Mécaniques

L'ergonomie déroutante de la Volvo EX 30 electric atténue le plaisir de conduite

Auteur : Robert Mauss
Article publié le 29 mai 2024

Les plus anciens s’en souviennent : au dernier moment le constructeur suédois avait claqué la porte au nez de Renault et refusé de passer sous pavillon tricolore. Après des années d’errance et de pertes, Volvo a été en début d’année 2024 absorbé par Geely, l’un des principaux constructeurs chinois. Moralité, le modèle EX 30 electric Single Extended Range Ultra que Robert Mauss pour Singular’s a testé profite du savoir-faire conséquent du géant asiatique en matière de mobilité électrique. Si la conduite de cet SUV compact est une excellente surprise, l’ergonomie générale est perfectible.

Une compacité surprenante

On ne le dirait pas en la voyant, mais ce SUV Volvo EX30 electric n’est pas une très grosse voiture. Ses dimensions sont assez raisonnables (4,23m de long sur 1,84 de large) et son poids contenu (entre 1,8 et 1,9 tonne) pour ne pas subir les foudres d’écologistes déchainés. Ses lignes profitent d’un design maison réussi avec sa face avant pleine, ses feux originaux reprenant la forme du ‘’marteau de Thor’’ (dixit Volvo) et ses flancs joliment dessinés. Les jantes en forme d’hélice assortis de pneus larges (19’’ au cours de notre essai) finissent de conférer au véhicule une ligne moderne qui distingue l’EX 30 de sa concurrence.

Avec ses bas flancs creusés et ses jantes en hélice, le modèle EX30 Single Extended Range Ultra testé par Singular’s profite d’une jolie ligne Photo Robert Mauss

Un design débridé

Le coffre de la Volvo EX 30 a une belle capacité Photo Robert Mauss

A l’intérieur, les designers scandinaves s’en sont également donnés à cœur joie, même si leurs choix sont parfois contestables. Le conducteur comme ses passagers profitent de nombreux rangements. A l’avant, on dispose de vide-poches contre les portières. Un accoudoir central sépare les deux passagers. Malheureusement fixe, il contient un porte-gobelets. Les boutons d’ouverture des vitres avant et arrières sont placés juste au-dessus.
Au niveau du plancher, on trouve une boite munie d’un système de recharge de smartphones par induction, ainsi qu’une boite avec deux ports USB. A l’arrière, les passagers peuvent aussi profiter de deux ports USB pour brancher leurs appareils. Les sièges assurent un maintien correct des passagers. A l’avant ils sont réglables par une molette unique qui ne permet toutefois pas de gérer la hauteur.

Pour conclure ce paragraphe, il ne faudra pas être trop grand pour être confortablement installé à l’arrière. L’EX30 dispose d’un coffre arrière à ouverture électrique de 318 litres un peu juste pour familles nombreuses en vacances.

Un minuscule rangement de sept litres à l’avant, juste de quoi installer un câble de chargement, un carré de soie et une brosse à dents.

Un tableau de bord confié à un ordinateur de bord

Le tableau de bord de la Volvo EX 30 est confié à un ordinateur Photo DR

L’écran central est ce qui frappe le plus lorsqu’on monte à bord. Volvo a repris les principes énoncés par Tesla qui veut que l’essentiel des commandes s’effectue via l’ordinateur de bord, y compris le réglage des rétroviseurs électriques. Les instructions et les indications se font via cet écran de 12,3’’ sous Android, ce qui implique une vraie période d’adaptation pour bien prendre l’affaire en main.

Il faut parfois chercher et rechercher dans les menus et les sous-menus pour activer ou désactiver des fonctions importantes telles que le choix du type de freinage (e-Pedal ou non) ou le maintien dans les voies.

Bien entendu à chaque fois que l’on démarre, il faut réinitier ses choix. Juste au-dessus du volant, Volvo a positionné un module de surveillance conducteur assez peu utile. Nous aurions préféré un système d’information tête haute, avec la vitesse du véhicule, le niveau de la batterie et la signalisation routière, plutôt que de devoir perdre la route des yeux pour obtenir ce type d’information.

