Gastronomie

Une pépite étoilée à Nancy, La Maison dans le Parc animée par Roxanne et Charles Coulombeau.

Auteur : Patricia de Figueiredo
Article publié le 10 juillet 2024

Le chef étoilé Charles Coulombeau dirige depuis 2021 avec son épouse Roxanne, cette splendide Maison dans le Parc au cœur de Nancy.  Après six mois d’installation seulement, Charles reçoit sa première étoile et le restaurant Le Prix d’accueil du service du guide Michelin. Distinction amplement méritée, selon Patricia de Figueiredo, pour ce couple qui pratique une vraie politique sociale et surtout pour le chef qui excelle en cuisine en associant des saveurs, fruit d’une expérience acquise en France et à l’étranger, au Japon notamment.

Le nom n’est pas usurpé, la salle du restaurant donne un somptueux Parc ombragé Photo Patricia de Figueiredo

En plein cœur de Nancy

À une heure trente seulement de Paris dans cette superbe ville de Nancy, La Maison dans le Parc vaut largement l’étoile Michelin accrochée à la veste de Charles Coulombeau. Natif d’Elbeuf, le chef a grandi dans les Landes avec des parents qui cuisinaient beaucoup. Lui se voit plutôt faire des études, mais il suit un camarade de basket, sport qu’il pratique avec assiduité, au Lycée hôtelier de Biarritz.

« J’y ai trouvé une rigueur et une discipline qui m’ont aidé à me canaliser et le challenge me rappelaient le basket que je pratiquais » 

Il enchaîne alors les maisons étoilées en compagnie de Roxanne qui devient son épouse et qui elle anime la salle. Ce couple fusionnel a connu Les Prés d’Eugénie auprès de Michel Guérard, puis la maison Lameloise. Ils partent au Japon pour un voyage initiatique qui a largement marqué leur esprit, enfin en Angleterre au restaurant 1 étoile de Gravetye Manor. Contacté par un chasseur de têtes, le couple reprend ce restaurant à Nancy en 2021 et le transforme en un superbe lieu six mois plus tard, il reçoit les distinctions Michelin.

L’entrée du restaurant La Maison dans le Parc Photo Patricia de Figueiredo

Une mise en scène magique

Dès l’entrée le couloir impressionne avec ses pierres apparentes et ses lumières qui montent vers le plafond. La salle dans les tons beiges et crème appelle à la sérénité, mais que dire de ce merveilleux parc dont les tables en terrasse semblent poser dessus.

La cuisine s’envole haut dans les sphères du plaisir.

L’arrivée des différents pains ( presque tous fait maison) mais surtout des différents beurres nous met dans l’ambiance : beurre au homard, beurre à la lavande, beurre ciboulette et citron vert, beurre à la sauge et beurre champignons/soja.

Après les amuse-bouche, il nous fut servie une entrée des plus virtuoses.

Fantastique entrée – le radis en trente façons par Charles Colombeau de La Maison dans le Parc Photo Patricia de Figueiredo

Du génie dans la variation

Au fil des saisons, le chef imagine un légume ou un fuit de trente façons différentes: aujourd’hui, ce fut le radis ! En gelée, en mousse, fanes rappées, mariné au jus de clémentines fermentées, kimchi de radis pourpre, millefeuille de daïkon, etc… Les saveurs claquent au palais, le radis se révèle sous un jour nouveau. Un plat ébouriffant dans sa forme et dans sa composition.

Suivent une ventrèche de thon petit pois et pignons de pin parfaitement exécutée, tout comme le canard de Challans avec ses navets et son miso d’abats.

Le chocolat dans tous ses états Charles Colombeau, La Maison dans le Parc Photo Patricia de Figueiredo

En dessert, le chocolat

Là encore, le chocolat présenté en plusieurs façons et agrémenté de citron vert et coriandre conclut un déjeuner de haute volée. Vous l’aurez compris, Charles Colombeau a été très inspiré par le Japon qui reste une source de créativité perpétuelle à ses yeux.

