Culture

Avec IkonoTV.art, Elizabeth Markevitch rend l’Art aussi accessible que la musique.

Auteur : Marc Pottier, Art Curator basé à Rio de Janeiro
Article publié le 28 novembre 2022

[Découvrir les artistes d’aujourd’hui] Pionnière de la transmission de l’art à l’ère numérique, Elizabeth Markevitch anime depuis 2006 IkonoTV.art, une plateforme de streaming mondiale dédiée aux arts. Le but : développer sa propre collection de vidéos pour guider l’amateur et lui faire découvrir les acteurs du monde de l’art. Avec une ambition de démocratisation : vivre et partager l’art comme on écoute de la musique sur Spotify, mais aussi d’engager l’art dans les enjeux sociétaux d’aujourd’hui. Art Speaks Out, sélection de plus de 150 art video d’artistes contemporains est disponible jusqu’au 4 décembre sur 6 chaînes dédiées. 

IkonoTV.art, 1ère plateforme de streaming vidéo dédiée aux arts (page d’accueil rubrique arts)

La première de streaming vidéo consacré aux arts

Basée à Berlin, Elizabeth Markevitch est la fondatrice et PDG d’ikonoTV.art, la première plateforme vidéo au monde exclusivement consacrée à l’art. La chaîne créée en 2006 est accessible au plus grand nombre. L’accueil du portail est explicite. Sur ses 10 rubriques, une seule est « premium » sur abonnement. Les 9 autres rubriques en accès libre et gratuites couvrent toutes les périodes : art contemporain, maitres anciens, art moderne, et tous les acteurs : musées, documentaires courts, interviews, art vidéo, Slow Art et galeries. Sans oublier, une rubrique ouverte pluridisciplinaire où la chaîne valorise « les projets que l’on aime. » Enfin, l’onglet Channels rassemble les partenariats tissés avec de grandes institutions.

IkonoTV.art a créé un réseau d’évènements pour étoffer ses « Channels »

Des vidéos muettes, donc universelles.

Nicolas Rupcich, Chepu, Chiloé Island, Sud Chili, 2022 (8 mn) sur IkonoTV.art

La chaine produit des formats volontairement courts et sans commentaire. Chaque film invite le téléspectateur à vivre des voyages réflexifs couvrant tous les arts, de l’architecture et du design. Tous les contenus et listes de lecture sont éditorialisés par l’équipe, faisant d’ikonoTV une plaque tournante de l’accès à l’art grâce à son vaste réseau de partenariats artistiques.
Par exemple, après le Louisiana Channel, le Momentum worldwide Berlin, Louis Vuitton, Channel, Art Basel… l’Usina de Arte, parc de sculptures brésilien et l’Ukrainian Institute sont venus rejoindre les rangs. Quelques interviews, des documentaires, de l’art vidéo, de la danse vidéo… viennent rompre le ‘silence’ de la chaine.

L’art est un catalyseur qui nous lie à son sujet,
raison pour laquelle il a pour moi un rôle social et politique
Elizabeth Markevitch

Le meilleur de la transmission culturelle

Katy Unger, Swing, 2022 (2 mn) sur IkonoTV

Elizabeth a débroussaillé à sa manière et actualisé les émissions de deux de ses mentors tel que Sir Kenneth Clark (1903-1983) dont la série ‘Civilisation’ à la BBC a rencontré un vif succès en 1969. L’historien de l’art britannique guidait le public à travers les âges en explorant l’ascension glorieuse de la civilisation chez l’homme occidental. En partant de l’âge des ténèbres jusqu’à nos jours, il examinait les articulations et les expressions de la civilisation dans certaines des plus belles œuvres d’art.
Toujours sur la BBC en 1972, l’artiste et critique d’art John Berger (1926-2017) montrait Ways of Seeing qui, en se concentrant sur la façon dont nous regardons les peintures, changea la façon dont vous regardons les images.
Aujourd’hui, avec un public international élargi, en gardant cette même qualité didactique et éducative, IkonoTV.art suit les structures de Netflix ou Amazon Prime pour que le public se sente tout de suite à l’aise et se concentre sur le contenu ou les vignettes presque sans texte en suivant son intuition.

