Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Les restaurateurs de Nantes et de New York l’ont compris. Les terroirs de Muscadet recèlent de véritables pépites en matière de vin blancs fins et de garde, désaltérants et complexes. Ne soyez pas les derniers à découvrir de très grands vins blancs encore abordables.

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Les Muscadets de Jo Landron ont contribué à faire re-connaître les terroirs variés de Muscadet. Photo © Isabelle Bachelard

Au restaurant Racines, à New York, la carte des vins affiche dix millésimes du Fief du Breil – de 1997 à 2015. Cette étiquette de Jo Landron, comme celles des domaines Luneau-Papin, de l’Ecu, de la Paonnerie, n’évoquent peut-être rien pour vous. Et pourtant ce sont des noms à retenir, car ces vignerons produisent des vins qui n’ont rien à envier à nombre de Meursault ou Pessac-Léognan tarifés deux ou quatre fois plus chers.

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Les Cognettes, Muscadet de Sèvre & Maine sur lie 2018, parfaitement ouvert et prêt à boire. Photo © Isabelle Bachelard

Une fraîcheur et une minéralité qui défient le temps

En dégustant ce Fief du Breil 2013, issu de sols d’orthogneiss et de quartz, vieilli 18 mois en cuves sur ses lies avant la mise en bouteille, on est frappé par la netteté de ses parfums, sa bouche franche, droite et pleine à la fois, avec une finale florale très nuancée et très longue. Certes il n’est plus à la vente, mais le 2015 lui emboîte bien le pas. Et il sera sans doute de nouveau commercialisé dans quelques années, car le vigneron en garde quelques douzaines pour étudier leur évolution. Lorsque les vignerons font goûter des 2009 et même des 1989 pleins de fraîcheur et de minéralité, on comprend qu’il se passe quelque chose dans le Muscadet. Les terroirs, les vignerons, les vinificateurs sont là. Ils l’ont toujours été. Mais ils ont été un moment occultés par une masse de vins devenus ordinaires, victimes de leur succès populaire, à une époque où le public n’était pas très difficile à satisfaire.

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Dans les caves de schistes caractéristiques du Muscadet, ici celles des Frères Couillaud près de Vallet, famille vigneronne au Château de la Ragotière depuis 7 générations. Photo © Isabelle Bachelard

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

L’élevage des vins sur lies s’effectue traditionnellement dans des cuves enterrées. Photo © Isabelle Bachelard

Muscadet sur lies ?

« Quand un Muscadet repose sur sa lie, il y est aussi à l’aise que dans son lit » : une façon de résumer la technique d’élevage qui donne sa longévité au Muscadet. Les lies fines sont les levures naturelles qui ont transformé le sucre du raisin en alcool lors de la fermentation. Lorsqu’elles ont terminé leur travail, elles se déposent au fond de la cuve et nourrissent le vin. Il gagne en richesse, en complexité, en gras. Parallèlement, le vin n’étant pas transvasé, il conserve une partie du gaz carbonique issu de la fermentation; ce dernier protège également le vin de l’oxydation. Le léger « perlé » apporté par ce peu de gaz laissé à l’embouteillage donne une vivacité supplémentaire aux vins. Tous les grands Muscadet vivent un élevage sur lies, de 6 mois pour les appellations régionales à 18, 24 voire 48 mois pour certains crus.

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Le vignoble de Gorges, un des crus de Muscadet, au sud-est de Nantes. Photo © Isabelle Bachelard

Terroirs originaux

Le vignoble de Nantes se distingue de la plupart des vignoble français en ce qu’il ne se trouve pas sur un socle sédimentaire de type calcaire. Il prend place sur le socle primaire cristallin du Massif Armoricain, dont il occupe l’extrémité sud-est. Ceci entraîne une multiplicité et une complexité d’organisation des roches. Aujourd’hui plutôt que d’assembler des vins de différents terroirs, les vignerons préfèrent individualiser.

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Si l’appellation de base Muscadet date de 1937, la hiérarchisation des terroirs se poursuit à travers les 1 300 hectares de vignes entre l’Anjou et l’Atlantique. Il y d’abord les trois appellations de Muscadets régionaux sur lies, Muscadet de Sèvre et Maine, la plus vaste, Muscadet Côtes de Grandlieu, au sud-ouest de Nantes et Muscadet des Coteaux de la Loire, au nord-est. Depuis les années 90, différents terroirs ont accédé successivement au titre de cru. Il s’agit de Clisson, Gorges, Le Pallet, Goulaine, Château-Thébaud, Mouzillon-Tillières, Monnières-Saint Fiacre, La Haye-Fouassière, Vallet et Champtoceaux. Pour ce qui est du raisin, c’est plus simple, tous les Muscadets sont issus d’un seul cépage le melon de Bourgogne.

À ne pas manquer, si vous allez en Muscadet :
–> Le domaine de la Garenne Lemot à Clisson

Muscadet : le retour des grands vins blancs de garde

Les grands terroirs s’égrainent le long de la Sèvre Nantaise jusqu’à Clisson, originalité aux accents toscans. Photo © Emeline Boileau