Des accords à l’unisson

Coté cave bien garnie, nous avons été conseillé pour un AOC Chignin Bergeron Adrien Berlioz Cuvée Grand Zéph 2020 et un AOC Châteauneuf-du-Pape domaine Mayard 2022 qui vous dévoile un brillant aperçu d’une carte impressionnante qui a l’immense avantage pour un étoilé de proposer des premiers prix à 35 euros pour ce Domaine de Moncy Lucé 2020 qui côtoie toujours en Vallée de la Loire le Domaine Dagueneau 2018 « Silex » à 220 €

Mais, laisser vous guider, il pourra vous emmener sur un saté de fermentation, une découverte surprenante.

La salle tout en courbe et élégance de La Maison dans le Parc Photo Patricia de Figueiredo

Une démarche engagée

Loin des stéréotypes, pratiquant une véritable politique sociale, La Maison du Parc ferme trois jours par semaine sans baisse de salaires. Les dimanches sont fermés sauf exception comme Pâques, la Fête de mères, la Fêtes des pères,
Surtout, certains dimanches sont l’occasion d’un quatre mains avec d’autres chefs étoilés français ou étrangers invités.

« J’ai besoin du mouvement pour la création de mes recettes. Me confronter à d’autres chefs est toujours vivifiant. »

Du local aux Restos du Cœur

Côté petits producteurs, Charles les choisit si possible dans un rayon de 100 kilomètres comme les cailles qui viennent de la Famille Baumgartner à Saint Didier des Vosges ou les ombres chevalier et truites de Mickael Recchione à Xertigny, à 80 kilomètres.
Enfin, il pratique la soupe solidaire pour les Restos du cœur deux fois par semaine.

Pour une itinérance gastronomique

Charles Colombeau chef de La Maison dans le Parc à Nancy Photo Patricia de Figueiredo

Charles Colombeau ne s’arrête pas là. Il dispose également d’un Food truck qui se balade dans les rues de Nancy et propose une cuisine entre française et japonaise.

C’est aussi lui qui a ouvert deux restaurants dans le Centre Pompidou de Metz : Umé (la prune) au déjeuner et la Bulle en verre le soir, Yozora, inspiré des umakasé avec des menus dégustation uniques avec alternative végétarienne.

Et parti sur sa lancée, le projet d’une ouverture en Asie se murit sans précipitation, correspondant aux valeurs de ce couple hors des sentiers battus.

Patricia de Figueiredo

Pour en savoir plus sur La Maison dans le Parc

La Maison dans le Parc, 3 rue Sainte Catherine, 54000 Nancy. Tel : +33 3 83 19 03 57

Ouvert les mercredis, jeudis, vendredis, samedis. Dimanche suivant calendrier.

  • Menu déjeuner : 60 euros.
  • Menu 6 services : 110 €, 8 services : 160 €, accords mets et vins proposés.

Nancy, capitale des World’s French Restaurant.

Initiée par l’AFMR (Association française des Maîtres restaurateurs ) la troisième édition des World’s French Restaurant a eu lieu les 24 et 25 mars 2024 en association avec la Métropole Grand Nancy et la région GrandEst.
Cette réunion des chefs francophones et francophiles installés à l’étranger, ouverte aux professionnels et au grand public, permet de montrer le savoir-faire français au-delà de nos frontières. Conférences, job dating, exposition ponctuent ces deux jours qui se terminent par la remise des Labels World’s French restaurant avec comme labellisés 2024 :

  • Cédric Berderet, Bistrot Barderet & Bakery, États-Unis
  • Jérôme Vuillermoz, Le 31, Côte d’Ivoire
  • Frédéric Berkmiller, L’Escargot Bleu, Royaume-Uni.

Rendez-vous les 4 et 5 mars 2025 pour la prochaine édition.

Partager

Articles similaires

Limoges une ville d’histoire et de gastronomie

Voir l'article

La fusion gastronomique de Raphaël Fumio Kudaka, chef étoilé de La table Breizh Café, Cancale

Voir l'article

LA LISTE, application dédiée aux voyageurs gourmets décerne, ses 11 « Prix spéciaux » 2024

Voir l'article

Les 41ème Awards for excellence du guide Condé Nast Johansens pour les voyageurs indépendants

Voir l'article