L’ aboutissement d’une carrière de passeur d’art

Elizabeth Markevitch, fondatrice d’IkonoTV.art Photo Luci Lux 2022

Femme d’action sans frontière ayant gouté avec appétit à presque toutes les sauces du monde de l’art, le CV d’Elizabeth Markevitch est éclairant pour comprendre comment ses origines et chacune de ses nombreuses expériences professionnelles lui ont permis de créer une à une les briques du projet IkonoTV.
Les prémices tiennent peut-être à une première acculturation de jeunesse. Né en 1958 à Thuré, un hameau près de Châtellerault, sa famille a déménagé aux Etats-Unis quand elle avait quatre mois. C’est à New-York qu’elle fut élevée : son père, le violoncelliste de concert ukrainien, chercheur, enseignant et musicologue Dimitri Markevitch (1923-2002), fut le premier violoncelle de la Philharmonie de NY sous le chef Léonard Berstein. Depuis, elle se sent avant tout new-yorkaise, avec une façon de travailler tournée vers l’initiative dynamique et constructive.

Bien qu’appartenant à une famille connue depuis plusieurs générations dans le domaine de la musique classique, il fut interdit à Elizabeth de devenir musicienne. Sans tomber dans une thérapie trop facile, c’est sans doute la raison pour laquelle, avec IkonoTV, son ambition est de promouvoir l’art comme l’est la musique. Une magnifique réponse résiliente à un interdit familial !

Créer une chaine accessible qui sorte le marché de l’art de sa bulle

Farnoosh Abedi, The Sprayer, 2022 (8mn) sur IkonoTV.art

« Je voudrais que l’art soit aussi populaire que la musique. La seule chose que l’on puisse comparer, ce sont les vraies expériences au concert ou au musée. Mais l’art se rencontre ensuite dans les galeries pour être vendu aux particuliers alors que la musique a tout fait pour une large diffusion pour le plus grand nombre grâce à la radio, les labels et les plateformes de streaming. Le marché de l’art reste hélas trop dans une bulle. C’est pourquoi IkonoTV veut ouvrir les champs par broadcaster via satellites en créant sa plateforme de streaming. Comme les labels de disques, cela lui permet de vendre des licences à des lieux publics tels que, par exemple, des hôtels, des lounges d’aéroport, des hôpitaux ou des maisons de retraite… », nous confie celle qui sait garder une main de fer dans un gant de velours avec les yeux pétillants de la passion.

Le premier voyage d’un œil voyant en Italie

Fra Angelico, The Annonciation, 2020 (4mn) sur IkonoTV.art

La musique lui étant défendue, elle s’est donc immédiatement tournée vers les arts plastiques. Un voyage à Florence pendant lequel elle succomba au syndrome de Stendhal fut déterminant. Ce fut d’abord une rencontre avec l’une des figures les plus importantes de l’histoire florentine, l’un des pères fondateurs de la Renaissance italienne, le génial architecte, ingénieur, sculpteur, mathématicien et designer Filippo Brunelleschi (1377-1446), considéré comme le père de la perspective linéaire et le concepteur de l’incroyable dôme de la Cathédrale de Florence. Mais c’est peut-être encore plus le peintre des anges, Fra Angelico (1345-1455) qui l’aura encore plus fascinée. Personnalité charnière de la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance du Quattrocento, théologien thomiste, il a su établir un lien inextricable entre l’excellence de son art et la sainteté de sa vie. C’est sans doute la raison pour laquelle on retrouve entre autres sur IkonoTV « Fra Angelico, The annonciation » qui fait partie des fresques du couvent de San Marco.

