Mécaniques

La trottinette électrique Äike tente une conquête éclair de la micromobilité

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 10 février 2022

L’entreprise balte Äike met tous les moyens pour conquérir l’Hexagone avec une trottinette électrique et des services résolument haut de gamme. Même si les garanties sont solides, il faut compter 1 900 euros pour se jucher un engin très stable. Au bilan d’un test en situation, des plus justifiés mais aussi des moins rédhibitoires, hélas.  

En langue estonienne, Äike signifie ‘’tonnerre’’

Rien que ça ! En tout cas fort d’un tel patronyme, l’entreprise veut prendre sa place dans le segment haut de gamme des nouvelles mobilités, car 1 900 euros pour une patinette, c’est cher.

Quels arguments pour tenir ce positionnement ambitieux ?

  • L’Aike revendique une fabrication 100% européenne DR

    La robustesse. Cette patinette est lourde, pas loin de 30 kilos (!) avec une platine assez large pour accueillir le pilote et même un passager (NDLR, ce qui n’est ni recommandé, ni même légal),

  • Un design bien pensé. Le pilote est à l’aise. Les commandes sont ergonomiques et solides. Le bouton d’accélérateur est à droite, le frein à gauche autrement plus pratique que l’habituel ralentisseur placé sur la roue arrière et qu’il faut utiliser avec le pied. Ajoutons que le freinage est à la fois précis et progressif. Efficace sans brutalité. Autre astuce bien pensée, la poignée gauche est assortie d’une sonnette sur molette qu’il suffit de tourner sans lâcher la poignée pour la faire résonner,
  • Une batterie amovible. Il faut quelques heures pour la charger mais au moins, l’utilisateur n’aura pas besoin de porter l’engin jusqu’à une prise électrique, située tant qu’à faire au sixième étage sans ascenseur,
  • La batterie facilement amovible d’Aike évite de monter la trottinette à l’étage !

    Une garantie de cinq années pour les batteries et de dix ans pour le cadre,

  • Une garantie contre le vol valable un an en contrepartie d’un système de déverrouillage électronique et d’un tracker contre le vol. En cas de vol, le propriétaire reçoit une notification sur son smartphone. SI par malheur, l’engin disparait, le constructeur propose une patinette neuve moyennant un paiement de 100 euros,
  • Enfin une vraie promesse environnementale. Les écolos seront également enchantés d’apprendre que la durée minimale de vie est d’au moins de 10 ans, que la moitié de l’engin provient de (42%) matières recyclées et qu’il peut être recyclé à 92%.

Que retenir de l’essai en situation ?

Fort de son courage, de son expertise et de sa connaissance des rues de Paris, le reporter de Singulars a parcouru les rues, les boulevards mais aussi les trottoirs (si, si) sur cette patinette.

  • Lors du test de la trottinette Aike, le journaliste de Singulars a constaté la robustesse Photo Robert Mauss

    Le téléphone, la clé de démarrage de la patinette : l’utilisateur doit la déverrouiller depuis son smartphone par Bluetooth. Si par malheur, la batterie du téléphone est à plat, il n’a plus qu’à pousser. Notons aussi que l’écran de l’Äike est réduit à sa plus simple expression : la vitesse. Il faut recourir à son smartphone pour connaitre l’autonomie ou la distance parcourue.

  • Une stabilité assurée par des pneumatiques gonflables de 10 pouces : le patineur peut avaler les pavés aisément sans subir ces vibrations et ces tremblements si désagréables sur ces matériels dépourvus de tout système d’amortissement. Les pneus gonflables absorbent aussi les petits obstacles qui parsèment les rues, comme une branche, un bout de tuyau, un caillou, et mettent les patineurs en danger.    Le centre de gravité placé très bas assure une vraie stabilité, mais pèse sur la maniabilité.
  • Lourdaud par manque de puissance ! On ne slalome pas facilement sur cet engin déjà bien lourd. Et si l’on ajoute le poids de l’utilisateur, on demande à l’Äike de trimballer une vraie centaine de kilos. Moralité, l’engin manque de puissance. Nous ne sommes pas arrivés à la vitesse promise de 25 kilomètres/heure, à plat comme en descente. Et ne parlons pas des côtes où très franchement, l’engin est à la peine.
  • Stable à l’arrêt : l’Äike repose sur une béquille centrale, qui se plie ou se déplie sans effort.

Conclusion : pour la même somme la concurrence est rude !

Pour tester la Aike

Vente directe via le site français 
et pour faire un tour  21 Rue de Rivoli, 75004 Paris
Contact   store@rideaike.com   Tél. : +33 6 86 57 90 14
Heures d’ouverture : Mardi-Samedi 10:00-19:00
Un test de 14 jours est promis pour se faire une idée

Fiche technique

  • Pneus : 10 pouces gonflables
  • Charge de la batterie : 4 heures
  • Puissance : 680 Wh
  • Autonomie : 40 km
  • Freins : tambour électrique à l’avant, disque à l’arrière
  • Prix public : 1890 euros

Partager

Articles similaires

La Dacia Spring électrique permet une double source d’économies

Voir l'article

Avec la trottinette Egret Pro, on roule en ville pour son argent

Voir l'article

De la F1 à votre bureau, le casque EPOS Adapt 660 AMC Aston Martin convient à vos oreilles

Voir l'article

L’Estrima Birò, la plus petite voiture électrique au monde dispose d’une batterie rétractable

Voir l'article