Culture

Le carnet d’écoute d’Annabelle Luis & David Plantier, Duo Tartini

Auteur : Olivier Olgan
Article publié le 10 novembre 2020

La violoncelliste Annabelle Luis et le violoniste David Plantier forment le Duo Tartini en hommage au virtuose Guiseppe Tartini (1692-1770) qui sillonna l’Europe au XVIIIe siècle. Vertigo, leur dernier cd lui est dédié pour le 250e anniversaire de sa disparition. Avec l’ambition de restituer les couleurs éclatante de ce compositeur trop méconnu.

L’inépuisable transition entre baroque et romantisme

Le répertoire baroque, David Plantier, violoniste et Annabelle Luis, violoncelliste l’ont arpenté pendant des années, au sein des ensembles parmi les plus actifs et défricheurs Le Concert d’Astrée aiguillonné par Emmanuelle Haïm et l’Ensemble Amarillis par les sœurs Gaillard.

Depuis 2005 en parallèle de la création de l’ensemble Les Plaisirs du Parnasse, les deux musiciens unissent leur virtuosité pour mettre en lumière la diversité et la richesse de la musique de chambre dans la période de transition entre la fin du baroque et le début du classique.
« Cette époque passionnante voit l’affrontement de différents courants musicaux, la fin de la sonate avec basse continue, abandonnée au profit du seul violoncelle, et l’émergence des premiers véritables duos, où celui-ci acquiert ses véritables lettres de noblesse, rivalisant d’éloquence et de virtuosité avec le violon. » rappelle David Plantier. Période charnière que restitue subtilement le CD Continuo, Addio! avec des hérauts souvent oubliés comme Francesco Antonio Bonporti, Giuseppe Dall’Abaco, Giovanni Benedetto Platti, Pietro Nardini, Pierre Lahoussaye, …)

Le Duo Tartini est né. Il prend le nom du virtuose Guiseppe Tartini (1692-1770), qui formait avec son ami violoncelliste Antonio Vandini (1691 – 1778), l’un des duos les plus célèbres de cette fin de XVIIIe siècle. Dans toute l’Europe, il passait pour le maître absolu du cantabile et de l’émotion.

Du trésor de guerre à un trésor musical

Depuis leur premier cd Cantabile e suonabile (Agogique, 2015), le duo poursuit ses recherches et expérimentations sur le vaste catalogue de Tartini dont sont connus plus de 130 concertos pour violon, 2 pour violoncelle, 4 pour flûte, plus 170 sonates pour violon, 50 trios… dont plus du tiers se trouve à la BNF de Paris à la suite des conquêtes napoléoniennes.  Tout à son aise, et fidèle à la grande tradition d’éplucheur de bibliothèque, le duo réhabilite la musique d’un compositeur mystérieusement méconnue et sous-estimée qui ne cède pourtant pas à la virtuosité un peu artificielle de ses contemporains Veracini, Locatelli ou Lolli. « La faute probablement à l’inévitable Trille du Diable, dont la célébrité est autant méritée que galvaudée » constate Annabelle Luis.

Pousser les feux des sortilèges tartiniens

Leur nouvel enregistrement sous le titre évocateur « Vertigo » vise à sortir Tartini des chemins battus à l’occasion de la commémoration des 250 ans de la disparition du maître Padouan. Il se consacre à ses dernières sonates, ce que David Plantier analyse dans le passionnant livret qu’il a rédigé lui-même comme « le chant du cygne du compositeur » : « la grande différence, tient dans l’intégration de la virtuosité dans le discours musical, fuyant la superficialité, toujours au service de l’expression. (…) Ces pages brillantes, composées à plus de 75 ans font preuve d’une énergie juvénile communicative, jusque dans les variations du menuet conclusif. » Il faut y ajouter l’obsession pour la voix dont Tartini fait feu de tout bois (et de nombreux essais rhétoriques).
De belles motivations pour se plonger dans cette esthétique en recherche d’une exquise sensibilité. L’ornementation brillante, l’invention thématique jaillissante justifient la redécouverte au- delà de l’éblouissante virtuosité transcendée par une liberté d’improvisation sur chaque note !

