jury, pour l’Edition 2024, plus de 1100 candidatures reçues, 700 artistes ont été retenus, répartis au sein des sections historiques : Peinture, Sculpture, Architecture, Gravure et Photographie. Cette année, la création artistique chinoise sera à l’honneur avec un espace dédié qui présente 15 artistes de la scène contemporaine explorant divers médiums (peinture, dessin, photographie).
  • Le Salon des Artistes indépendants, Créé en 1884, il fut aussi appelé le « Salon des Refusés » car les artistes y participant bouleversaient les codes et les principes de la peinture académique. Son slogan perdure : « Ni jury, ni récompense ». On y trouve plus de trente pays représentés, et plus de 450 artistes
  • Le Salon Dessin Peinture à l’eauCréé en 1949, sa spécificité en fait  « le grand spécialiste mondial des œuvres sous verre ou plexi », toutes les tendances, toutes les techniques y sont représentées. De prestigieux artistes s’y sont succédé : Chagall, Matisse, Marie Laurencin… 

Vue du Salon Comparaisons, Paris Capital 2024 Grand Palais Ephèmère Photo OOlgan

  • Le Salon ComparaisonsIl compte 31 groupes qu’il présente « en opposition » où se trouvent ainsi confrontés styles, démarches ou techniques dans des espaces où s’affichent les affinités. Des échanges réguliers se tissent avec les artistes de l’étranger. 

Partager

Articles similaires

Le carnet de lecture de Florentine Mulsant, compositrice

Voir l'article

Le carnet de lecture d’Hanna Salzenstein, violoncelliste, E il Violoncello suonò (Mirare)

Voir l'article

Le carnet de lecture d’Emmanuel Coppey, violoniste, PYMS Quartet

Voir l'article

Le carnet de lecture de Catherine Soullard, romancière et critique de cinéma

Voir l'article