Chartier Montparnasse, Bouillon Racine, Le Petit Vendôme : la sélection de Paris-Bristro.com

Populaire et gouleyante, la sélection de Paris-Bistro.com rend hommage à l’histoire gourmande de Paris. Avec Chartier Montparnasse, Bouillon Racine et Le Petit Vendôme.

Chartier Montparnasse, Bouillon Racine, Le Petit Vendôme : la sélection de Paris-Bristro.com

Le Chartier Montparnasse, au 59, bd du Montparnasse – 75006 inauguré le 1er février 2019. Photo © Paris-Bistro.com.

Chartier Montparnasse

Face à la Tour Montparnasse, un Bouillon Chartier a remplacé l’ancien Montparnasse 1900. Il ne s’agit pas d’une création mais d’une renaissance de l’adresse, 116 ans après sa première inauguration par Edouard Chartier. Sur ses banquettes, Modigliani a dû s’y envoyer sinon des bouillons, du moins des absinthes… Durant les Années Folles, le bouillon Chartier devint le bouillon Rougeot. C’est un miracle que cette affaire soit parvenue dans un tel état de conservation.

Ainsi, les nostalgiques des flamboyances de la Belle Epoque seront servis : bois tout en volutes et entrelacs, lampes tulipes, statues, céramiques et faïences, vitraux signés Louis Trézel… C’est un Art nouveau poussé à son paroxysme et sublimé par le décorateur Slavik – il a redessiné la verrière dans les années 70- qui s’offre au regard. Le lieu est classé aux Monuments Historiques depuis 1984.

Pour ceux qui connaissent l’auguste Bouillon de la rue du Faubourg Montmartre, la formule du Chartier Montparnasse est identique : avec de grands classiques à l’honneur : du potage de légumes au francfort/ frites (6,50€), du confit de canard (10,60€) au gouteux sauté de veau marengo (11,20 €). Sans oublier un bon baba sensuel, généreusement gorgé de rhum (4,60€)…. En savoir plus sur la carte des vins : Paris-Bistro

Chartier Montparnasse, Bouillon Racine, Le Petit Vendôme : la sélection de Paris-Bristro.com

Le Bouillon Racine au 3 rue Racine (6e). Photo © Paris-Bistro.com.

Bouillon Racine

A sa création en 1906, ce restaurant de la rue Racine était un Bouillon Chartier. Il demeure d’ailleurs encore l’enseigne. Après quelques changements de mains, il devint entre 1962 et 1995 une cantine pour le personnel de la Sorbonne. Peintures et boiseries s’écaillèrent et le formica s’installa en maître des lieux. Jusqu’en 1996 où une rénovation conduite par les Compagnons du Devoir lui redonna son lustre Art Nouveau avec boiseries vertes, miroirs et ses panneaux en bois aux motifs végétaux. Sans oublier les murs incrustés de carreaux de faïences colorés. L’opération fut suivie d’un classement par les Monuments historiques.

Depuis 2002, c’est un fils et petit-fils de restaurateur savoyard qui a repris en famille cette adresse. Luc Morand est un ancien cadre de chez Unilever Foods. Comme un retour de fils prodigue gastronomique, le bonhomme s’est converti au fait maison avec son « Bouillon ».
Mais il a délaissé la cuisine familiale mijotée à prix serrés qui faisait le bonheur des étudiants du quartier au début du XXème siècle pour les assiettes du chef Alexandre Belthoise. Ce dernier travaille de beaux produits autour d’un socle de recettes traditionnelles sans juguler sa créativité. Les viandes sont sélectionnées par le boucher MOF Didier Massot et tout est maison. A l’exception des glaces de la Maison Pédone.

La carte change avec les saisons mais on peut tomber en entrées sur un velouté de châtaignes et graines de sarrasin (8,50€) ou des couteaux gratinés au beurre d’ail ( 9,50€) que l’on pourra faire suivre d’un millefeuille croustillant de poitrine d’agneau fermier du bourbonnais Label Rouge ( 20€). Mais les grands classiques qui ont fait la réputation de la maison sont là comme les escargots de Bourgogne beurre d’ail et persil (8,50€)… En savoir plus sur la carte des vins Paris-Bistro

Chartier Montparnasse, Bouillon Racine, Le Petit Vendôme : la sélection de Paris-Bristro.com

Le Petit Vendôme au 8, rue des Capucines (2e) vient de recevoir la Coupe du Meilleur Pot des Bistrots à vin parisiens 2019. Photo © Paris-Bistro.com

Le Petit Vendôme

Dans ce quartier des gemmes de la « Vendôme », voilà un joyau de bistrot. Un troquet pur jus sixties aussi agréable à l’œil pour ses néons et ses miroirs colorés façon ligne claire qu’au palais pour ses casse-croûtes, plats du jour et autres vins du patron.  Le 12 décembre, le jury de la Coupe du Meilleur pot a décidé d’attribuer la Coupe du Meilleur Pot des Bistrots à vin parisiens 2019 au Petit Vendôme. C’est le mélange social peu banal dans ce quartier chic qui aurait convaincu les membres du jury. Le tandem inséparable constitué par Gilles Caussade, le propriétaire, et Lionel Malière son directeur recevra le trophée  en mars 2019.

Les patrons du troquet qui s’y sont succedès ont gardé au casse-croûte une place de roi. Prix de la version de base 5€. La baguette du boulanger Julien voisin peut-être agrémentée de fritons, rillettes, saucisson ou jambon à l’os du charcutier cantalou Mas. Sur le zinc trônent aussi de beaux saint-nectaire. Ici c’est de la pure cuisine de bistrot : pieds de cochon grillés ( 17,50€), confit de canard ( 18,50€) mais aussi pot-au-feu (22 €) en hiver. Au niveau du “5ème quartier”, le vent souffle de l’ouest avec l’andouillette Argoat réputée au-delà des frontières de Breizh. Et périodiquement Lionel Malière propose un plat de tripes avec une recette secrète qui déplace les habitués. En savoir plus sur les vins Paris-Bistro

Chartier Montparnasse, Bouillon Racine, Le Petit Vendôme : la sélection de Paris-Bristro.com

Au Petit Vendôme, la valse musette fait aussi partie de décor sonore. Photo © Paris-Bistro.com