Culture

Le carnet de lecture des Stentors : Mathieu Sempéré, Mowgli Laps, et Vianney Guyonnet

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 23 mai 2022

Ils font paraitre leur septiéme album, 10 ans d’amour le 29 mai à l’occasion de la fête des Mères. Car Les Stentors vivent leur aventure d’abord comme un partage vocal et la transmission d’un patrimoine musical. Depuis plus d’une décennie, les trois chanteurs d’opéras – Mathieu Sempéré, Mowgli Laps, ténors et Vianney Guyonnet, baryton – parcourent la France et son répertoire de chansons et d’airs de Noël avec la conviction de populariser sans complexe la voix lyrique.

Une conviction et du panache de mousquetaires

Les Stentors revendiquent leur voix lyrique Photo DR (3)

« On a toujours continuer nos carrières de chanteurs comédiens, les Stentors, c’est en plus, même si cela nous oblige à jongler avec les dates » insiste d’une voix, le trio vocal, dont la conviction de mener une aventure et une amitié stimulante  à un coté mousquetaires dans la façon d’aborder leur parcours et l’unité du groupe.
De fait, Mathieu Sempéré, Mowgli Laps, et Vianney Guyonnet mènent une double carrière que le succès des Stentors ne les empêche pas de développer des projets personnels, même s’ils reconnaissent « toujours donner la priorité au groupe.
« On garde toujours un pied dans le lyrique et le théâtre » précise avec gourmandise Mathieu Sempéré. Le ténor en effet – avant de rejoindre le trio et d’entamer une tournée nationale qui le conduit jusqu’à Noel – participe à la comédie musicale croustillant et déluré « Carmen ou presque » de et mise en scène de Sophie Sara du 7 au 25 juillet à la Chapelle des Italiens dans la cadre de Festival Off d’Avignon. L’énergie et la polyvalence qu’il y déploie dévoile bien l’étoffe décomplexé du personnage.

Les copains d’abord

« Ce qui fait notre succès, c’est de chanter un répertoire que personne n’entend plus ailleurs » Cette spécificité sans concurrent, notre trio la revendique avec l’humilité de ceux qui connaissent leur potentiel de charme, et un succès de ce qu’ils appellent leur « niche ».  La formule est bien rodée : des chansons françaises d’hier et d’aujourd’hui, des chansons de province et airs d’opéras, métamorphosées par la voix d’opéra, des arrangements musicaux ambitieux et sur scène, un spectacle qui en jettent plein les yeux.
Le terrain est d’autant plus libre que les émissions de télévision qui les ont lancés dans les années 2010 – avec un premier album Voyage en France, constitué de reprises chansons françaises sur les régions –  n’existent plus !

10 ans d’amour sur les chemins de France

Pour l’anniversaire de leurs dix ans de route, leur déclaration d’amour –  7éme enregistrement, 4 ans après l’album “Un Tour en France” – se veut à la fois une synthèse en 15 reprises du chemin parcouru, de la maîtrise de leur répertoire et des souvenirs de belles rencontres (la première partie de Michel Sardou au Palais Omnisports de Paris-Bercy, Muvrini, …). Les plus de trente ans se retrouveront soit dans les reprises de Johnny Hallyday de “Je te promets“ à “vivre pour le meilleur”, soit dans les classiques “Je chante” à “L’accordéoniste » sans oublier l’inévitable Les copains d’abord”, “Lettre à France” ou plus rare ‘le premier pas’. …

Pourquoi alors résister à cette vague rétro parfaitement maitrisée et assumée avec la fraicheur de couleurs vocales bien dessinées, les clins d’œil bienveillants et une bonne humeur gourmande ! Surtout quant à leur façon ils réussissent à réenchanter et transmettre tout un patrimoine à un vaste public qui le réclame !

Le carnet de lecture des Stentors

Mathieu Sempéré, ténor

Quelques référents pour moi en tant que ténor, sont les « grands » du passé, qui m’ont permis de vibrer au son de la voix lyrique.

Je citerai bien sur Luciano Pavarotti, connu du grand public, mais également Franco Corelli. Mais plus proche de moi et du lien entre chanson et opéra, c’est à Luis Mariano, Georges Guétary ou Tino Rossi que je vais penser. Ceux qui passent de l’opérette à la chanson.

Ce grand écart entre le monde de la musique classique et de la chanson est ainsi comblé grâce à ces précurseurs. Reste à continuer le chemin de ce que nous appelons aujourd’hui le cross over.

