Concours des Machines : La Fraise, lauréate 2018 pour un cycle d’exception

Le Concours des Machines rassemble les meilleurs ouvriers de France du cycle. Il s’agit de couronner les meilleures machines de l’année, des créations uniques, vendues en sur mesure. En 2018, La Fraise a fait l’unanimité. Découvertes de vélos sur mesure de prestige, reflet du renouveau d’une ancienne tradition française…

Sur les chemins de traverse, les itinéraires bis, les sentiers de grande randonnée à vélo, sur la route de chez Paulette (avec Francis, avec Firmin sans mettre pied à terre), dans les  bois, comme au milieu des champs, incontestablement La Fraise est imbattable. Inégalable. C’était en tout cas la conviction des jurés du concours 2018 des machines qui s’est tenu à Bruniquel (Tarn-Et-Garonne). Pendant quarante-huit heures, les meilleurs « cadreurs» de France ont testé les machines : 330 kilomètres de circuit dont 40% sans  bitume. Ils ont grimpé,  jaugé, testé en conditions réelles et même extrême, d’utilisation. Ils ont passé en revue les équipements, les soudures et apprécié à leur  juste valeur les innovations technologiques. Les cadreurs ? Ce sont les artisans d’art du vélo. Ils sont une trentaine en France à proposer un vélo unique, à construire un cadre sur mesure et à l’équiper selon les saintes volontés du client. Ces artistes de la petite reine, ont rallumé, en 2015, à Ambert (Puy-de-Dôme), la flamme d’une grande tradition française : le concours des machines.

Concours des Machines : La Fraise, lauréate 2018 pour un cycle d’exception

Andreas Berhens dans l’atelier LaFraiseCycle de Roubaix (Nord) © DR

Ranimer la flamme de la tradition

Entre 1903 et 1949, moins certaines années de guerre, les constructeurs indépendants de vélo ont participé et organisé ce passionnant concours qui, toujours, accouchait d’avancées technologiques majeures. « Jusque dans les années cinquante-soixante, dans pratiquement chacune des villes de France, il existait un constructeur indépendant de vélo. C’était une tradition, partagée par certaines villes d’Espagne et d’Italie. Puis la fabrication a été massivement délocalisée. Aujourd’hui, on assiste à un certain renouveau de la construction authentique de vélo » explique Andreas Berhens qui dirige le fameux atelier LaFraiseCycle de Roubaix (Nord). C’est donc lui qui a conçu ce fameux vélo randonneur tout-terrain qui a soulevé l’enthousiasme au sommet du château de Bruniquel. « Il s’agissait de concevoir un vélo capable de rouler aussi bien dans des chemins que sur route. Il fallait pouvoir voyager en autonomie en transportant avec soi de quoi s’abriter pour la nuit et même de quoi confectionner un repas chaud » poursuit Andreas Berhens, qui a fourni un dossier technique de onze pages et le fameux vélo tout terrain avec son guidon de route et suffisamment d’espace à l’intérieur de la fourche pour continuer d’avancer en milieu boueux. Mieux ! Pour une préoccupation d’autonomie énergétique, La Fraise embarque une prise USB pour recharger son portable, son GPS, voire un petit ventilo individuel pour ceux qui souhaitent un supplément de  ventilation. Une petite dynamo et un mécanisme de transformation du courant sont dissimulés dans le tube de cadre. Et encore mieux ! Pour la nuit, le vélo, associé à une toile spécifique, sert à soutenir la tente pendant le repos bien mérité du guerrier cycliste. Ledit vélo a réclamé cent-soixante heures de travail en atelier après avoir décortiqué le cahier des charges. Un  soin tout particulier a été apporté à la bagagerie puisque le « pilote » de la Fraise, on l’a compris, voyage en autonomie avec ses vivres et son couteau.

Concours des Machines : La Fraise, lauréate 2018 pour un cycle d’exception

Le randonneur de l’atelier La Fraise, idéal pour le camping © DR

Rêve de vélo de client

« Nous réalisons le cadre dont rêvent nos clients, en apportant notre personnalité, notre savoir-faire. Au-delà du cadre, là encore, c’est à la carte avec des équipements puisés dans des catalogues de fournisseurs spécialisés. Dans mon atelier je me sens un peu dans la peau d’un grand chef cuisinier. Dans les plats qui sortent, il y a forcément la personnalité du chef qui transparaît. C’est pareil pour les vélos de cadreurs » estime Aimeric Le Brun, l’un des responsables de l’association des artisans du cycle. Ce club très ouvert et collaboratif  fédère les professionnels installés, de simples passionnés et aussi des rookies, c’est-à-dire des constructeurs individuels qui montent leur machine dans leur garage. Avec patience et passion. « Toutes les bicyclettes qui sortent de nos ateliers sont uniques. Ce sont toujours des prototypes mais des prototypes qui doivent fonctionner immédiatement et à 100 % » ajoute Aimeric Le Brun, directeur de Cyfac, une maison emblématique et même mythique des vélos sur mesure.

Concours des Machines : La Fraise, lauréate 2018 pour un cycle d’exception

L’atelier de soudure © DR

Un Paris-Brest pour le fun

Cyfac, société installée à Hommes prés de Tours bénéficie d’une aura exceptionnelle auprès des passionnés après avoir construit, pendant des années, les vélos de quelques équipes pros du Tour de France, dont ceux de  la légende : Laurent Fignon. Mais les cadreurs de France (plus quelques-uns d’Italie), planchent déjà sur l’édition 2019 de ce concours Lépine du vélo d’exception. Le thème tournera autour de Paris-Brest-Paris la course mythique. Il faudra imaginer un engin capable de faciliter la vie à son pilote sur une si longue distance : 1180 kilomètres d’une traite, si possible. Les esprits facétieux des « cadreurs » d’exception s’égarent déjà sur la création d’un petit compartiment réfrigéré pour transporter  dans les meilleures conditions quelques Paris-Brest, la pâtisserie  crémeuse et mythique. Pour se soulager d’une fringale. Ou, pour régaler les groupies des bords de la longue route.

Fraise ultimate… sur French Divide

La Fraise n’est pas seulement une gourmandise mécanique de concours, tendance « Tagada Ultimate ». Non, c’est un vrai vélo de baroudeur qui va permettre à Andréas Berhens, pilote-créateur, de s’aligner le 4 août prochain au départ du French Divide. Cette diagonale des fous de vélo permet de rejoindre le Pays Basque depuis les Flandres. De Bray-Dunes à Biarritz, c’est 2170 kilomètres dont 70%  sans bitume, avec le Tourmalet et une partie du chemin de Saint Jacques de Compostelle. Avec des bivouacs et 35 000 mètres  de dénivelé positif. La « promenade » est programmée pour 15 jours du 4 au 19 août prochain.

Un autre modèle sortie des ateliers La Fraise, pour le plaisir des yeux et de la randonnée à vélo…

Concours des Machines : La Fraise, lauréate 2018 pour un cycle d’exceptionLe modèle randonneur © DR