Culture

Le carnet de lecture de Jean-Pierre Armanet, compositeur contemporain

Auteur : Olivier Lauriot dit Prévost
Article publié le 17 juillet 2022

Fidèle à sa tradition, le Festival 1001 Notes du 23 au 30 juillet à Limoges propose une programmation éclectique. La Famille Armanet en est la cristallisation exemplaire. Le 30 juillet, Juliette réunit autour des compositions de son père Jean-Pierre, ses amis musiciens dont Elodie Kimmel, Dana Ciocarlie, le Duo Brady, Pascal Contet, Alex Vizorek, … Le compositeur livre à Singulars son carnet de lecture avant ce concert qui clôt ces somptueuses 1001 Notes.

L’alchimie de la complicité musicale

 Clôture d’une jolie édition du Festival des 1001 Notes, la soirée du 30 juillet réunit une palette variée d’artistes : Gaspard Dehaene, Tim Dup, le Duo Brady (voir leur carnet de lecture), … mais surtout la famille Armanet, Juliette, la fille, Jean-Pierre, le père dont les compositions seront le fil rouge du spectacle : « Certains sont des connaissances récentes, toujours bienveillants en tout cas. Dana [Ciocarle] est une alchimiste, elle arrive à me prouver que ma musique vaut même la peine d’être jouée par une pianiste comme elle ! Je n’en reviens toujours pas ! ». Ses créations originales vont prendre ici un ton léger et humoristique à mesure que les musiciens complices se succèderont sur scène.

Un programme très familial

Déjà les apparitions discrètes mais récurrentes de Jean-Pierre et d’Adrien, le frère réalisateur sur le dernier album de Juliette, Brûlez le feu annonçaient la couleur de cette complicité familiale. « Ma femme et moi jouions du piano tous les soirs dans la maison familiale, parfois très tard ! Tous deux m’ont entendu improviser et parfois, il leur arrivait de reprendre eux-mêmes ce qu’ils avaient entendus la veille. »
Improviser, créer, explorer, Jean-Pierre se promène sur les différents registres de son piano pour en tirer quelques airs de jazz, de blues, de classique – les présenter sur scène est cependant toujours un défi supplémentaire : « Même tout seul, oui, j’ai le trac ! »

Sur sauver ma vie, Jean-Pierre Armanet est crédité à la composition

Une musique des temps présents 

Si l’œuvre de Jean-Pierre Armanet s’inscrit dans le fouillis tantôt joyeux tantôt dissonant de l’actualité, elle revendique parfaitement la définition quasi littérale d’une « musique contemporaine« . « Comme Ravel, je recherche toujours une espèce de « bruit du monde », la musique est surtout narrative pour moi, je voudrais presque qu’elle soit documentaire. ».
En témoigne en autres son, Lampedusa, Oratorio sur la migration,  écrit sur les textes de Dany Laferrière, avec comme récitante, Juliette,  pour l’ensemble « Clodoald »

ou plus récemment, il a écrit une sonate pour piano au tout début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Une barque sur l’océan, Ravel

Ravel oui, mais aussi les auteurs et théoriciens du siècle dernier (Schonberg, Berg, Webern) occupent une place de choix dans les références de Jean-Pierre Armanet. Il faut y lire en filigrane l’éternelle « tentation de l’ouest » américain, grandiose et infini, ou français, tout aussi majestueux : « L’Ouest m’attire, de la Bretagne à la Californie, le moment insaisissable où le soleil se couche, tout semble terminé alors que l’on veut prolonger ce moment extrême de sensation de vie. »

Les forêts de Ravel, de Michel Bernard

« Un livre un peu à l’ancienne, façon dictée de mon enfance, qui suit l’itinéraire de Maurice Ravel pendant la Grande Guerre. […] Le musicien est fasciné par la guerre, et en quelque sorte le « bruit » qu’elle fait.
Une grande partie de l’œuvre de Ravel s’explique par ce trauma fascinatoire, je retrouve là mes propres préoccupations à la fois éthiques et musicales.
 »

Pour suivre le Quatuor Anches Hantées

Le site Jean-Pierre Armanet

L’agenda

dont le Festival 1001 Notes du 23 au 30 juillet – pour réserver le concert du 30 juillet

Partager

Articles similaires

Le Carnet de Lecture de Boris Blanco, violoniste, Festival de la Chaise Dieu

Voir l'article

Le carnet de lecture de Jérôme Correas, ancien baryton et chef, Les Paladins

Voir l'article

Où en est l’absolu ?… Les poètes Stefan Hertmans & Zéno Bianu répondent

Voir l'article

Le carnet de lecture de Véronique Iaciu, Festival du Périgord Noir

Voir l'article