Voyages

Découvrir la magie Daum au musée des Beaux-arts de Nancy

Auteur : Michael Descoust Ambassadeur du Cristal, Vessière Cristaux
Article publié le 23 avril 2021

[Découvrir l’art des verriers III] Toujours en activité, la Cristallerie Daum, fleuron de l’école de Nancy, est l’un des piliers de l’art verrier en Lorraine. Parmi ses nombreux trésors, le musée des Beaux-Arts expose l’une des plus belles collections des chefs d’œuvres édités par les frères Daum, Auguste (1853-1909) et Antonin (1864-1930), hérauts de l’Art Nouveau.

Vitraux Gruber-nancy La BNP, ancienne Banque Renauld photo Veyssiere-Cristaux

Nancy, un centre névralgique de l’art verrier en Lorraine

Lors de la visite de Nancy, on s’aperçoit d’une grande richesse, mais aussi d’une disparité dans la construction. Cela s’explique par un événement majeur qui va faire de Nancy la capitale de l’est. Il s’agit du traité de Francfort, signé en 1871, mettant fin à la guerre franco-prussienne. Une partie de la Lorraine passe sous pavillon allemand et des milliers de français migrent vers Nancy. En l’espace d’une dizaine d’années, la population double, passant de 50 000 habitants à plus de 120 000 en 1900. Un flux important de capitaux offre à la ville de Nancy une seconde jeunesse. Parmi ces « optants » ayant migrés à Nancy, Jean Daum, un notaire originaire de Bitch.

Daum et Jacques Gruber, Vase Tristan et Iseult, vers 1897 Photo Musée des Beaux-Arts de Nancy

De la création à  l’Exposition Universelle de 1900

En 1875, Jean Daum (1825-1885), notaire à Bitche rachète la Société industrielle Avril Bertrand et Cie, fondée en 1872, qui deviendra la célèbre cristallerie Daum. Il y fait travailler ses deux fils, Antonin au département artistique et Auguste à l’administration. La production Daum est dans un premier temps utilitaire, pour ensuite rejoindre le domaine artistique, portée par le plus jeune des frères, Antonin. La période est propice aux affaires : la fin du XIXe siècle connait un renouvellement décoratif sans précédent, caractérisé par le naturalisme et la féminité.

Daum-Galle : le triomphe de l’Art Nouveau

Daum et louis Majorelle, Lampe à pied, 1904, Photo Musée des Beaux-Arts de Nancy

L’Art Nouveau qui émerge touche tous les domaines de la société, de la décoration à l’architecture en passant par la bijouterie. Antonin Daum se fait vite remarquer par la qualité de ses vases, en verre, gravés à l’acide. Il semble s’inspirer du célèbre Émile Gallé (1846-1904), le véritable précurseur de l’Art verrier.
Cette concurrence entre Émile Gallé et Antonin Daum a donné naissance à de véritable chefs-d’œuvre, chacun désirant surpasser la production de l’autre. Ainsi va naître un véritable foyer artistique à Nancy, où les artisans n’hésitent pas à s’associer aux industriels dans l’unique but d’offrir l’art pour tous, un idéal social de l’Art Nouveau.

« Transformer un objet à vocation utilitaire en objet d’art n’a jamais été un but en soi mais s’inscrivait dans une ambition plus globale née du double désir d’introduire de l’art dans tout et de faire en sorte que cet objectif puisse concerner le plus grand nombre en réalisant un art pour tous. » écrit Justine Posalski, Les luminaires Daum : de l’objet utilitaire à l’œuvre d’art, 2015.

Parlons technique de l’art de la pâte de verre

Daum Vase René II, duc de Lorraine, 1894 Photo Musée des Beaux-Arts de Nancy

«  La technique de la pâte de verre (très répandue aujourd’hui mais encore difficile à maîtriser alors) consiste à faire fondre du groisil , puis le laisser refroidir dans un moule, à la manière de la céramique, pour atteindre des formes esthétiques et impossible à réaliser en soufflage. expliqueJulien Meyrat, dans sa biographie Antonin Daum,L’ingénieur maitre verrier, Ecole Centrale. La méthode est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît : le verre et le moule subissent des dilatations différentes, le cœur du verre ne refroidit pas uniformément… C’est avec Almaric Walter, grand spécialiste de ce matériau, que Daum parviendra à ses résultats les plus décoratifs, souvent inspirés de la faune. En 1909, il lancera même la « pâte de verre à plat », qui sera utilisée par la suite par Gruber et Majorelle comme éléments décoratifs dans leurs créations (boiseries, buffets…). Si la collaboration avec Walter n’a pas rencontré le grand succès attendu, elle aboutira tout de même à de beaux résultats, et la pâte de verre constitue aujourd’hui une des principales techniques de la verrerie Daum. » : 

Le trésor de musée des Beaux-Arts de Nancy

Daum et Jacques Gruber, Vase à décor de clématites, 1897 Photo musée des Beaux-Arts de Nancy

La collection des frères Daum est exposée au cœur des anciennes fortifications d’Haussonville. Ces vestiges, qui datent du XVe – XVIIe siècle, plongent le visiteur dans l’histoire du Duché de Lorraine. La sélection offre un panorama complet de la production de la manufacture lorraine depuis son origine en 1878 jusqu’aux créations actuelles : des premiers services de table des années 1880, en passant par les productions art nouveau puis art déco, les pièces en cristal des années 50 ou les créations en collaboration avec des artistes comme Dali ou César. Les objets témoignent des recherches et des inventions incessantes et diversifiées de la cristallerie en termes de techniques, de matières, de fonctions, de décors et de formes (pâte de verre, cristal, gravure à la roue ou à l’acide, décor intercalaire…).

Vous découvrirez plus de 300 chefs-d’œuvre dans une ambiance tamisée et singulière …

Visiter Baccarat – nos conseils 

Pour allez plus loin :

• sur l’histoire de la cristallerie Daum :
• sur la Maison Daum
• sur l’Art nouveau

Collection Daum, Musée des Beaux-Arts de Nancy
3 place Stanislas, 54000 Nancy Tél. : 03 83 85 30 01
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mardi.

Daum et Louis Majorelle, Vase à monture métallique, Verre de jade, vers 1920 Photo Musée des Beaux-Arts de Nancy

Poursuire votre découverte du Nancy Art Déco avec :

Nos recommandations de séjour :

Grand Hôtel de la Reine, meilleur rapport qualité/prix de la ville, à partir de 120€ la nuit, 2 Place Stanislas, 54000 Nancy

L’Excelsior, 50 Rue Henri-Poincaré, 54000 Nancy. une brasserie Belle Époque de 1900 où l’on déguste une cuisine française. Les vitraux, moulures et ferronneries sont de l’École de Nancy; mouvement créé en 1901 par Emile Gallé !

Partager

Articles similaires

Quelques pépites des Charentes, destination infiniment nature et gourmande

Voir l'article

Le Domaine du Colombier à Malataverne, un havre de ressourcements et d’accords toniques

Voir l'article

L’ esprit préservé de l’Hôtel Richemond, le plus ancien de Chamonix Mont-Blanc

Voir l'article

Le Château de Castel Novel, tremplin pour découvrir les beautés de Brive-la-Gaillarde

Voir l'article