Vins & spirits

En adoptant une parcelle, cuvée privée crée une nouvelle expérience du vin

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 5 mai 2022

Adopte ton vin : la belle histoire de cuvée privée fut initiée par trois étudiantes et membres du club d’œnologie d’HEC Paris. Depuis Marie Forget, Morgane Suquet et Aurélie Berthon révolutionnent l’expérience du vin à partir d’un promesse toute simple : recevoir sa propre cuvée de vin personnalisée nominative, tous les trois mois. L’offre séduit et fidélise déjà plus de 25 000 clients. Aurélie Berthon revient sur les ressorts de cette adoption qui s’ouvre aussi à l’olivier et le houblon.

Aurélie Berthon co-fondatrice de Cuvée privée Photo DR

Comment vous ait venu le goût et l’amour du vin ?

Aurélie Berthon. J’ai vraiment découvert le vin et son univers en participant aux activités du club d’œnologie d’HEC. Au-delà du plaisir pris au cours des dégustations, j’ai compris à quel point le vin est un monde en soi, riche d’une histoire séculaire, d’un savoir-faire formidable. La France possède un patrimoine viticole quasi unique au monde et le vin est aussi une vitrine exceptionnelle de nos terroirs.

Pourquoi Cuvée Privée se distingue de la concurrence ?

Aurélie, Marie et Morgane, fondatrices de Cuvée Privée Photo DR

En encourageant l’adoption de vigne, nous avons voulu instaurer une nouvelle expérience de vente et d’achat du vin. Nous ne sommes pas un site généraliste qui vend le maxiùum d’appellations possibles.
Au contraire. Nous avons commencé avec six propriétaires et aujourd’hui après quatre ans, nous en avons sélectionné moins d’une vingtaine ! Notre « famille » de vignerons s’ouvre très progressivement à d’autres producteurs en France et prochainement à l’étranger sans doute en Italie.

Sur les mêmes principes, personnalisation, abonnement, suivi du producteur,
Cuvée Privée commence à faire adopter des oliviers et des houblons.

En plus de l’abonnement, l’adopteur cuvée privée bénéficie de visites pour connaitre son producteur Photo DR

Mais cette sélectivité n’est pas notre seule singularité. Les technologies digitales permettent de mettre en place des liens profonds entre le producteur et son client. Cuvée Privée permet à ses clients bien sûr de découvrir des vins mais surtout de rencontrer des vignerons.
Des visites sont ainsi régulièrement organisées dans la vingtaine d’exploitations qui nous font confiance. Les consommateurs découvrent les professionnels, leur histoire, leur passion.

Nous avons recréé l’esprit découverte qui règne dans les clubs de dégustation.

Au-delà de cette expérience, que proposez-vous aux consommateurs ?

Tous les trimestres, l’abonnement cuvée privée permet de découvrir sa cuvée personnalisée Photo DR

Nous avons d’abord développé un système d’abonnement. Moyennant une somme fixe et raisonnable qui varie selon le vin, les clients reçoivent deux bouteilles par trimestre.
Au-delà de l’abonnement, les clients peuvent bien sûr commander des vins d’autres vignobles et pour des quantités différentes sur le catalogue en ligne. De manière symbolique, en adoptant, les clients ‘’parrainent’’ des pieds de vigne. Ils peuvent aussi déposer des médailles dans les vignobles. Les gens apprécient.
D’ailleurs aujourd’hui, nous comptons plus de 25 000 clients majoritairement en France mais aussi à l’étranger.

Nous avons expédié l’an dernier plus de 150 000 bouteilles.

Aujourd’hui, Cuvée Privée continue de se développer sur le marché des particuliers, tout en prospectant les marchés professionnels comme les hôtels ou les restaurants.

Dans ce marché en ligne très concurrentiel, quel enseignement retenez vous ? 

Nous avons misé sur un marketing viral qui favorise le bouche-à-oreille. Également, nous jouons le jeu du référencement naturel pour être bien placé sur les moteurs de recherche. Et puis, nous avons pu compter sur une presse plutôt bienveillante. Nous avons démarré à trois et aujourd’hui l’équipe compte quinze personnes.

Quel est votre modèle économique ?

Les pieds de vignes adoptés ont l’étiquette de leur parrain Photo DR

Le plus simple qui soit : nous achetons et revendons des vins !

En fait, notre succès repose aussi sur cette bonne pratique : nous maitrisons les stocks, donc les abonnements sont sécurisés, un peu à la manière des ventes de vins en primeur.

 Comment comptez-vous accueillir d’autres viticulteurs ?

Cuvée Privée reçoit maintenant beaucoup de demandes, mais nous préférons miser sur une évolution progressive et différente, plutôt que de créer une concurrence à l’intérieur du catalogue.

Cuvée Privée conduit une politique sélective.

Pas question de présenter 1500 domaines. Chaque nouveau propriétaire fait l’objet d’une  étude particulière. La sélection est assurée par un comité présidé par Bernard Neveu, le sommelier du restaurant gastronomique de l’hôtel Bristol. Vous savez, nous avons réussi à créer des liens très forts avec les domaines qui sont à notre catalogue. Depuis l’ouverture du site, aucun vigneron n’a abandonné Cuvée Privée.

Quels sont vos vins préférés et pouvez-vous nous recommander une découverte récente ?

Mes goûts me portent aisément vers les vins blancs de Bourgogne comme les Meursault.
J’apprécie également des appellations Sancerre ou Pouilly-fumé. Cuvée Privée s’apprête à référencer Château Gigognan de Châteauneuf-du-Pape.
Je découvre les vins de la vallée du Rhône et cette appellation est une révélation.

Pour suivre les adoptions de cuvée privée

Tout savoir sur les adoptions cuvée privée

Régions représentées : Alsace, Bordeaux, Bourgogne, Champagne, Languedoc, Loire, Provence et Rhône.

Abonnement : à partir de 40 euros par trimestre pour un Pic Saint-Loup rosé (Château La Roque) jusqu’à 117,50 euros pour un Hermitage (Domaine des Remizières)
L’abonnement couvre les frais de port. Il offre des réductions sur le catalogue et permet de profiter des invitations à des dégustations.

Les avantages du Club Cuvée Privée

  • Tarifs préférentiels avec d’une remise de -10% sur toutes les cuvées de vin, d’huile d’olive et de bière.
  • Dégustations privées pour renforcer vos connaissances et partager un moment de convivialité !
  • Ateliers pédagogiques sur le terrain chez less producteurs partenaires : taille, récoltes…

Partager

Articles similaires

En pleine renaissance, le vignoble palestinien est dynamisé par des talents à découvrir

Voir l'article

Des rouges légers, pour chatoyer votre été

Voir l'article

Les caves blanches contribuent à l’amélioration des Champagnes, des Alsaces et des Chablis

Voir l'article

Les caves rouges du Sud boostent les vins du Rhône, du Gers et de Buzet

Voir l'article