La musique classique, le chant et la direction de chœurs sont mes premières amours. Mais le timing aujourd’hui est au disque des Stentors « 10 ans d’amour ». On pourrait presque dire que sur certains passages nous chantons en formation de « chœurs » avec des harmonies. Mais ça n’a rien de comparable avec les chœurs de Platée (Rameau) par exemple !

Nous sommes aujourd’hui en interview à Paris, à Montmartre. Comment ne pas penser à la petite fille des rue devenue la chanteuse française la plus populaire au monde. Celle qui, par son timbre, loin des stéréotypes de l’Opera, emporta les foules. Edith Piaf !
Un génie.
Auteur, compositeur et surtout une interprète.
Car l’art n’est pas seulement une question de note.

Mowgli Laps, ténor

C’est le cinéma qui m’a amené à la musique classique j’ai passé ma vie à regarder des films et j’aimais beaucoup les musiques de films j’écoutais presque que ça. Quand j’ai découvert l’opéra j’ai trouvé que c’était l’association parfaite de la voix avec la grande musique instrumentale.

Mon grand plaisir de faire de l’Opéra était cette sensation d’être le héros d’un film que je vis en live, avec la musique de l’Opéra qui m’accompagne comme une musique de film.
L’album sur les musiques de films des stentors (rendez-vous au cinéma) est celui que j’ai le plus apprécié, de par mon histoire.
Mon compositeur de musique favoris est John Williams, c’est ça musique qui m’a le plus inspiré. (Star Wars, Indiana Jones, E.T, ….)

C’est en voyant Placido Domingo chanter dans Les 3 ténors que j’ai eu envie de faire ce métier, j’aimais cette dimension artistique avec un chant puissant qui demande beaucoup de discipline et d’intelligence pour maitriser son instrument, un peu comme un maître d’art martial.
Avec Les Stentors, j’ai réalisé un peu mon fantasme des 3 ténors.

J’étais fan de super héros comme dans les marvels, les mangas japonais (Dragon ball z) et je trouvais que le chanteur lyrique avait un côté super héros avec comme pouvoir sa voix surpuissante. J’avais l’impression en étant chanteur lyrique sur scène d’être ce héro.

Vianney Guyonnet, baryton

Le maître de musique, de Gérard Corbiau (1988). Un film qui m’a fasciné lors de sa sortie avec un modèle pour moi, le baryton José Van Damme qui narre l’ascension d’un jeune chanteur au talent prometteur a contribué à faire naître chez moi une vraie curiosité pour cet univers mystérieux que représente les possibilités insoupçonnées de la voix humaine.

Fasciné par les grands auteurs et compositeurs j’ai eu envie de créer à mon tour pour les stentors. L’une de mes premières chansons c’est avec eux que je l’ai créé. Il s’agit d’une chanson qui s’intitule Apatrides et qui est parue sur notre album Ma Patrie dans laquelle j’ai souhaité proposer un autre regard sur la fragilité qui nous guette tous si la sécurité de notre foyer était remise en question : thématique qui résonne gravement avec l’actualité…

Je suis très sensible à la peinture abstraite notamment celle Zao Wou-Ki qui m’a fait découvrir ensuite celle d’une jeune artiste contemporaine Noémie Rocher dont j’aime à la fois la finesse et la puissance qui s’exprime au cours de grands tableaux immersifs et hypnotiques. J’ai eu la chance de composer une musique pour cette artiste lorsqu’elle a réalisé une lithographie chez Aidem Paris :

Pour suivre Les Stentors : Mathieu Sempéré, Mowgli Laps et Vianney Guyonnet

Discographie à « tubes »

  • 2012, Voyage en France, 
  • 2013, Une histoire de France : Le chant des partisans, Mon amant de Saint-Jean,
  • 2014, Rendez-vous au cinéma, : Vois sur ton chemin, Nous voyageons de ville en ville, Les moulins de mon cœur,
  • 2017, Ma Patrie : La Complainte du partisan, Le Soldat, Douce France,
  • 2017, Les Stentors Chantent Noël :  Petit Papa Noël, Vive le vent, Il est né le divin enfant, Douce nuit
  • 2018, Un tour en France,
  • 2022, 10 ans d’amour

Partager

Articles similaires

Le Carnet de lecture de Célia Oneto Bensaid, pianiste

Voir l'article

Le Carnet de lecture de François Jenny, auteur, comédien, et embrasseur

Voir l'article

Le carnet de lecture de Michel Quint, romancier

Voir l'article

Théâtre : Politichien, d’après Mazarin, adapté par François Jenny (Les Déchargeurs)

Voir l'article