Culture

Château La Coste, la symbiose méditative de l’art, de l’architecture et des vignes

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 6 aout 2021

[Initiatives de collectionneurs II] Depuis 2004 année de son rachat de 200 hectares de terres de Château La Coste près d’Aix en Provence, Patrick McKillen développe un projet global unique où art, architecture et vignes fusionnent dans une symbiose calme et fascinante. Ouvert au public depuis 2011, le parcours ne cesse de s’enrichir de nouvelles œuvres obligeant à s’attarder quelques jours dans cet havre méditatif aux multiples ressources, du Chai au palace Villa La Coste.

Carte blanche aux artistes et architectes

Richard Serra, Aix, 2008 Chateau La Coste Photo OOlgan

« Dans les pièces produites dans les paysages, la redéfinition du site devient le contenu de l’œuvre. La mise en place d’éléments sculpturaux dans un cadre champêtre incite le spectateur à s’attacher à la topographie d’un site qui sera parcouru. » : les propos aigus de Richard Serra confiés à Frédéric Edelman,sur sa démarche pour Aix, œuvre installée depuis 2008 sur le site du Château La Coste condensent parfaitement la proposition faites aux artistes par Patrick « Paddy » McKillen passionné et mécène d’art contemporain : une totale liberté leur est donnée dans le choix de l’emplacement, de la création et du temps d’exécution.

Apprivoiser un labyrinthe de signes

Lee Ufan, House of air, 2014 Chateau La Coste Photo OOLgan

Depuis 2004 date du rachat par l’entrepreneur irlandais, à la différence de nombreux musées en plein air qui se multiplient, ce qui fait l’exemplarité du parcours accessible aux visiteurs depuis 2011 est que la trentaine d’œuvres réalisées – et qui ne cessent de s’enrichir – sont faites pour le lieu, après un long apprivoisement du site par les artistes. Les plus grands créateurs se sont prêtés au jeu d’inscrire un geste dans ce magnifique paysage mi sauvage mi raisonnée par la vigne.

Coté architecture, les ouvrages d’Oscar Niemayer, Frank Gerhy et Tony Berlant, Sou Fujimoto, Renzo Piano s’organisent autour du Centre d’art conçu par Tadao Ando. Les œuvres de Lee Ufan, Andy Goldsworthy, Tunga, Tatsuo Miyajima, Jean Michel Othoniel, Jean Prouvé, Sean Scully, Richard Serra, Tom Shannon, Michael Stipe, Hiroshi Sugimoto, Franz West… jalonnent un parcours pédestre au coeur d’une nature magnétique.

Une croissance organique, murie et ouverte

Tunga, Psicopompos,, 2011 Chateau La Coste Photo OOlgan

Impossible de raconter l’expérience vécue à pied qui séduira autant les petits que les grands, tant la balade reste ludique, fascinante et ouverte. Citons, Drop de Tom Shannon (2009), goutte d’acier inoxydable en lévitation qui renvoie l’image du monde végétale dans laquelle elle est posée, ou Psicocompos, de Tunga (2011), trois œuvres de celui qui préférant se dire poète ou ‘mathématicien entomologiste amateur ‘, Oak room, d’Andy Goldsworthy (2009), œuvre immersive où le visiteur pénètre profitant de la fraicheur de ce nid inversé…

Louise Bourgeois, Crouchnig Spider, 2003, emblématique icone du Chateau La Coste Photo OOlgan

Crouchning spider de Louise Bourgeoise (2003), installée sur le surface d’eau du Centre d’art, l’araignée est devenu l’icone du Centre d’art. La plus ambivalente aussi. Associée à un monstre, l’œuvre est pourtant un ode de Louise Bourgeois à sa mère : « Elle était ma meilleure amie. Comme une araignée, ma mère était une tisserande. Comme les araignées sont des présences amicales qui dévorent les moustiques… bénéfiques et protectrices comme ma mère. »