Vidéo « lente » pour entrer dans l’œuvre

« Regarder une œuvre d’art demande du temps. rappelle celle qui veut donner du temps au « regardeur » avec les Slow Art vidéos. Or la moyenne qu’un visiteur passe à regarder dans un musée une œuvre d’art est de 5 secondes. Un documentaire classique utilise très souvent un vocabulaire de spécialiste. Or nous avons deux cerveaux, un intellectuel et un émotionnel. Les Slow Art vidéos se connectent qu’à nos émotions et deviennent des expériences purement visuelles (un visuel stroytelling). 
Pour preuve de l’efficacité de cette pause émotionnelle, les Slow Art vidéos ont été testées auprès de patients dans les hôpitaux et le résultat est que le niveau de leur cortisol chute instantanément. « Du coup, en partenariat avec l’OMS, nous allons installer des 2023 des playlists dans les salles d’attente d’hôpitaux, aéroports, ou autre lieux stressant. » annonce Elisabeth.

Echapper à la civilisation du poisson rouge

Rompant sur une circulation et une consommation d’images devenues folles, non contextualisées, ikonoTV propose à chacun de ralentir en passant quelques minutes à contempler des icônes de l’art, à en cerner certains détails révélateurs. C’est par exemple le cas avec les deux petits anges en bas de la peinture de la Madone Sixtine de Raphaël, Le Printemps ou la Naissance de Vénus de Boticelli, La Joconde de Léonard de Vinci ou encore La Liberté guidant le peuple de Delacroix. Commencer à voir et ne plus s’arrêter.

Comme avec cette « annonciation », la plupart des vidéos produites par ikonoTV guident l’œil du spectateur avec de longs plans séquences à travers des œuvres d’art issues des cultures les plus diverses. Ces vidéos racontent une histoire visuelle, une expérience artistique, sans la surcharge de commentaire. Ce dépouillement volontaire permet de dépasser l’obstacle de la langue pour s’ouvrir aux émotions et de prendre le temps de découvrir l’œuvre dans ses moindres détails. Et de permettre des rapprochements créatifs !

Des dialogues entre les œuvres, Fra Angelico et Mounir Fatmi

Mounir Fatmi, The angel’s Black Leg, 2022 (9 mn) sur IkonoTV

Avec Fra Angelico, ikonoTV présente à côté de la vidéo de l’annonciation, celle de l’artiste marocain Mounir Fatmi (1970-). Pour « La jambe noire de l’ange, 2011 », l’artiste s’est inspiré d’un tableau de Fra Angelico intitulé La guérison du diacre Justinien (1438-40) du retable de San Marco à Florence. Côme et Damien, très probablement originaires de la Syrie actuelle, étaient des frères connus pour soigner les malades sans se faire payer. Créant un miracle, Ils ont sauvé la vie du diacre romain Justinien en enlevant sa jambe gangreneuse et transplantant la jambe d’un maure éthiopien récemment décédé.
Pour Fatmi, la survie des chrétiens ne suffit pas ; le Maure doit aussi vivre. Il propose ainsi dans sa vidéo une transplantation esthétique et culturelle. L’artiste s’intéresse particulièrement aux moments d’échanges culturels et linguistiques réciproques, estimant que « la « greffe culturelle », aussi douloureuse soit-elle, est indispensable à la survie de l’humanité tout entière ». L’artiste transforme une reproduction en noir et blanc de la peinture de Fra Angelico dans une œuvre vidéo multicouche aux dimensions changeantes et aux perspectives scintillantes. L’examen attentif de ce tableau pourrait être lu comme une mesure empirique du détail, une inspection de la vérité de la représentation.
C’est ce genre de promesses créatives auxquelles vous invitent les collections de vidéos d’IkonoTV.

Le terrain avant tout !

