Culture

Cinéma en salles : Dream Scenario, de Kristoffer Borgli (2023)

Auteur : Calisto Dobson
Article publié le 16 janvier 2024 

Remarqué en 2022 avec « Sick of Myself », le scénariste et réalisateur norvégien Kristoffer Borgli, originaire d’Oslo, continue d’imposer une écriture originale dans l’esprit des grands auteurs d’anticipation tels que Richard Matheson ou encore Robert Silverberg. Son nouveau film « Dream Scenario », propose pour Calisto Dobson  une brillante variation sur la nature ambivalente de l’identité et la conscience de soi. Loin d’une manière académique, portée par un éblouissant Nicolas Cage, pour une fois d’une sobriété paisible.

Dès « Drib », vrai satire faux documentaire sur une boisson énergisante qui n’existe pas, son premier film inédit en France, Kristoffer Borgli a su imposer une écriture originale. Avec « Sick of myself » en 2022, une jeune femme se rend malade afin d’obtenir de l’attention, il apparaît sur la carte de nos écrans.

Je suis attiré par les personnages têtus, qui vivent selon des principes inaccessibles coûte que coûte.
Kristoffer Borgli

Interroger notre psyché contemporaine

Nicolas Cage dans Dream Scenario, de Kristoffer Borgli (2023) Photo Metrofilms

Parvenir à questionner d’une façon transversale le fond de nos psychés contemporaines semble être sa marque de fabrique. Auteur au sens propre, le réalisateur norvégien est le digne héritier de l’anticipation, telle que perpétuée au travers d’une série comme Black Mirror.

Je m’intéresse à la psychologie, mais pas de manière académique. La plupart des choses que nous faisons dans la vie sont influencées par des forces qui nous échappent, sans que l’on puisse voir comment tout ça fonctionne.
Kristoffer Borgli

Psychanalyse fine et maline de nos troubles égocentristes

Dream Scenario, de Kristoffer Borgli (2023) Photo Metrofilms

Sans vous fier à l’accroche qui voudrait en faire une comédie hilarante, son dernier film Dream Scenario établit un nouveau postulat original.

Un professeur de biologie à la vie de famille ordinaire et à la personnalité insignifiante (Nicolas Cage, inhabituel tout en sobriété), se met à apparaître dans les rêves de ses proches, puis de parfaits inconnus. En toute passivité, il inocule de sa présence les songes d’un nombre incommensurable de gens à travers le monde et acquiert une notoriété mondiale. Jusqu’ à être contacté par le fondateur d’une agence de marketing (Michael Cera paisiblement inquiétant) et ses deux assistantes, (ce qui sans rien révéler, aura son importance), pour promouvoir des produits au sein même des rêves.

Lui n’ a qu’une obsession, écrire un livre dont il a le projet depuis de longues années. Mais voilà que peu à peu la situation lui échappe, son quotidien se délite et les rêves se transforment en cauchemar. Un retour de bâton qui le verra banni de sa propre réalité.

Kristoffer Borgli, lanceur d’alerte

Véritable procès de notre époque envahie par l’obsession de la popularité pour tous, de la mainmise des réseaux sociaux sur nos vies, Dream Scenario illustre d’une façon cruelle la face sombre de la course à l’existence virtuelle.
Celle qui nous prévient qu’un jour nous risquons de n’être plus des individus à part entière, mais bien des pantins dominés par des programmes nourris de nos affects sans frein.  Il faut saluer le propos salubre qui s’avance en toute discrétion, une dénonciation du  besoin inextinguible qui semble nous dévorer, celui d’être à tout prix plus ou autre chose que ce que nous incarnons. Sans être capable de remettre en question notre incapacité à simplement nous améliorer.
Remercions les indépendants de A24 Films, décidément à la pointe, pour produire et distribuer des projets innovants en salles (Priscilla, Talk to Me) ….ou à venir (Civil War, The Zone of interest) hors du tout-venant cinématographique.

#Calisto Dobson

Articles similaires

[And so rock ?] Punk.e.s , de Rachel Arditi et Justine Heynemann

Voir l'article

[And so rock ?] A Drifter to the Light of the Sun ou le destin perdu de Bobby Sichran

Voir l'article

Le carnet de 16 albums de Calisto Dobson pour 2023

Voir l'article

[And so rock ?] Hommage (III) Lou Reed, Berlin (1973)

Voir l'article