De l’usage d’un passeur d’art

Pour les découvrir, même si ce n’est pas obligatoire, nous recommandons de réserver un guide. Avec simplicité, érudition et enthousiasme, il construit au gré des humeurs et du temps imparti (deux heures minimum) une véritable plongée dans la création d’aujourd’hui. Compte tenu de sa richesse, la visite ne peut être exhaustive et invite à revenir pour profiter de lumières et de rapprochements infinies.
D’autant que chacune à sa manière, ces œuvres d’art aux propositions si différentes ne livrent pas spontanément leur signification…

A tous ceux qui franchissent le seuil

Tadao Ando, Portail, Chateau Lacoste, (au fond Chai signé par Jean Nouvel)

Ce que franchit le visiteur à l’entrée du Domaine constitue la quintessence de la proposition Patrick McKillen, une liberté de mouvement et de choix entre art, nature, architecture et vins. Conçue en béton qui est la marque de fabrique de son créateur, Tado Ando signe aussi le Centre d’art, la Chapelle, le pavillon Four Cubes to Contemplate our Environnement (2008-11) et du mobilier parsemé dans le site, c’est aussi la métaphore de l’arche, minimaliste et radicale de l’esprit du lieu.

Tadao Ando, Pavillon Four cubes to contemplate our Environment, 2008-11, Chateau La Coste Photo OOLgan

« Nous avons orienté en douceur de nombreux architectes et artistes vers la création d’un espace plutôt que celle d’une sculpture, rappelle Tadao Ando repris par Philip Jodidio, dans son livre Tadao Ando, Château La Coste, Actes Sud. Il y a plusieurs siècles, ces terres étaient occupées par des moines et nous avons senti ue l’idée d’espace méditatif de temples et de chapelles s’accordant avec l’esprit du paysage. Nous cherchons des lieux simples pour pouvoir réfléchir au calme, c’est quelque chose de rare aujourd’hui. »

Bienvenu dans cet espace méditatif évolutif unique !

Pour en savoir plus sur Chateau La Coste

Château La Coste

2750 Route De la Cride 13610 Le Puy-Sainte-Réparade
Tél. : 04 42 61 92 92

L’art ne se résume pas au parcours de sculptures. Il est partout.

Une halte luxueuse inoubliable

Villa La Coste, vue sur la Provence d’une des suites Photo OOLgan

En cohérence avec le projet global de McKillen, Villa La Coste, palace discrètement inserré dans les collines du domaine constitue un parfait refuge après une première découverte du parcours artistique. Une grande partie des villas s’ouvre sur une terrasse qui bénéficie d’une vue changeante au grès du vent et du soleil sur la vallée du Luberon et sur le mont Ventoux. Le luxe sobre des chambres ouvertes coté jardin sur un patio privé est doté d’une sélection de livres d’art, d’une salle de bain spectaculaire et d’un mobilier élégant arty dernier cri. Pilotée par Helene Darroze, la carte du Restaurant offre une plongée dans la culture gastronomique locale, agrémentée des vins du domaine ou des conseils éclairés de la sommeliere, Anouk Devray.

Après un petit déjeuner impeccable agrémenté d’une jolie collection de jus, le plaisir de retourner sur le parcours d’art, de profiter des espaces avec de nouvelles lumières offre une expérience esthétique rare…
Surtout quand elle peut se conclure dans la piscine ou le spa dessiné par le hong-kongais André Fu de la Villa ! Ici dans ce monde parallèle, tout est calme, luxe et volupté.

Villa La Coste, vue de la terrasse, de la piscine et du vignoble Chateau La Coste Photo OOlgan

Partager

Articles similaires

L’utopie de la Cidade Matarazzo-Rosewood d’Alexandre Allard projette le Brésil au futur

Voir l'article

L‘activisme culturel de Frances Reynolds dynamise la démocratisation artistique

Voir l'article

L’institut de Sandra et William Ling, la force tranquille au service de la culture brésilienne.

Voir l'article

Marcos Amaro fait du FAMA Museu e Campo un catalyseur de l’art brésilien

Voir l'article