Frederick Bernas & Nico Munoz, The Utopians, 2022 sur IkonoTV.art

Mais revenons à l’itinéraire d’Elizabeth. Pour cette self made woman, adepte de femmes engagées telles qu’Angela Davis ou encore Jane Fonda, il n’a pas été question de s’embarrasser avec des études. Dès ses tout premier débuts elle a privilégié le terrain avant tout et son CV offre un impressionnant patchwork d’expériences : presse (chez Vogue Homme), ventes aux enchères publique (senior manager du département des peintures chez Sotheby’s Genève), organisation d’expositions, création d’un département  de conseil en art pour une banque d’investissement (J. Henry Schröder Bank ), après avoir été à la tête du fonds d’art Artémis, tout cela avant d’arriver aux créations de plateformes internet avec un début avec ‘Eyestorm’, la première galerie d’art en ligne.
C’est cette accumulation d’expériences qui fait qu’ikonoTV intègre aujourd’hui toutes les facettes du monde de l’art. La plateforme s’est libérée en outre de toute contrainte économique (sauf la rubrique sur abonnement) pour se concentrer sur l’intégration de l’art dans les enjeux d’aujourd’hui : « Nous croyons que les voix des artistes doivent être entendues en direct car notre projet appelle des artistes travaillant avec des aspects environnementaux pour éveiller la conscience de chaque habitant de notre planète, pour reconnaître la véritable crise environnementale à travers leurs œuvres. »

Chez ikonoTV, nous croyons vraiment que l’art vidéo peut aider
à changer les récits des militants pour le climat et des scientifiques.
Elizabeth Markevitch

Mieux percer les secrets de la création

Son passage à Vogue Hommes fut un tremplin qui a permis à Elizabeth d’oublier d’être timide, cela lui a enseigné comment développer son ‘networking’ et avant tout de découvrir comment un artiste pense, quels sont ses besoins et comment lui parler : l’australien Helmut Newton (1920-2004) lui a donné un regard cynique et amusé sur l’âge d’or de la Côte d’Azur ; Guy Bourdin (1928-1991) lui a montré comment il a su changer à jamais le visage de la photographie de mode avec un travail innovant et visionnaire dont les œuvres ne sont plus uniquement vues dans le contexte de la photographie commerciale, mais sont bien estimées dans les annales des beaux-arts contemporains ; l’américain Steven Meisel (1954-), l’instigateur dans les années 1980 d’une révolution dans le domaine du mannequinat avec la création des Supermodels, « Plus célèbres que les vêtements qu’elles portent » ; mais sans doute encore plus le péruvien Mario Testino (1954-), portraitiste exceptionnel un des initiateurs du mouvement ‘porno chic’ du milieu de la mode ou, pour finir, les provocations de l’italien Oliviero Toscani (1942-) pour avoir imaginé des campagnes publicitaires sur affiches particulièrement controversées pour le compte de l’entreprise textile italienne Benetton durant les années 1990 à l’image de son célèbre Kissing-nun. « Une sacrée école ! » comme nous le confirme Elizabeth.

Faire une chaine culturelle qu’on puisse comparer à un acte de vie

 Bonne école certes mais Elizabeth avait besoin de plus profondeur, et un autre type d’engagement qui l’a conduite vers le monde de l’art. Après avoir épuisé, les possibilités rencontrées dans le monde des ventes aux enchères publiques, des banques d’investissement… fascinée par les possibilités d’internet, elle crée en 1997 avec deux amis ‘eyestorm.com, la première galerie online dédiée à l’art contemporain.

Malgré le succès rencontré, elle se sent une fois de plus à l’étroit et tourne le dos au monde commercial pour imaginer un nouveau modèle de diffusion artistique, inspiré d’une maxime du cinéaste russe Andreï Tarkovsky (1932-1986) : « Je veux faire un film qu’on puisse comparer…à un acte de vie. »

L’intérêt supérieur de la transmission culturelle

Son admiration pour Tarkovsky va bien au-delà : elle partage une même forme de radicalité, convaincu que sa morale intime doit dépasser ses propres intérêts pour servir l’intérêt général, même si pour cela il faut y laisser beaucoup de plumes. Tous deux vivent la nécessité de l’appel de la beauté. Elizabeth a été marqué par son long métrage Roublev, l’histoire du moine et peintre d’icônes russe Andreï Roublev qui a vécu environ de 1360 à 1430, une période marquée par les invasions des Tatars et le sectarisme religieux entrant en conflit avec la doctrine orthodoxe.
Le film pose des questions sur l’essence de l’art et le sens de la foi, permettant ainsi au cinéaste de poser ses interrogations sur le monde et sur son art. Ici, l’art doit être mis au service du peuple pour l’élever vers Dieu, et qui se retrouve confronté à un monde qui rejette la spiritualité en s’enfonçant dans la violence. Croyant ou athée, c’est un défi que beaucoup rencontre dans le monde de l’Art. Monter une chaine culturelle est un sacerdoce.

