Théâtre en décembre : Skorpios au loin, La conversation, Second rôle

La sélection de Lanade du mois vous embarque pour une croisière sur le yacht d’Aristote Onassis avec Churchill et Garbo (Skorpios au loin), vous met aux premières places d’une Conversation historique entre Bonaparte et Cambacérès, et vous glisse dans les coulisses des seconds rôles.

Skorpios au loin, d’Isabelle Le Nouvel (Théâtre des Bouffes Parisiens)

Théâtre en décembre : Skorpios au loin, La conversation, Second rôle

Niels Arestrup incarne le vieux lion Winston Churchill sous l’œil stoïque du majordome Baptiste Roussillon. Photo © Céline Nieszawer

Par une écriture fine et juste, la comédienne et écrivain Isabelle Le Nouvel (Big Apple, L’invitation, Le syndrome de l’Écossais) réinvente une croisière mythique s’étant déroulée en juillet 1959 sur le yacht d’Aristote Onassis.
Au milieu d’élégants décors signés Jean Haas, le metteur en scène Jean-Louis Benoit (Molière du metteur en scène en 1998 pour Les Fourberies de Scapin) nous convie à la rencontre entre Winston Churchill et Greta Garbo. Un face-à-face étonnant et émouvant entre ces deux monstres sacrés sur le déclin, magnifiquement campées par Niels Arestrup, magistral de sobriété, et Ludmila Mikaël. Le Vieux Lion, admiratif du Sphynx, tente de comprendre les raisons l’ayant poussée à déserter les plateaux de tournage. Et pour ce faire, la pousse dans ses retranchements. Un bras de fer quasi-passionnel, où chacun des deux dévoilera des failles et des souvenirs qui le hantent, sous les yeux du majordome Niklaus, parfaitement incarné par Baptiste Roussillon.

La conversation, de Jean d’Ormesson (Théâtre du Gymnase Marie-Bell)

Théâtre en décembre : Skorpios au loin, La conversation, Second rôle

La conversation où la joute verbales entre Aurélien WiiK (Bonaparte) et Alain Pochet (Cambacérès). Photo@ Stéphane Kerrad

Avec Aurélien WiiK dans le rôle d’un jeune Bonaparte et Alain Pochet sous les traits de Cambacérès, le metteur en scène Alain Sachs (notamment distingué pour Le Quatuor) remonte La conversation de Jean d’Ormesson. Cette pièce, portée pour la première fois sur les planches en 2012, se focalise sur un instant historique crucial : celui où le Premier consul annonce au second, figure clé de la Révolution qu’il veut devenir empereur. Comment ce dernier le prendra-t-il ? Sera-t-il offusqué ? Se rangera-t-il à ses côtés ? Quelles sont les raisons ayant poussées Bonaparte à opter pour cette solution radical ? C’est ce que vous découvrirez dans cette pièce.
Les magnifiques décors et costumes, ainsi que la performance des comédiens vous immergent totalement dans l’atmosphère conquérante de l’empire. La mise en scène est inventive (le coup du drapeau est vraiment bien vu !) et soutient intelligemment un texte qui manque néanmoins de vraies oppositions entre les deux protagonistes.

Second rôle, de Pierre Delavène et Jean-Philippe Zappa (Théâtre de Dix Heures)

Théâtre en décembre : Skorpios au loin, La conversation, Second rôle

Second rôle, entre portrait biographique et récit du paradoxe du comédien est portée par la verve de Ludovic Berthillot. Photo © Noël Carrier

Robert Dalban, Claude Gensac, Noël Roquevert… Autant de seconds rôles qui ont marqué le cinéma français, sans pour autant devenir des vedettes et faire rêver sur leur seul nom. C’est l’histoire de ces comédiens oubliés que nous conte Ludovic Berthillot, lui-même second rôle dans près de 200 films. Pression pour obtenir les cachets d’intermittence, obligation d’accepter des rôles insipides dans des films au financement non bouclé, présence dans des festivals inconnus, tournées dans des hôtels miteux,… Le texte signé de Pierre Delavène, directeur du Cours Cochet-Delavène, et de l’écrivain touche-à-tout (communicant, attaché parlementaire, ambassadeur du livre, etc.) Jean-Philippe Zappa, retrace la vie méconnue de ces artistes, sans qui le 7° art ne serait pourtant pas ce qu’il est. La mise en scène du directeur de casting des Ch’tis et de Pédale Douce, Gérard Moulevrier, sobre et efficace met en exergue la forte présence de Ludovic Berthillot sur scène.