Mécaniques

La voiture électrique Yoyo XEV est une jolie bulle en plastique pour la ville

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 16 novembre 2022

Véritable bonbon coloré du dernier Mondial de l’Automobile, la Yoyo est une petite voiture électrique conçue par XEV en Italie et fabriquée en Chine venue concurrencer la Citroën AMI. Cette deux-places strictement urbaine est mignonne, mais c’est à peu près son seul atout. D’ailleurs, cette jolie bulle en plastique ne prétend pas autre chose que d’en jeter plein les yeux. Pour le reste il faudra attendre.

Légalement, ce bonbon motorisé n’est pas une voiture

 

Singular’s a teste le bon acidulé d el’année la Yo YO de XEV Photo Robert Mauss

La Yoyo est considérée comme un quadricycle qu’il est possible de conduire à partir de l’âge de 16 ans à la condition de justifier d’un permis B1. Moralité, la Yoyo est interdite sur les autoroutes et sur les nationales. Et c’est clairement mieux. Si l’engin trouve toute sa justification en ville, il ne vaut mieux pas trop s’aventurer en dehors.

Légère (660 kilos), juchée sur ses petites roues , la Yoyo peut transporter deux personnes assez tranquillement sur une cinquantaine de kilomètres (aller) avec des pointes de vitesse prodigieuses de 80 kilomètres à l’heure ! Le conducteur peut opter entre une conduite Sport ou une conduite Eco. Bref, la place de la Yoyo n’est clairement pas sur des routes fréquentées par des poids lourds. Ajoutons qu’en plus la voiture ne dispose pas d’une direction assistée, et qu’il faut accompagner le volant pour remettre les roues, bien droite, dans le sens de la route après un virage. D’ailleurs, cette voiture est une propulsion qui n’aime pas spécialement les accélérations dans les virages.

Un équipement qui laisse à désirer

L’arriere de la YoYO XEV Photo Robert Mauss

L’auto profite du savoir-faire des designers italiens de XEV et des ingénieurs chinois, qui aujourd’hui dominent le secteur des batteries de la tête et des épaules. Pour le design, la Yoyo est comme une jolie bulle en plastique souriante avec un grand pare-brise longue d’à peine 2,54 m. Large d’1,50 m elle se gare quasiment partout en un tour de main.

Il ne faut pas être trop grand pour profiter de l’engin

L’intérieur de la YoYO XEV très coloré Photo DR

La Yoyo mesure 1,57m de haut. Heureusement, les deux sièges sont inclinables et peuvent glisser d’avant en arrière. Le confort ne mérite pas de commentaires particuliers. Les portières se ferment en tirant sur une lanière en simili cuir et sont dotées de larges vitres électriques (si !). Ajoutons que les designers ont voulu doter leur modèle d’un toit vitré toujours agréable. Le coffre ne contient pas grand-chose d’autre qu’une brosse à dents et un carré de soie.

Grosse déception avec l’écran de pilotage

Incapable de donner autre chose que la vitesse du véhicule et l’état de la batterie, Il ne fait même pas office de poste de radio. Si le conducteur désire écouter une musique et même se servir d’un GPS, il devra exploiter les ressources de son smartphone, qui heureusement peut se connecter en Bluetooth à l’écran. Le son est amplifié par deux haut-parleurs.

L’attrait théorique du changement de batterie

La Yoyo est animée par un moteur synchrone à aimant permanent d’une puissance de 15 kw soit 20 chevaux. La batterie gère 10 kw, soit une autonomie théorique maximum de 135 kilomètres sur un parcours mixte et 150 kms en ville. Son intérêt essentiel réside dans sa capacité d’échange standard : on passe à la pompe dès qu’elle est vide et on procède à un échange standard. Malheureusement, cette promesse est encore complètement théorique, faute d’un réseau distribution solide.

Les designeurs de la Yoyo XEV ont multiplié les coloris Photo DR

Pour conclure, à qui s’adresse vraiment cet engin ?

Nous nous sommes sincèrement posé la question jusqu’au moment où une de ces voiturettes pétaradantes est passée devant nous, et tout s’est éclairé. L’objet commercial est simple : il s’agit de proposer une alternative écolo à ces autos diesel, bruyantes et polluantes. Il faudra tout de même faire un sérieux effort sur les tarifs et construire un réseau commercial en bonne et due forme.

En savoir plus sur la Yoyo XEV

Prix : 16 000 euros

Spécificités techniques

  • Livrée avec les câbles de recharge
  • 4 prises USB vitres électriques
  • Rangement central avec prise 12 volts
  • Filets à la place des vide poches
  • Rétros extérieurs électriques
  • Bouton de démarrage avec clé main libre
  • Absence de direction assistée
  • 8 mètres de rayon de braquage
  • Freins à disque + ABS
  • Puissance du moteur: 15 kW (20 cv)
  • Capacité de la batterie:  10,3 kWh
  • Temps de charge : 3,5 heures
  • Chargeurs :  IEC 62196 Connecteur de type 2 pour prise domestique 220 V ou borne de recharge

Dimensions

  • Longueur: 2540 mm
  • Largeur: 1500 mm
  • Hauteur: 1575 mm
  • Empattement: 1685 mm
  • Garde au sol min. : 150 mm
  • Poids : 665 kilos
  • Taille des pneus: 155/65R14

Partager

Articles similaires

Juan-Peter Sedona, Requiem Mécaniques (LibriSphaera 2022)

Voir l'article

La Peugeot 208 électrique gagne en autonomie

Voir l'article

La moto électrique Xubaka du français Sodium Cycles se la joue résolument rétro

Voir l'article

10 scooters électriques pour tous les portefeuilles dans une offre pléthorique

Voir l'article