Autre choix contestable : la position de la boite vitesse.

Un peu comme les Citroën d’antan, le choix des rapports s’effectue via un commodo placé à la droite du volant. Après tout pourquoi pas ? On s’y fait très vite. Par contre, il n’est pas toujours simple de passer en Neutre et il faut un certain temps pour s’habituer à la touche Parking qui sert de frein à main et de bouton d’arrêt du moteur ! Lequel moteur démarre en ouvrant l’auto avec une sorte de télécommande que l’on pose sur la portière conducteur.

Tenue de route

Robert Mauss devant le modèle de Volvo EX 30 electric Photo Robert Mauss (4)

Au cours de notre essai nous n’avons pas trouvé le choix des modes de conduite (Sport, Eco ou Normal). Mais à la limite peu importe. Car la conduite de cet EX 30 est une excellente surprise. Surtout pour un vieux de la vieille comme le journaliste essayeur de Singulars qui n’aimait pas du tout les suédoises du temps jadis à propulsion dotées d’un essieu arrière rigide. De quoi prendre des cours de patinage involontaire par mauvais temps. Le modèle que nous avons testé (EX30 Single Extended Range Ultra) est doté d’une batterie de 69 kWh positionnée sous le plancher et d’un moteur électrique à l’arrière. Il s’agit d’une propulsion qui assure donc un plaisir de conduite véritable.

Malgré un poids d’environ 1,9 tonne, l’auto est aussi maniable qu’une 911 de notre jeunesse. Elle profite d’une vraie puissance d’accélération en pouvant passer de 0 à 100 km/h en 5,3 secondes !

Volvo a d’ailleurs bridé la vitesse maximum à 180  km/h, ce qui suffit largement pour un usage familial. Au cours de notre essai nous avons roulé en ville, sur autoroute comme sur des routes de campagne.

Un seul bémol : il est difficile de rouler à moins de 30 km/h. Pour le reste, mention très bien.

Les suspensions et les jantes larges absorbent les imperfections de la route, y compris les dos d’âne bien pentus. La voiture prend les virages franchement, sans roulis et accélère comme il le faut en sortie de virage. Le maintien est excellent. La tenue de route est sans reproche. Nous n’avons aucun reproche de sur ou de sous virage à formuler.
L’EX 30 reste droite et haute.

Robert Mauss

En savoir plus sur Volvo Ex30 électric

le site de la Volvo Ex30 electric

Infos pratiques

Prix de la version essayée : 48 000 euros avec une garantie 3 ans ou 100 000 kilomètres.
Version de base : 37 000 euros
Choix entre deux versions : 2 ou 4 roues motrices.

EX30 Single Extended Range Ultra (GS-685-VD)
Bloc synchrone à l’arrière.
Propulsion 272 cv et 343 Nm
Batteries de 51 ou 69 kWh
Autonomie annoncée de 475 km/h pour la seconde.
Capacité de recharge de 10 à 80% en 26 minutes
Consommation 17,8 kWh en moyenne
Vitesse maximum 180 km/h

Dimensions : 4,23 m de long 1,84m de large et 1,55 m de haut
Jantes 19’’
Toit panoramique vitré
Coffre arrière à ouverture électrique 318 litres avec un double fond.
Rangement avant 7 litres
Banquette arrière rabattable 2/3 et 1/3.
Ports USB à l’avant et à l’arrière
Chargeur par induction à l’avant
Barre de son sous le pare-brise
Boite à gants à ouverture électrique
Accoudoir central avec porte-gobelets

Ecran central 12,3’’ sous Android
Capteur de conducteur pour surveiller le conducteur au-dessus du volant

Partager

Articles similaires

La 3e édition du Rallye des Aventurièr(e)s reste 100% Solidaires contre le cancer

Voir l'article

Le Bus Toqué permet de déguster Paris de haut

Voir l'article

La première édition de La Route des Légendes renoue avec la nostalgie du Paris-Dakar

Voir l'article

Le Nissan Qashqai e-Power remet la motorisation hybride au goût du jour

Voir l'article