Avec la Phantom Reactor, Devialet monte le son très fort mais pas le prix

Le constructeur français d’enceintes ultra puissantes, Devialet, lance une nouvelle gamme : les Phantom Reactor. Plus petites, plus accessibles mais toujours aussi balèzes !

Qui a dit que les Français étaient des nullités dans les technologies audio ?

Plusieurs marques tricolores portent le drapeau national aussi haut que notre glorieuse équipe de France championne du Monde de football. Par exemple, les Parisiens de chez Devialet produisent depuis plusieurs années des enceintes carrément stupéfiantes. Les Phantom sont capables de sonoriser des salles conséquentes et de permettre à des centaines de danseurs de se trémousser, les oreilles remplies de musique. Une seule enceinte dégage autant qu’un orchestre symphonique. Ces Phantom se caractérisent par une allure unique, en forme d’obus avec deux woofers latéraux capables de vibrer des heures durant. Les Phantom sont des enceintes multirooms, qui peuvent se relier à un réseau WiFi pour diffuser un son ultra puissant. Problème : des tarifs légèrement prohibitifs, de 1 500 à 5 000 euros, sans parler d’accessoires plus ou moins nécessaires comme une housse de transport (350 euros), une commande à distance (200 euros) ou un trépied support (350 euros).

Avec la Phantom Reactor, Devialet monte le son très fort mais pas le prix

Phantom Reactor : connectivité sans fil, filaire ou optique. Photo © Devialet

La puissance sonore démocratisée

Devialet lance aujourd’hui des matériels sinon plus ‘’démocratiques’’, du moins plus abordables : 990 euros pour une enceinte de 600 watts (tout de même) et 1 290 euros pour sa grande sœur de 900 watts. Bon ces tarifs confinent encore ces enceintes à une clientèle de happy fews, mais saluons tout de même l’effort commercial du constructeur. La nouvelle Phantom Reactor a heureusement d’autres caractéristiques. Les ingénieurs de Devialet ont planché pendant trois ans et déposé une dizaine de nouveaux brevets ! La Phantom Reactor est déjà quatre fois moins volumineuse que la génération précédente. Elle offre un volume de trois litres pour un poids de cinq kilogrammes. Les Reactor reprennent le design si spécifique de Devialet : sphérique avec deux woofers latéraux qui vibrent à chaque note de musique.

Un son mieux restitué

Selon le constructeur la Reactor est ‘’la seule enceinte ultra compacte capable de délivrer un niveau sonore jusqu’à 98 dB SPL avec une puissance inouïe de 900W de puissance-crête.’’
Si on pouvait reprocher aux premières Phantom leurs basses surdimensionnées, ces nouvelles Reactor sont à l’écoute autrement plus agréables. Le son est nettement mieux restitué, grâce en particulier par l’atténuation des effets de souffle provoqués par la surpuissance des enceintes. Deux haut-parleurs de graves délivrent les infra-basses, et sont accompagnés par un haut-parleur large-bande. Du coup l’enceinte produit des fréquences infra-graves aux plus aiguës : de 18Hz à 21kHz. La Phantom Reactor se veut intuitive et “plug and play”. Elle dispose d’une connectivité sans fil (via Bluetooth, Spotify Connect, Airplay, UPnP) ou filaire via une connexion jack analogique (et oui !) ou optique. La Reactor se pilote aussi par une application pour smartphone.
Un regret cependant : Devialet refuse de rendre intelligentes ses nouvelles enceintes. Autrement dit, elles ne peuvent pas servir à gérer une habitation (alarmes, thermostat, sécurité…) ou comme plateforme pour commander un film, faire ses courses, ou accéder à Internet. C’est dommage, mais c’est le seul reproche notable que nous pourrons faire à cette Reactor.

Avec la Phantom Reactor, Devialet monte le son très fort mais pas le prix

Un design Devialet, compact pour une puissance équivalente à un orchestre symphonique. Photo © Devialet