Le carnet d’écoute d’Annabelle Luis et David Plantier

[David Plantier] Le Parnasse Français. Musica Antiqua Köln, Reinhard Goebel. Les premiers disques de Musica Antiqua, à la fin des années 70 et début 80, sont habités par une énergie communicative et un insatiable esprit défricheur: qui a l’époque connaît Rebel, Marais, Corrette? Ces enregistrements m’ont donné, à moi aussi, l’envie de découvrir des répertoires méconnus, et m’ont transformé en rat de bibliothèque! C’est ainsi que j’ai découvert les noms de Westhoff, Walther, Venturini, que j’ai voulu à mon tour faire connaître au public. Et cette curiosité, qui m’anime toujours, m’a incité à poursuivre mes recherches sur Tartini et ses disciples, compositeur auquel je me consacre depuis plusieurs années.

[Annabelle Luis] Morales Officium Defunctorum, de Jordi Savall. Avec ce disque, me voilà en pleine renaissance espagnole! J’ai découvert Morales il y a une dizaine d’années et depuis j’ai besoin de m’y replonger régulièrement. Je l’écoute au casque, fort, pour me sentir au milieu du choeur, comme dans une cathédrale et je laisse mon esprit s’évader au coeur de ces liturgies. C’est une vraie méditation.

[David Plantier] Tomas Luis de Victoria: Requiem. Gabrieli Consort, Paul Mc Creesh. J’aime souvent écouter de la polyphonie de la renaissance, qui a sur moi un effet hypnotique et me transporte hors du monde. Ce requiem est particulièrement expressif et touchant dans la version de Mc Creesh. La polyphonie espagnole est caractérisée par une expressivité doloriste et théâtrale bouleversante.

[Annabelle Luis] Anne Gastinel et Suzy Bossard  “Début récital” J’ai fait toutes mes études à Lyon et Anne Gastinel, lyonnaise également, était l’étoile montante du violoncelle quand j’étais enfant! J’avais donc plusieurs disques d’elle chez moi. Et je me souviens d’avoir découvert, dans ce disque, Fauré et ses mélodies si sensuelles. J’ai eu tout de suite envie de jouer son Élégie, que j’aime rejouer de temps en temps, quand je reprends mon violoncelle classique!

[David Plantier] Antonio Vivaldi, l’Estro Armonico Op.3 The English Concert, Trevor Pinnock. C’est l’oeuvre qui m’a tout simplement fait aimer la musique. Découverte quand j’étais enfant avec I Musici, cette version sur instruments anciens de Trevor Pinnock a été une révélation, et le point de départ d’une future vocation. Les couleurs des violons baroques et l’élégance de la direction ouvraient de manière irréversible, un champ de découvertes encore inconnues. Je l’écoute toujours avec grande émotion!

[Annabelle Luis] Le rêve Botticelli de Sophie Chauveau. J’ai été transportée par ce livre qui nous plonge dans le berceau de l’art italien! Florence, ses peintres célèbres, son histoire mouvementée avec Savonarole. Puis nous découvrons le caractère de Botticelli, sa sensibilité, son âme torturée, ses amours multiples et nous suivons la naissance de ses œuvres. Quel bonheur de lire la création de la Naissance de Vénus que j’ai admirée à la Galerie des Offices, à Florence!

Pour suivre David Plantier et Annabelle Luis 

Le site de David Plantier et du Duo Tartini

Apéro en Musique, pendant le confinement du printemps 2020, le duo a offert sur Facebook 54 petits concerts, une occasion fertile d’élargir son répertoire à tous les styles du baroque et à d’autres genres musicaux.

Discographie

  • Tartini. Cantabile e suonabile (Agogique 2015)
  • d’Albrechstberger à Romberg. Continuo, Addio! Duos, sonates et caprices pour violon et violoncelle (Muso 2019)
  • Tartini. Vertigo Les dernières sonates (Muso 2020)

Partager

Articles similaires

Le Carnet de lecture du Duo Jatekok, Adélaïde Panage et Naïri Badal, pianistes

Voir l'article

Le Carnet de lecture de Jean-Philippe Domecq, romancier et essayiste

Voir l'article

Le Carnet de lecture de Philippe Cassard, pianiste et traducteur de notes

Voir l'article

Carnet de lecture de Daniel Isoir, pianofortiste, cofondateur de La Petit Symphonie

Voir l'article