Vins & Spirits

Des rouges de printemps qui revendiquent aimer les viandes

Auteur : Patricia de Figueiredo
Article publié le 17 avril 2023

Avant les couleurs de l’été – les blancs et les rosés – les rouges font de la résistance et démontrent qu’ils possèdent de belles qualités pour les jours de printemps, les tablées dans le jardin ou près du barbecue. Des crus de trois régions différentes, bien dans leurs origines : Côte du Rhône 2019 (Domaine Saint Patrice), Haut Médoc 2018 (Château Lynch Moussas), Corbières Grande réserve 2018 Château de Lastours. Ces trois-là aiment les viandes et le revendiquent.

Côte-du-Rhône 2019 du Domaine Saint Patrice

Les sommeliers dans les vignes du Clos Saint Patrice Là Châteauneuf du Pape Photo Annie Ligen

Ce Châteauneuf-du-Pape du Domaine Saint Patrice tenu de main de maître par la famille Montgermont – Jullian et Samuel – qui travaille de façon traditionnelle sans jamais utiliser de désherbant chimique.

Les raisins s’épanouissent sur des sous-sols graveleux, de l’argile rouge et du grès, à la fois recouvert de cailloutis ou de galets.

Le Côte-du-Rhône 2019 que nous avons dégusté est le résultat d’un mélange de syrah, grenache et mourvèdre. Il en résulte un vin puissant, aromatique sur les épices, les fruits rouges et noirs. Il s’accorde sur des viandes, côtes d’agneau de préférence. 12€

Les Hauts de Lynch Moussas, Haut Médoc 2018

Les vignes de Château Lynch Moussas à Pauillac Photo DR

Changement de direction en direction du bordelais avec le Château Lynch Moussas dont les origines remontent à 1610. Nous retrouvons Philippe Castéjà à la tête de ce superbe domaine de 180 hectares qu’il a repris en 2001 et qui appartient à sa famille. A ses côtés, Didier Chadourne est le chef de Culture depuis 2013, entouré de toute une équipe dynamique.

Ce Haut Médoc 2018 est composé de 62% de Cabernet Sauvignon et 38% de Merlot issus de jeunes vignes. C’est un Haut Médoc mais issus d’un assemblage de raisins des parcelles de Haut-Médoc et de Pauillac déclassées, ce 2ème Vin du Château Lynch Moussas s’approche donc plus d’un Pauillac.

Cerise et mûre ressortent en bouche, les tannins se découvrent, un certain goût de café. Ce cru aime aussi les associations avec des viandes, une côte de bœuf ne lui dirait pas « non ».  20€

Corbières Grande réserve 2018, Château de Lastours

Les Vignes du Château de Lastours dans les Corières Photo DR

Toujours plus au Sud, l’Aude plus exactement avec le Château de Lastours

Le domaine, en bio depuis 2020, comprend un vignoble de 100 hectares et une oliveraie de 10 hectares répartis sur un ensemble de 850 hectares, où s’ébattent 1400 chèvres sauvages et des sangliers ; la famille Allard produit des vins sur le fruit, la fraîcheur, cherche « à rendre aux Corbières ce qui va aux Corbières ».

Ce AOP Corbières Grande réserve 2018 est un assemblage de syrah, grenache, mourvèdre et carignan, des raisins issus des plus vieilles vignes, provenant des terroirs les plus frais.

Sur un magret de canard grillé ou un carpaccio de bœuf, il fera merveille. 24,50 €

#Patricia de Figueiredo

Informations pratiques

Partager

Articles similaires

Les rêves de châteaux de Louis II en Bavière gardent leur part de mystère

Voir l'article

Ceci n’est pas une porte (III) : Des portes, sans en refermer aucune.

Voir l'article

Ceci n’est pas une porte (II) : L’effort de l’imagination

Voir l'article

Ceci n’est pas une porte (1) : des arrière-pensées

Voir l'article