Ikonotv, la chaîne des icônes qui font références

 Autre lien avec Andreï Roublev, le premier travail d’Elizabeth fut l’apprentissage de la restauration des icônes religieuses avec les techniques anciennes de la tempera. Il faut y trouver l’ une des raisons du nom, ikonoTV. L’icône est pour la fondatrice, « une peinture portative religieuse jamais signée pour que l’ego du moine-peintre n’interfère pas, donc l’œuvre d’art prime. Et en anglais le i se prononce comme ‘eye’, l’œil en français. » Une icône est une image qui s’impose au premier regard, qui possède un fort contenu plastique et visuel avec un caractère universel. C’est aussi une œuvre qui a été tellement vue qu’elle fait référence.

Le méta-langage de l’art

Celle qui a apporté tout son capital intellectuel et économique à ikonoTV.art a l’ obsession de remettre les arts au centre de la société.  Sans surprise, elle a donné la parole à des artistes ukrainiens ou lancé son ‘open call Art for the climate, Art speaks out pendant la COP27 : « Notre sélection de plus de 150 art vidéo d’artistes contemporains ont pour vocation d’ inspirer les scientifiques, activistes et nous tous afin de changer le storytelling qui nous touche émotionnellement car à l’évidence, le Data scientifique n’a encouragé bien peu de monde à agir sa conscience ecologique. » Art speaks out n’est visible jusqu’au 4 décembre sur 6 chaînes dédiées.

 

Malgré un magnifique patrimoine de films, les défis de cette ambitieuse plateforme de streaming artistique restent intacts : convaincre que l’art est un enjeu sociétal de tous, que l’artiste peut apporter des réponses aux défis d’aujourd’hui. Si l’art vidéo a encore un peu de mal à bourgeonner, ses programmes gardent de nombreuses perspectives comme, par exemple, le rapprochement des artistes et des scientifiques… Entrepreneuse habituée surmonter les obstacles, Elizabeth garde encore de nombreux atouts. Comme le disait Tarkovski : « l’art est un méta langage, par lequel les hommes essaient de communiquer entre eux, de se connaitre et d’assimiler les expériences des uns et des autres ».

Ce partage de regards est bien la promesse tenue d’ikonoTV.art. Faites connaitre l’adresse !

Pour suivre IkonoTV.art

Découvrir le Streaming Art mondial avec IkonoTV.art, mobile & SmartTV apps

Grâce à leurs effets reconnus comme apaisants pour les malades, les vidéos d’IkonoTV.art seront bientôt diffusées dans les salles d’attente des hôpitaux. Cela va commencer par exemple en 2023 aux Etats-Unis avec le soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé (WHO).

Agenda

 

jusqu’au 4 décembre sur 6 chaînes dédiées
Art Speaks Out est une sélection de plus de 150 art video d’artistes contemporains projetées à la COP27 cette année à Sharm el-Sheikh. Elle rappelle que les enjeux climatiques appellent autant une réponse artistique que des data scientifiques pour développer une conscience écologique.

Partager

Articles similaires

Lee Ufan, un sphinx à la recherche de la transcendance et de l’infini

Voir l'article

Exposition : Tschabalala Self, Make Room (Consortium Museum Dijon)

Voir l'article

16e Biennale de Lyon, Manifesto of fragility : nos coups de foudre

Voir l'article

(Galerie) Miquel Barceló, Grisailles (Thaddaeus Ropac, Pantin)

Voir l'article